MMA en France

Lors des assises du MMA, la Fédération française de Boxe a dévoilé les différents projets pour la normalisation du sport !

Malgré le coronavirus, la Fédération française de Boxe avance concernant la normalisation du MMA. Vendredi dernier, Lionel Brezephin, Cadre Technique National à la fédération de boxe en charge du MMA a parlé des différents projets pour l’arrivée du sport lors des assises du MMA. Les premières licences doivent être distribuées à partir de septembre. On retient plusieurs grands points.

Passage de grades : « Il ‘s’agit d’un dispositif progressif et adapté à l’âge et/ou au niveau de pratique du licencié. Il contiendra les trois dimensions du combat et les frappes au sol. Le système proposé s’appuie sur les grades existants à l’IMMAF, mais aussi sur le développement à long terme de l’athlète ». Comme au judo, on part d’un grade blanc, vers un septième et dernier grade : noir. Celui-ci est qualifié de grade expert par Lionel Brezephin.

La structure compétitive : Il devrait y avoir quatre catégories : Amateur – Classe B, Amateur – Classe A, Promotionnel et Professionnel. Les frappes au sol ne seront autorisées qu’à partir du niveau Amateur – Classe A (équivalent compétition IMMAF). Les coudes ne seront autorisés qu’au niveau Professionnel, qui est par ailleurs le seul à autoriser une rémunération. À noter aussi que les rounds passeront à 5 minutes dès le niveau promotionnel (3 minutes avant). Une limite de 5-6 combats dans l’année est fixée pour tout combattant au statut promotionnel. Enfin, un certificat d’aptitude Pro sera obligatoire pour tout professionnel. Lionel Brezephin évoque « un vrai statut à part entière. » Il ne sera pas possible de redescendre de niveau.

Un examen de capacité professionnelle pour valider le statut de pro : Celui-ci se fera sur trois volets différents avec une validation d’aptitude médicale (pour écarter toute pathologie et/ou traumatisme), une validation d’aptitude technique (les prérequis défensifs minimums en MMA sur le striking/lutte/sol) et une validation d’aptitude professionnelle concernant les connaissances sur l’environnement professionnel (rédaction de contrat, être déclaré…).

Les combattants français à l’étranger : Le combattant devra transmettre à la fédération une autorisation de sortie de territoire. L’objectif étant un suivi médical optimisé et un suivi administratif. Cela pourrait éventuellement être compliqué en cas de short-notice à l’étranger…

Les combattants déjà professionnels : le certificat de capacité professionnelle sera à repasser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here