Ce qu’on a pensé de la saison 2 de Mr Robot à mi-parcours

La review à chaud de la première partie de la saison 2 de Mr Robot.

Après une première saison d’excellente facture, Mr Robot est de retour cet été pour une nouvelle slave d’épisodes. Après les 6 premiers actes (sur un total de 12), on fait le point à mi-parcours des péripéties d’Elliot Alderson.

Une saison 2 plus intimiste

Le géant E.Corp est hacké et les USA, première puissance mondiale est mise à mal. Le Président Barack Obama annonce à la télévision une crise sans précédente pour l’économie. Elliot Alderson et sa bande ont donc réussi leur coup : plonger le système capitaliste dans le chaos. C’est ainsi que commence cette nouvelle saison de Mr Robot qui reprend là où elle s’est terminée. Pour autant, le showrunner Sam Esmail (on parlera de son cas un peu plus tard) va rapidement délaisser le macro et se concentrer sur le micro. Après avoir fait tomber E.Corp, Elliot Alderson s’est isolé du reste du monde.

On peut donc voir durant ces premiers épisodes un héros au quotidien bien différent de  la saison 1. Match de basket, déjeuner avec son pote (incarné par le rappeur Joey Bada$$) et participation à un groupe jésuite, Elliot vit désormais éloigné de tout objet connecté. Une cure de désintoxication pour tenter de guérir de ce qu’il est réellement.

Sans rien dévoiler, cette première moitié de saison est très intimiste. Durant ces 6 épisodes, on en saura beaucoup plus sur Elliot et son passé. Il devra assumer qui il est et cela passera notamment par combattre son autre soi. Très freudienne, la série d’USA Network nous emmène ainsi dans les fins fonds de l’inconscient de son héros. Extraordinaire dans la première saison, Rami Malek augmente d’un cran son niveau. Du fait de la très grande diversité des scènes, l’acteur américain va élargir sa palette et nous proposer une interprétation de très haute volée. Nommé pour le meilleur acteur dans une série dramatique lors des prochains Emmy Awards, Rami Malek confirme tous les espoirs placés en lui avec cette suite de Mr Robot. On est sûrement en train de voir naître une future grande star d’Hollywood.

 Fort heureusement l’interprète d’Elliot n’est pas le seul à être excellent. Christian Salter, Carly Chaikin et Michael Cristofer (en patron cynique d’E.Corp) apportent une très grande profondeur à cette série. Mention spéciale à la petite nouvelle Grace Gummer vue autrefois dans The Newsroom.

Sam Esmail grand gagnant de cette saison 2

Créateur de Mr Robot, scénariste et producteur, Sam Esmail avait impressionné par son talent lors d’une première saison très originale et ancrée dans son époque. Pour cette suite, Esmail a décidé de contrôler la chaîne de fabrication de bout en bout en s’attelant à la réalisation des 12 épisodes. Si on pouvait craindre le pire au début, force est de constater que le showrunner se surpasse d’épisode en épisode.

Allant de surprise en surprise, Esmail éclabousse Mr Robot de tout son talent. Petit bijou de mise en scène, les 6 premiers épisodes sont d’une richesse et d’une diversité incroyable. Filmé à la perfection et captant chaque détail, le réalisateur nous plonge en plein rêve. Il arrive ainsi à créer une ambiance qui colle parfaitement à la psychologie tourmentée d’Elliot, mais aussi au chaos dans lequel le monde est plongé. Toujours très proche de l’actualité, Mr Robot continue de nous faire réfléchir sur notre système actuel et la toute-puissance d’internet.

Si les trois premiers épisodes manquent un peu de rythme (à l’image de ceux de la saison 1), les 3 suivants sont de très bonne facture. On avance de plus en plus dans une histoire qui contient de nombreuses nouvelles intrigues. Les deux derniers épisodes restent pour l’instant les meilleurs de cette première moitié de saison avec un 6e acte très atypique, mais ultra jouissif. Un conseil cependant, revoyez au préalable la première saison afin de ne pas être trop perdu.

Sam Esmail et Rami Malek continuent donc d’impressionner avec cette deuxième saison. Bourré d’idées avec une mise en scène surprenante, Mr Robot se place définitivement comme l’une des meilleures séries de ces dernières années.

 

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: USA Network

Leave A Comment

Your email address will not be published.