UFC – Octobre 2020, Khabib Nurmagomedov disputait son dernier combat en carrière, et s’imposait par soumission au deuxième round contre Justin Gaethje, avant de prendre sa retraite.

Immédiatement après sa victoire sur Justin Gaethje et à la surprise générale, Khabib Nurmagomedov prenait sa retraite. Le champion UFC annonçait son départ après une troisième défense de ceinture suite à une promesse faite à sa mère.

Pour UFC Russia, l’ancien champion est revenu sur sa vie de retraité, qui aide désormais ses coéquipiers. Un soulagement pour lui en quelque sorte : « Je vis la vie d’une personne ordinaire, pas celle d’un athlète professionnel. Je pense que vivre la vie d’un athlète est un peu proche d’être détenu dans une prison. Parce que chaque jour, il doit faire exactement la même chose : s’entraîner, se reposer, puis s’entraîner à nouveau, puis se reposer. C’est comme vivre dans le même mode, au même rythme, sans ralentir. Une fois que vous ralentissez, vous n’êtes plus un champion. Je viens donc de me sortir de cette prison en quelque sorte. »

« Presque tout me manque si je peux le dire. Il y a tellement de moments où je ressens un manque de compétition ou d’entrain. Il y a beaucoup de choses qui me manquent. Tout simplement parce que j’ai passé toute ma vie à les faire. Non, il n’y a pas eu un seul moment où j’ai eu des regrets ou des doutes sur ma décision. Cependant, cet environnement de compétition lui-même me manque, les camps d’entraînement, le cutting, etc. »

SUR LE MÊME SUJET :

« Parce que c’est une sorte de dépendance et que vous ne pouvez pas vous en débarrasser, elle existe tout simplement. Parfois, vous voulez juste entrer dans l’octogone et botter le cul de quelqu’un, vous battre pendant cinq rounds d’affilée, et rendre les choses vraiment difficiles. Mais la vie est la vie. Même si ça n’avait pas été maintenant, à un moment de ma vie, j’aurais arrêté et j’aurais dit non à ce sport de toute façon. »

« Seul le temps nous dira si c’était le bon moment pour prendre sa retraite. C’est toujours le cas. Devrais-je ou ne devrais-je pas prendre ma retraite ? Nous pouvons spéculer à l’infini. Khabib a la possibilité de combattre avec tel ou tel gars, mais c’est une conversation sans fin. Il y aura toujours de nouveaux prétendants, de nouveaux champions ; beaucoup plus jeunes, beaucoup plus affamés. Il y en avait avant moi et il y en aura après moi. »

Pendant son règne, Khabib avoue ne pas avoir particulièrement savouré : « Dans notre sport, le plus haut sommet c’est gagner la ceinture, devenir le meilleur combattant. J’ai atteint ce sommet et vous savez, je n’ai pas ressenti beaucoup de satisfaction pour être honnête. Je suis sûr que beaucoup de gens pensent ‘wow’ et ce qui va avec, mais je n’ai pas ressenti de frisson. Je n’ai pas ressenti ce que je m’attendais à ressentir. Je pensais que j’obtiendrais plus de satisfaction d’une certaine manière, mais ça n’a pas été le cas. »

Partager cet article

Crédits photosUFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Valère

    C’est clair que les mecs qui sortent de prison sont tellement en manque qu’ils ne pensent qu’à y retourner!!!
    Si il compare la vie d’un athléte à être detenu en prison c’est peut être d’un autre côté qu’il faudrait chercher, un psy qu’il faudrait consulter ou je ne sais pas mais les autres athlétes sont plutôt en manque quand ils s’arrêtent car le frisson leur manque et lui apparemment ne l’a jamais connu!
    C’est quand même bizarre comme propos surtout que l’argent et la renommé qu’il a gagné dans l’octgone a quand même changé sa vie, peut être un autre défi hors du MMA!

    Répondre
  2. Jack

    @VALERE Plutôt que de prendre au pied de la lettre ce qu’a dit Khabib, il faut prendre de la hauteur et comprendre ce qu’il a voulu dire. Il a raison de faire la comparaison avec la prison, car quand on pratique le sport à très haut niveau, on se doit de faire des sacrifices immenses, entrainements de fou, diététique, vie monacale pour certains, cutting, c’est une vie de forçat et l’on est prisonnier de toutes ces contraintes si l’on veut rester en haut de l’affiche. Quand on arrête la compétition, on est en quelque sorte libéré. C’est comme ça qu’il faut comprendre ses propos et c’est comme cela que je les ai compris !

    Répondre
  3. Jerem

    Il y’a des gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l’égarement, mettent l’accent sur des dires à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation..

    Les propos de Khabib sont clairs!!

    Bonne retraite Khabib,on t’aimait,on t’aime et on t’aimera en dépit de la répulsion qu’en avaient les haineux!

    Répondre