Preview F1 2017 – Renault peut-elle ambitionner le top 5 ?

Présentation de la Renault 2017 avec pour objectif de finir 5e au classement des constructeurs.

La structure en question 

Renault repart quasiment d’une copie blanche en cette saison 2017, après un exercice précédent chaotique. Lors de cette intersaison, Frédéric Vasseur est parti de la structure d’Enstone. Alors que Cyril Abiteboul devrait prendre davantage de pouvoir sur la structure sportive.

Lors de la présentation de la monoplace, l’ensemble des observateurs de la Formule 1 ont appris la titularisation d’Alain Prost en qualité de conseiller spécial. Quel sera son rôle précisément ? Cela reste très flou à l’heure actuelle. De quelle manière, il pourra aider Renault ? Personne ne le sait, car il ne sera pas impliqué au quotidien dans l’écurie.

Le choix des pilotes 

Après une année 2016 au combien délicate, Kevin Magnussen a marqué 7 points pour le compte de l’écurie française. Cependant, le pilote danois n’est pas resté chez Renault malgré qu’une proposition existait. C’est donc, Jolyon Palmer qui reste une année de plus au sein de la société française, malgré une première saison en F1 difficile dans l’ensemble.

Il sera accompagné de Nico Hülkenberg en provenance de Force India. Toutefois, le pilote allemand représente le 4e choix de l’équipe derrière Sergio Pérez, Carlos Sainz Jr et Valtteri Bottas. Cependant, Renault veut s’appuyer sur sa recrue qui n’a toujours pas fait un podium en F1 depuis 2010. Est-ce que c’est la bonne stratégie ? Seule la saison à venir nous le dira.

Les ambitions pour 2017

Inutile de dire que la saison 2017 de Formule 1 verra le jour avec une nouvelle réglementation. Renault ambitionne de finir 5e au classement des constructeurs. Cela veut dire des points très régulièrement, mais est-ce que Renault en a-t-il les moyens ? Très probablement. De plus, Cyril Abiteboul a déclaré que la réglementation jouerait en faveur de l’écurie d’Enstone :

« Je pense que nous assisterons à une course au développement cette saison, et j’éprouve réellement de la sympathie pour les équipes qui disposent de peu de ressources. »

« Cela va être très difficile pour les petites équipes cette saison. Je pense que la plupart du budget de Force India pour construire leur voiture de cette année est déjà consommé, simplement pour faire face au nouveau règlement. »

« C’est quelque chose que nous prenons aussi en compte. Avec le niveau de ressources que nous avons, nous devrions être capables de battre facilement des équipes comme Haas et Force India cette année. »

Même si la réglementation change, il faut faire attention au fait que certaines structures ont entamé un travail conséquent. De plus, Haas a stoppé le développement de la monoplace assez tôt, pour se concentrer sur cette saison.

Malgré tout, il faut faire attention, car les autres équipes n’auront pas chômé durant l’intersaison.

Au point de vue des pilotes, Nico Hülkenberg apparaît comme le fer-de-lance de l’écurie. Derrière, Jolyon Palmer devra élever son niveau sous peine de ne pas être reconduit en 2018.

Réaliste ou non ?

Renault apparaît comme une équipe en renaissance, on pourrait même dire que c’est l’an 0 pour la société française. Cependant, les autres écuries auront travaillé afin d’hausser leur niveau.

En interne, la marque au losange doit être mieux structurée et aller dans une même direction. Tout cela prendra du temps et l’implication d’Alain Prost pourrait être scrutée. La question que tout le monde se pose est la suivante : est-ce que Renault peut finir 5e ? Réponse à partir de Melbourne. Par Anthony M.

Photo By: @RenaultSportF1

Leave A Comment

Your email address will not be published.