Mark Hunt – un Panzer nommé Désir

D’origine Samoane mais assemblé en Nouvelle-Zélande, notre Panzer en question affiche 120 kilos pour 1m78 et à 42 ans, Mark Hunt aura tout vu.

Mark Hunt et « Walk Off »

Non, ça n’est pas le nom d’un tandem de policiers têtes brûlées dans une série flinguée des années 70 au générique pondu sur synthétiseur bon marché. Le Walk Off n’est même pas un nom ni un surnom : c’est une situation. C’est le petit moment Nutella qui vient juste après chaque exécution sommaire de Mark Hunt.

Le « Walk Off » c’est annihiler son adversaire sur un coup, et se barrer tranquillement avant même que sa carcasse ne soit écrasée au sol. Un peu comme quand « the Rock » ou « les cousins » (s’il y a des fans de Breaking Bad parmi vous…) s’éloignent d’une explosion sans y prêter la moindre attention, comme si la gravité du moment leur était aussi futile que le serait une tâche de vomi sur les pompes pour un Moscovite bourré (pléonasme ?).

Enfin, détendez-vous direct, vous n’y arriverez jamais et moi non plus. Être capable de voir dans les yeux de quelqu’un, au beau milieu d’un combat en cage, qu’il est complètement parti et qu’il a été rendu inoffensif, et avoir assez de confiance en le fait qu’il ne reprendra pas ses esprits pour lui tourner le dos et partir le pas léger vers d’autres aventures… ça demande une expérience du combat, un calme et une confiance en soi que 99,9735% des gens n’auront tout simplement jamais et surtout ; ça demande un pouvoir de KO qui dépasse l’entendement. Le genre de pouvoir qu’on ne trouve que dans les projets Manhattan, le regard de Vladimir Poutine ou le sourire de Denzel Washington.
denzel-washington

D’origine Samoane mais assemblé en Nouvelle-Zélande, notre Panzer en question affiche 120 kilos pour 1m78 et à 42 ans, Mark Hunt aura tout vu.

Une enfance rendue cauchemardesque par un père alcoolique et ultraviolent, talonnée par une adolescence difficile dans les rues d’Auckland (il passera deux fois par la case placard), il sera finalement repéré par un videur après avoir littéralement réarrangé la structure faciale de plusieurs personnes à la sortie d’une boîte de nuit. Ce sont les débuts en temps que kickboxeur, et par la même de la carrière sportive du « Super Samoan ».

En appuyant à partir de ce moment sur le bouton « avance rapide » de votre lecteur VHS vieux comme un tricératops grabataire, vous le verrez tenter sa chance à 24 ans en boxe anglaise, ou il compilera un triste record d’une victoire et une égalité, avant de se tourner vers le kickboxing, puis 5 ans plus tard en 2004 vers le MMA.

Dans le monde du pied-poing, il fait partie des légendes. Pas du niveau des Andy Hug, Ernesto Hoost ou encore Semmy Schilt (qu’il a quand même tous combattu sauf Andy..), là on a à faire aux Demi-Dieux du sport, mais plutôt juuuste en dessous, dans la catégorie des mecs à qui il a toujours manqué le petit quelque chose pour aller s’ajouter aux fresques dans le panthéon.

SemmySchiltvsPeterAerts2007Plus on tire vers la droite, plus la densité de légende au mètre carré se fait sentir. C’est le calibre auquel se frottait Mark Hunt..

Mark n’a jamais été un tacticien, il se reposait surtout sur un merveilleux sens du timing, une résistance au dommage toute samoane et un infernal pouvoir de KO. Ayant trouvé le succès sans avoir à forcer, il restera toute sa carrière un produit inachevé, un diamant non poli. De l’aveu de ceux qui ont partagé la même salle d’entraînement, il ne s’entraîne jamais réellement comme le devrait un combattant professionnel, mais juste assez pour arriver en forme le jour du combat, mais sans vraie préparation spécifique. Et pourtant, même avec un rythme de croisière de jonque Vietnamienne il aura battu Jérôme le Banner, Mike Bernardo ou encore Francesco Filho, autant vous dire pas des rigolos dans le domaine de la brutalité violente… Il ira même jusqu’à remporter le K1 en 2001 en gagnant 3 combats la même soirée.

Plus besoin de mots…

Entre 2004 et 2008 il poursuit en parallèle une carrière au kickboxing et au MMA, période pendant laquelle il ira se mesurer aux meilleurs combattants mondiaux de Fedor (qu’il rencontrera pour le titre) à Josh Barnett en passant par un Mirko Crocop lui même en transition du « Kick » au MMA.

Véritable star au Japon après sa participation au K1 et aux différentes éditions du Pride, il sera introduit aux fans américains par le biais de l’UFC. En empilant les « walk-off KOs » et les interviews d’un délectable laconisme, il s’est aménagé une place toute particulière dans le cœur des fans hardcores, et ça n’est pas un hasard si au moment de l’annonce de la blessure de Daniel Cormier il y a quelque jours, les réseaux sociaux ont explosé pour l’organisation d’un combat Jon Jones vs Mark Hunt en Heavyweight. Hunt avait fait savoir qu’il était « là au cas où, et qu’il l’avait déjà fait en remplaçant Cain Velasquez à 7 jours d’un combat pour le titre », et Jones qu’il « combattrait n’importe qui, Light-Heavyweight et Heavyweight compris », on était en droit d’espérer.

Mais bien sûr c’est sans compter l’UFC, qui n’a aucun intérêt à envoyer une de ses rares superstars en première ligne, et risquer ainsi un KO retentissant au premier round !

Spray and walk awaaay (ou l’Art du Walk Off)

Lors de sa dernière apparition, un « All-Star Fight » contre le vétéran et ancien Champion Frank Mir, notre Néo-Zélandais préféré (bon, peut-être avec Jonah Lomu et Russel Crowe) à fermé les lumières en 3 minutes.

La manière ? A-t-on même besoin de le préciser après vous avoir rebattu les oreilles pendant tout l’article ?

C’est donc après un cross thermonucléaire à l’oreille que le « Super Samoan » a pu devant nos yeux émerveillés se livrer à un énième « walk off KO ». Il expliquera dans son interview quelques instants plus tard :

« Frank, il était dans des contrées obscures quand je l’ai regardé après l’avoir touché. Son visage était toujours…Il n’était plus là, alors j’ai arrêté. Il n’était plus là. Il était parti, il était autre part. »

Quand on sait que le prix du billet de train pour les « contrées obscures » en question oscille entre trauma crânien et fracture de la mâchoire, pour la première fois dans notre vie on se mettrait presque à prier pour un retard de la SNCF !

Rust

Rust

Envoyé La Sueur à l'international, MMA chez La Sueur
Machine à tuer sympathique. La courtoisie est toujours de mise.
Rust
Photo By: walkingalonenyc.tumblr.com, kickboxingamsterdam.com, sleeplessthought.com, UFC
4 Discussions on
“Mark Hunt – un Panzer nommé Désir”

Leave A Comment

Your email address will not be published.