Avec des débuts de playoffs parfaits, les Golden State Warriors surfent sur leur saison régulière dominante et son plus que jamais favoris.

Sur les 24 derniers matchs, les Golden State Warriors restent sur un bilan de 23-1.  Une saison régulière bien gérée et terminée avec le meilleur bilan de la ligue (67-15) malgré les mini-crises. Depuis le début des playoffs, la franchise domine de la tête et des épaules malgré l’absence de Steve Kerr. Un 8-0 pour démarrer la post-season sachant que Kevin Durant était handicapé par les blessures contre les Blazers. Oui, ça fait très peur.

Très reposée avant les Finales de Conférence, la franchise affrontera des Rockets ou de Spurs marqués. Sans Néné ou Tony Parker, la mission sera forcément très compliquée pour l’adversaire, car absolument tous les voyants sont au vert en Californie. On parle tout de même d’un écart moyen de 16.5 points lors de leurs 8 matchs de playoffs. Pour informations, les meilleurs champions de l’histoire n’affichaient que : 14.5 pour les Bucks 1971, 12.8 points pour les Lakers de 2001 et 11.7 pour les Bulls de 1991. Golden State domine grâce à un effectif extrêmement riche. Ainsi, Kevin Durant, l’un des trois meilleurs joueurs du monde est plus un luxe qu’une nécessité. Son absence en saison n’a pas vraiment handicapé son équipe tout comme sa convalescence lors des premiers matchs de playoffs.

Toutefois quand Durant joue, il fait le travail et le fait très bien. Cela permet ainsi de couvrir les trous d’air de certains de ses coéquipiers. Pour le reste, KD surfe sur la vague et n’a absolument pas besoin de forcer alors que nous sommes en playoffs ! Comment ne pas évoquer la renaissance de JaVale McGee que l’on croyait perdu pour le basket.

Les stats du Big 4 des Warriors :
Stephen Curry : 27.1 points (46.9%), 41% à trois points, 5.3 rebonds, 6 passes en 34 min
Klay Thompson : 16.1 points (40.7%), 36.2% à trois points, 2.5 rebonds, 1.8 passe en 34 min
Kevin Durant : 23.3 points (52.6%), 42.3% à trois points, 8.2 rebonds, 3.7 passes en 32 min
Draymond Green : 14.9 points (50%), 51.2% à trois points, 9.1 rebonds, 7.3 passes, 2.6 blocs, 2 interceptions en 35.4 min

Si ni les Spurs, ni les Rockets ne vont avoir les moyens d’arrêter l’armada californienne, les Cavaliers semblent également en sous-effectif. À moins que LeBron James n’active le God-Mode avec des 40-10-10 et que le reste des joueurs de l’Ohio soit au diapason, ça s’annonce très compliqué. Une seule hypothèse où nous voyons Cleveland stopper Golden State : un Game 7. Un match synonyme de fin de saison où LeBron James joue le titre et son héritage est le terrain de jeu préféré du King. Pour cela, les Cavs devront avoir arraché 3 victoires, ce qui paraît beaucoup plus compliqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *