The Revenant : Man versus Wild

Critique du film évènement The Revenant

Réalisé par Alejandro G. Iñárritu, The Revenant retrace le véritable récit du trappeur Hugh Glass, interprété avec brio par un DiCaprio habité et qui semble en bonne position pour son premier Oscar. Il s’agit de la seconde adaptation cinématographique du mythe américain après Le Convoi Sauvage (1971) de Richard C. Sarafian, avec Richard Harris (le survivant ici se nomme Zachary Bass) et John Huston (Capitaine Henry) dans les rôles principaux.

Après des mois de hype, de révélations en tout genre, le film événement est enfin là ! On vous décortique tout ça.

Le pitch : Un trappeur est attaqué par un ours et laissé pour mort par ses comparses (John Fitzgerald, joué par Tom « Bane » Hardy en tête). Cet homme, assoiffé par la vengeance et le désir de vivre fera tout pour retrouver ses anciens compagnons.

Inspiré d’une histoire vraie, The Revenant est basé sur un livre de 2002 écrit par Michael Punke, qui a été inspiré par l’histoire de Hugh Glass. Quelques modifications été apportées entre l’homme et l’histoire, Glass a vraiment vécu une aventure unique et intense. Hugh s’est effectivement fait attaquer par un ours, a effectivement été laissé pour mort et à également parcouru seul plus de 300 kilomètres.

Il n’est en revanche pas présent dans l’expédition du film et ne cherche pas à assouvir (SPOILER !) le désir de vengeance pour son fils (car il n’avait pas de fils) mais il est bien parti en expédition avec le Major Andrew Henry (joué par Domhnall Gleeson), présent dans le film…

CqDWhoO

Tourné au Canada, notamment en Colombie-Britannique et en Alberta, The Revenant propose des paysages à couper le souffle et est filmé uniquement en lumière naturelle. Acteurs à part entière dans ce film, les décors ont une importance essentielle dans le travail d’Iñárritu. Forces du film, ils rappellent à chaque instant, ô combien le tournage a été difficile pour toute l’équipe (9 mois de tournage au lieu de… 80 jours) qui a fait face pendant plusieurs mois à des conditions climatiques extrêmes ; Tom Hardy a même été obligé de renoncer à son rôle dans Suicide Squad pour terminer le tournage. Au terme de la séance, on ne peut que saluer le parti pris du réalisateur avec des plans aussi sublimes que violents.

Par ailleurs, The Revenant fait énormément penser à certains films de Terrence Malick notamment dans l’esthétique et la mise en scène. Si le film nous rappelle sur certains points le Nouveau Monde sorti en 2003 avec Colin Farrell, The Revenant apporte son lot d’originalités (effets sonores et la séquence de l’ours notamment) et un cadrage proche de la perfection. Un an après Birdman, Alejandro G. Iñárritu prouve qu’il est bien l’un des réalisateurs les plus inventifs d’Hollywood et un nouvel Oscar pour lui ne serait en aucun cas une surprise.

.

On vous conseille donc vivement ce film, ne serait-ce que pour la performance technique et le jeu d’acteur impeccable de DiCaprio, à l’origine du projet et qui s’est investi à 200 % (baignades dans des rivières glacées, dégustation de foie de bison cru et siestes dans des carcasses d’animaux).

Photo By: Daniel Nash
1 Discussion on “The Revenant : Man versus Wild”

Leave A Comment

Your email address will not be published.