L
a créativité est le maître mot des enseignes de textile afin de rester compétitives. La marque Sandro du groupe SMCP (Sandro Maje Claudie Pierlot) l’a très bien compris en s’entourant de personnalités influentes de plus en plus issues du domaine musical.

Afin de compenser la longue fermeture de ses commerces par le gouvernement en raison de la crise sanitaire, la marque avait lancé il y a quelque temps une expérience inédite de virtual shopping : Un service de rendez-vous visio personnalisé avec un conseiller de vente. Mais ce n’est pas tout : dans le but de rester visible, on remarque que la marque s’est récemment rapprochée de manière directe ou indirecte avec le milieu musical.

Les collaborations de Sandro avec des personnalités du milieu de l’influence et de la mode sont multiples : Constance Arnoult, Mara Lafontan, Justine Soranzo, etc. Cependant, la visibilité acquise au travers de personnalités du monde musical s’est faite de manière plus récente chez la marque. L’exemple le plus frappant fut ainsi la collaboration Sandro x Clara Luciani sur une capsule de 30 références en série limitée et numérotée. Cet évènement fut d’ailleurs accompagné d’une performance live 100% digitale retransmise sur le compte Instagram de la marque. Plus récemment, c’est l’artiste Aya Nakamura que l’on voyait avec une veste en laine à carreaux effet surchemise, le tout dans un style très casual.

Ce rapprochement (direct ou indirect) peut être bénéfique pour la marque. En effet, les personnalités du monde musical sont de plus en plus suivies sur les réseaux sociaux et jouent un rôle qui influence de plus en plus l’opinion publique. Le fait de s’associer à des personnalités dans ce domaine(si leur image correspond à la marque) permet ainsi de toucher d’autres publics, mais également de se lancer dans des créneaux comme celui du live, encore peu utilisé par les marques avant les confinements. Pour les artistes durement touchés en leur coeur par l’impossibilité de réaliser des concerts, les collaborations avec des marques leur permettent ainsi de maintenir une visibilité certaine.

Si 2021 n’est pas l’année de la fin de la pandémie, alors il faudra probablement s’attendre à la multiplication des initiatives comme celles de Sandro l’année prochaine.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *