En novembre 2018, à la fin du match entre les Warriors et les Clippers, Kevin Durant et Draymond Green s’embrouillaient. L’ailier fort de Golden State a enfin expliqué la dispute.

Parti des Warriors pour les Nets à l’été 2019, Kevin Durant aura passé trois saisons en Californie. En novembre 2018, c’est une embrouille avec Draymond Green qui allait durement marquer les esprits… et impacter la décision de départ KD. Dans le podcast All The Smoke, l’ailier fort a donné sa version de la dispute ; en précisant au préalable que la relation avec Durant « était difficile ». Pour le pitbull des Warriors, le double MVP des Finales avait « un pied dedans, un pied dehors » à quelques mois de la free agency.

« Nous jouons donc les Clippers, et vous savez comment je suis – je vais être avec vous, je vais prendre la balle pour vous, je vais prendre les critiques des médias pour vous, je vais prendre la suspension pour vous, je prendrai l’amende, je prendrai la faute technique, peu importe – pour mes gars. Mais en retour, tout ce dont j’ai besoin de toi, c’est juste de savoir que tu es avec moi… »

Green explique alors l’altercation après la fin du temps réglementaire : « Il (Kevin Durant – NDLR) s’assoit sur le banc et le frappe ‘Yo! Passe-moi la putain de balle’. Je me dis: ‘Qu’est-ce que tu racontes ? T’as qu’à courir dans ce cas !’ Et il dit : ‘T’as entendu ce que je viens de dire !’ et tape sur le banc : ‘Passe-moi la putain de balle!’  Je réponds : ‘Yo, tu ferais mieux de redescendre. Tu ne sais pas à qui tu parles. »

L’entraîneur Steve Kerr et le GM Bob Myers essaieront ensuite de convaincre Green de s’excuser pendant « 1h45 »… en vain. Le joueur sera finalement suspendu un match : « Je leur ai dit qu’ils allaient faire une erreur en me suspendant parce que la seule personne qui pouvait résoudre ce problème était moi… Mais ils l’ont quand même fait… donc j’ai essayé de corriger cela. Mais ça n’a plus jamais été pareil après. Mais pour moi, ce n’était pas pareil avant ça, et ça n’était pas non plus pareil depuis au moins un an. C’est allé de mal en pis. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here