Dragon Ball Super Broly

Après l’avant-première de My Hero Academia Two Heroes, on enchaîne avec celle de Dragon Ball Super: Broly qu’on a pu voir à Paris. On vous dit ce qu’on en a pensé !

On en parlait beaucoup sur La Sueur et tous les fans de Dragon Ball l’attendaient avec impatience pour 2019. Après la fin de l’animé Dragon Ball Super en Mars 2018, les fans n’avaient pratiquement plus aucun format vers lequel se tourner en attendant la sortie du film qui avait été annoncé l’année dernière, et mettant en scène un personnage bien connu de tous, mais ne faisant pas partie officiellement du canon (de l’histoire) de Dragon Ball: le saiyan Broly.

On l’attendait ce Broly ! On voulait le voir en action ce Broly ! On voulait qu’il casse des putains de bouches ce Broly ! Eh bien, les gars, on n’a pas été déçu ! Pendant la partie fight (seconde moitié du film) on en a plein les yeux et cela jusqu’à la fin. Broly déchaîne toute sa puissance contre nos héros, Végéta et Son Goku, et leur fait voir la vie dure tout au long du film.

Vous devez sans doute vous dire que la forme ne fait pas tout, il faut aussi le fond ! Mais problème étant (ou pas) qu’il est aussi présent ! Pour vous illustrer mes propos, autant vous parler directement du commencement du film. On commence non pas dans le présent, mais 41 ans dans le passé (comme nous l’avait teaser les trailers) à l’époque où la planète Végéta et la majorité du peuple des Saiyajins existaient encore.

La première partie du film suit deux objectifs. Le premier étant de réinventer dans une certaine mesure les origines de nos Saiyajin (Vegeta, Goku, Bardock) et d’illustrer les rapports qui existent entre Freezer (tout juste « couronné » chef de l’armée du Roi Cold) et le peuple saiyajin. Et le second est bien sûr d’introduire Broly, et de nous expliquer pourquoi on n’a pas entendu parler de lui pendant plus de 41 ans.

Dragon Ball Super Broly
Ne serait pas le cerveau derrière toute cette affaire ?

La force du film se trouve, selon moi, vraiment autour du développement de Broly qui nous est présenté d’une manière bien différente de celle du film de 1993. Bien entendu, on retrouve bon nombre de similitudes avec le produit d’origine comme le collier de contrôle porté par Broly, et la haine de Paragus (père de Broly) envers les Saiyans qui l’ont poussé à s’exiler. Et pourtant Broly n’est pas le même. Cette fois-ci sa personnalité est bien plus profonde que celle de son homologue de 1993, tout comme son rapport aux autres qui diffère totalement.

Sans compter l’animation et la qualité des combats qui étaient tout simplement folles. On peut limite (je dis bien “limite”) dire au Goku vs Jiren d’aller se rhabiller, chaque coup porté, chaque destruction du décor montraient à quels points les personnages étaient puissants et à quel point leurs coups étaient impactant.

De plus beaucoup de paris en termes d’animation ont été faits. Notamment, avec des scènes à la première personne dans lesquelles on se retrouvait dans la peau d’un protagoniste ce qui avait la force de rajouter une réelle intensité (à l’image de First Man pour ceux qui l’aurait vu), ou avec la mise en place de combat en 3D qui a contrario faisait tâche comparativement à d’autres scènes (pour ma part, je trouve vraiment que les scènes 3D dans les animés gâchent l’impact de la scène elle-même).

Dragon Ball Super Broly
Goku et Vegeta ont chacun eu leur moment de gloire, et encore plus quand ils combattaient ensemble …  

Cependant, il y a tout de même certains bémols. L’intérêt que pouvaient représenter les scènes de combats s’essouffle au bout d’un moment d’un point de vue scénaristique. En effet, dès que les affrontements ont commencé, la présence de dialogue est devenue quasi-inexistante et cela jusqu’à la fin du film (ce qui doit représenter environ entre 30 et 40 minutes du film). Et étant donné que les combats ont commencé dès la rencontre entre Broly et le duo Goku/Végéta, je peux vous dire qu’il n’y a eu que très peu d’échanges verbaux (par ailleurs, ils auraient largement mérité un développement vu le background des personnages). Néanmoins, on peut penser que ce choix peut jouer un rôle futur quant à l’avenir de Dragon Ball sous une autre série, un autre film, ou même encore au sein du manga (comme pourraient le confirmer les évènements qui sont en train de se dérouler dans les scans).

Bref, dans l’ensemble le film est bon, rempli de nostalgie, de références en tout genre (les puristes de Dragon Ball ne pourront pas les rater), et d’actions qui vous feront frissonner dès le moment où les premiers coups seront portés. Je ne peux donc que vous conseiller d’aller le voir si vous voulez en avoir plein les yeux et parce que ça annonce du très lourd pour la suite. Sortie le 13 mars 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here