Exposition Gus Van Sant à la Cinémathèque : à la découverte du génial réalisateur

Exposition Gus Van Sant à la Cinémathèque : à la découverte d’un génie  

Du 13 avril au 31 juillet, La Cinémathèque nous replonge dans l’univers du réalisateur le plus grunge de toute l’histoire du cinéma : Gus Van Sant, à travers une exposition et une rétrospective. Jugée « nécessaire pour comprendre l’Homme et son œuvre » selon le Président d’Honneur de la Cinémathèque Costa Gavras, cette exposition va bien au-delà de la riche filmographie du réalisateur de Portland. Une grande partie des galeries est consacrée aux tableaux et photographies de Gus Van Sant. Cette exposition est beaucoup plus intime que les précédentes qu’on a pu voir à la Cinémathèque comme celle sur Tim Burton ou plus récemment celle sur Martin Scorsese.

Si tout le monde connaît Gus Van Sant (GVS) pour ses films tels Will Hunting, Elephant, et Harvey Milk, on le connaît moins pour son travail de photographe, de peintre et de musicien. L’objectif de cette exposition à la Cinémathèque est donc de faire découvrir au public français les œuvres plastiques du cinéaste. La série des polaroids est celle qui marque d’entrée. Au cours des années 90, GVS a en effet réalisé toute une série de portraits à l’aide de son polaroid acheté lors du tournage de Malala Noche, son premier long métrage sorti en 1986. Le réalisateur qui a commencé la photo à l’âge de 16 ans a ainsi photographié des centaines de personnalités (acteurs, chanteurs, écrivains…) et inconnues. Parmi elles : Matt Damon, Nicole Kidman ou bien encore Jake Gyllenhaal. En noir et blanc et saisissant à merveille la rencontre entre GVS et son modèle, ses polaroids servait pour selon à : « saisir le moment, sinon c’était perdu ». Les collages sont également une partie essentielle parmi ses œuvres plastiques. Technique à l’origine européenne comme l’a précisé GVS en conférence de presse, ces montages nous rappellent bien sûr Marcel Duchamp, grand artiste français symbole de cette forme d’art.

 Exposition Gus Van Sant à la Cinémathèque

La suite de cette exposition est consacrée à la peinture et à la musique. De nombreuses aquarelles de Gus Van Sant y sont exposées, des œuvres assez récentes puisqu’elles ont été faites entre 2010 et 2103. Autre corde à son arc, la musique est également de la partie à la Cinémathèque. Indissociable de sa cinématographie (The Last Days, la sonate au clair de lune de Beethoven dans Elephant,…), la musique est essentielle pour comprendre Van Sant. Durant sa carrière, il aura par ailleurs réalisé de nombreux clips, notamment pour Hanson et The Red Hot Chili Peppers :

Mais le fil rouge de cette exposition reste le cinéma. Tout au long du parcours on retrace la filmographie d’un réalisateur « touche à tout ». Avec le Cine Park mais aussi divers extraits et documents de travail, on peut ainsi comprendre le travail du réalisateur américain notamment sur Elephant. De plus, on peut voir un aperçu de sa nouvelle série When We Rise sur des militants LGBT, actuellement en préparation. Les influences de GVS sont également exposées, son maître William S. Burroughs figure de la Beat Génération, mais aussi Ed Ruscha ou encore Brion Gysin, deux grands noms de l’art contemporain.

Avec cette exposition de la Cinémathèque, on ne considère plus Gus Van Sant comme un cinéaste, mais comme un plasticien, avec un esprit qui se rapproche de Warhol ou Lynch dans son travail et sa vision. Une exposition à voir obligatoirement pour tout cinéphile qui se respecte.

Gus Van Sant, Expositions et Films

Jusqu’au 31 juillet à la Cinémathèque Française

Métro : Bercy

www.Cinémathèque.fr

Autour de l’exposition :

Sur le Site de la Cinémathèque, vous pouvez découvrir la Galaxie de Gus Van Sant a travers une toile géante. S’y dévoilent un tissu de liens artistiques, familiaux et amicaux. De plus, le restaurant de la Cinémathèque Les 400 Coups  invite la cheffe Nathalie Nguyen. Venant tout droit de Portland, elle vous fera découvrir de nombreuses spécialités de l’Oregon.

La Sueur

La Sueur

La Sueur, votre média sportif et culturel.
La Sueur
Photo By: cinémathèque.fr

Leave A Comment

Your email address will not be published.