MMA – Dustin Poirier semble de plus en plus intéressé par un superfight contre Nate Diaz. Les deux hommes se sont répondus sur Twitter.

Alors que Dustin Poirier a obtenu un boulevard pour accéder au titre après sa victoire contre Conor McGregor, l’Américain pourrait choisir une autre option. Dana White, le président de l’UFC, garantissait au vainqueur de McGregor vs. Poirier 3 un title shot contre Charles Oliveira. Mais maintenant que « The Diamond » peut y accéder, il garde un œil sur un moneyfight.

Nate Diaz ressort lui d’une défaite face à Leon Edwards dans laquelle il a affirmé son statut de superstar de l’UFC. Véritable showman, l’homme de Stockton a fait vibrer tous ses fans en frôlant la victoire par KO dans la dernière minute. Il cherche aujourd’hui à rester actif et l’affronter représente un moneyfight garanti. Le plus jeune des Diaz devait déjà affronter Poirier à l’UFC 230. Malheureusement, son adversaire c’était blessé peu avant l’évènement. Il lui a ainsi répondu sur Twitter : « Combattons, n’ai pas peur cette fois ». Pour rappel, Diaz a proposé à Poirier de l’affronter en middleweight quelques semaines auparavant.

SUR LE MÊME SUJET :

Alors qu’un choc contre Charles Oliveira et sa ceinture lui tend les bras, Poirier pourrait bien surprendre tout le monde. « The Diamond » partirait grand favori face à Diaz et on ne peut lui reprocher de vouloir mettre sa famille à l’abri grâce aux revenus d’un tel superfight. En cas de victoire contre Diaz, il pourrait très bien affronter Charles Oliveira quelque temps plus tard. Mais attention à ne pas se faire surprendre par l’inépuisable Diaz qui a les capacités pour renverser la vapeur au dernier moment.

Partager cet article

Crédits photosInstagram Nate Diaz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chrysès

    « Laisser sa famille à l’abri »…

    Cette phrase, devenue expression, cache une manière de voir bien mesquine et surtout une certaine naïveté. Quoi qu’il en soit, elle semble tout excuser. Vouloir faire du pognon à tout prix, aux dépens d’une certaine hauteur morale et des règles de l’art, ce n’est pas mettre sa famille à l’abri. Cela s’appelle de l’avidité, avec toutes les conséquences que celle-ci implique. Surtout quand on en fait l’apologie par des euphémismes itératifs.

    Alors, hauteur morale ou avidité ?

    Répondre