(C) Manuel Mendes pour Touche Finale

Cyril Benzaquen organise personnellement son troisième championnat du monde de kick-boxing au Dôme de Paris le 13 juin, une première historique. Chef d’entreprise et mannequin, découvrez son profil des plus atypiques.

Le 2 juin 2017, le boxeur français Tony Yoka effectuait au Dôme de Paris ses débuts chez les professionnels, après son sacre olympique chez les lourds à Rio. Pour la toute première fois, la salle mythique parisienne accueille du kickboxing, et non de la boxe anglaise qui repose uniquement sur la force des poings. Le kickboxing est encore plus spectaculaire, du fait de l’usage des poings et des jambes. Des coups qui claquent, cassent la garde et finissent par mettre à mal l’adversaire … Le K.-O est encore plus imprévisible qu’en boxe anglaise. Cet aspect inattendu du “court-circuit” est une des raisons majeures de l’attractivité de la discipline. Inutile de rappeler que les sports de combat, comme le sport en général, sont avant tout un spectacle pour le public.

Cyril Benzaquen, le chasseur des clichés pugilistiques

En plus d’être un sportif de haut niveau reconnu par ses pairs, Cyril Benzaquen (29 ans) est un homme d’affaires aguerri. À la tête de sa propre entreprise “The Benzaquen Team”, Cyril est plus qu’un kick-boxeur qui mise tout sur ses combats en espérant gagner sa vie. À l’image de Raphaël Tronché, triple champion de champion de France des lourds en boxe anglaise, il génère une majeure partie de ses revenus en organisant des soirées dans lesquelles il se produit.

Cyril Benzaquen Temple Noble Art

La personnalité de Cyril Benzaquen permet, à elle seule, de mettre à mal tous les clichés dont les sports de combat ont longtemps souffert. Lors de l’année d’obtention de son master “marketing et entrepreneuriat” à l’université Paris Dauphine, il organisait déjà une soirée “Dauphine Boxing Tour” dans un amphithéâtre en 2015. Premier succès en poche, il proposait dans la foulée une soirée du même genre “Triumph Fighting Tour”, cette fois-ci dans une enceinte sportive, au Stade Pierre Coubertin à Paris.

Fort de son charisme, Cyril Benzaquen est approché par le monde de la mode qui lui ouvre les portes du mannequinat. Il a eu la possibilité de se présenter, dans l’allée le menant en ring, avec un ensemble Jean Paul Gaultier à de nombreuses reprises. Pour la troisième défense de son titre mondial, il portera un peignoir d’une grande maison de haute couture.

 “Triumph Fighting Tour 2”, en direct sur l’Équipe 21 à partir de 20h40, le 13 juin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here