« La Sueur épargne le Sang » – Tim Kennedy

Retour sur le parcours de Tim Kennedy qui fait son grand retour ce soir lors de l’UFC 206.

Qu’on croit ou qu’on ne croit pas à la version officielle du 11 septembre 2001 une chose est sûre, le jour qui a suivi le désastre, des milliers de jeunes américains noyaient les centres de recrutement de l’armée, un certain Tim Kennedy était de ceux là. La différence entre ledit Tim Kennedy et le reste du monde, c’est que 14 ans plus tard, lui, fait jeu égal avec les meilleurs combattants de MMA au monde et a été membre actif du détachement Alpha des Forces Spéciales de l’armée Américaine. Que les autres « milliers de jeunes Américains » susnommés ont probablement, à l’heure où on parle, une Duff à la main et l’oeil rivé à « qui veut gagner de l’argent en masse ». Alors encordez-vous et paumez pas vos crampons, on se lance à l’assaut du Mythe.

« – Vous avez l’expérience de la guerre, Monsieur Rambo ?
– J’ai vidé quelques chargeurs. »

Quelques jours avant d’aller signer son contrat avec la US “motherfucking” Army, il disputait son premier combat en cage contre Scott Smith. Il perd par arrêt de l’arbitre en mois de 3 minutes à cause d’une sale coupure sous l’oeil gauche, il se fait recoudre en backstage par un vieil indien, clope vissée au bec. Geronimo (pardon pour ça) a tellement salopé le travail que Tim a gardé cette cicatrice jusqu’à aujourd’hui. Il était sûr de gagner et a de son propre aveu, sous estimé son adversaire. Première et dernière fois.

9 ans plus tard il combattait pour le titre au Strikeforce contre l’Alligator Brésilien Ronaldo Souza, un des champions les plus décorés de tous les temps en jiujitsu brésilien qui s’est découvert une droite  à décorner des boeufs. Le match est serré et les juges offrent la décision, plus que controversée, à « Jacare » Souza. Cela n’empêchera pas notre Captain America de continuer son ascension vers le sommet : parmi les tueurs à gages qui croiseront sa route on reconnaitra:

  • Melvin Manhoef (un des kickboxers les plus explosifs que la terre ait jamais pondue, un highlight vous suffira pour succomber),
  • Robbie Lawler (Ancien Champion Welterweight à l’UFC),
  • Luke Rockhold (AncienChampion Middleweight à l’UFC),
  • Roger Gracie (10x Champion du monde de BJJ, 2x Champion à l’ADCC),
  • Yoel Romero (médaillé d’argent aux jeux Olympiques et champion du monde de lutte freestyle) et bien d’autres encore.

Le mec a un CV long comme le bras du slenderman. Son classement officiel est #10 mondial mais en réalité l’UFC pourrait parfaitement l’envoyer là tout de suite parler du pays au champion actuel que personne n’irait se plaindre. D’ailleurs, Dream Tim a déjà croisé Bisping pour une victoire et Rockhold… Les deux se sont rentrés dans le lard il y a 3 ans pour le titre au Strikeforce (le second essai pour Kennedy), Rockhold avait alors infligé au sniper d’élite, après s’être envoyés des amabilités dans la mâchoire pendant 25 minutes, une des 5 défaites de sa carrière.

usa-today-8111048.0

À 37 ans, Tim a les deux pieds dans le game et un palmarès à faire pâlir 99,9% des combattants professionnels du globe, et pourtant ce n’est rien en comparaison avec ses accomplissements en treillis, patch de Ranger sur une épaule et de béret vert sur l’autre.

Vous connaissez tous le légendaire nom de l’Agence tous Risques : the « A-Team »? Et ben vous serez tout tourneboulés d’apprendre que les créateurs de la série ont utilisé le surnom en réalité donné aux « Détachements Opérationnels Alpha », 6 groupes de 12 hommes surentrainés tout en haut de la chaine alimentaire qui constituent l’élite des Forces Spéciales de l’Armée Américaine. Les mecs qu’on envoie pour les missions les plus délicates, les mecs qui réussissent là où personne n’est sensé pouvoir aligner deux pas avant de calancher. Tim Kennedy en a fait partie. Vous l’imaginez, chacun a un rôle bien précis dans une escouade et certains ont des spécialités un peu plus pétés que les autres (genre le responsable des communications), lui était le Sniper de son équipe et le spécialiste en armement. Il a été envoyé avec sa meute pour des missions d’infiltration et d’abattage ou d’exfiltration de cibles clés en Irak et en Afghanistan. Si vous bitez un peu l’anglais prenez 2 minutes pour écouter les quelques histoires dont il a le droit de parler, elles sortent tout droit de « la Chute du Faucon Noir ».

Oui cet homme est bien réel. Non ça n’est pas une audition pour un rôle dans le prochain Ridley Scott. Inspirez… Expirez… Son secret pour ne pas tourner schyzo et massacrer la moitié de son bled au Texas à cause du trop plein de stress causé par sa vie hallucinante et des coups engrangés à répétition quand il fait la guerre avec des lutteurs Cubains dopés à la testostérone et bâtis comme une barre d’immeuble? « Une famille exceptionnelle, des amis exceptionnels, et beaucoup de sexe ». Sa femme, qui doit subir des guerres civiles dans son éminence à intervalles réguliers, a toute notre admiration.

Quand on vous dit que c’est Captain America c’est pas une hyperbole, et si Georges St Pierre s’est fait aligner comme une crotte de nez dans le dernier opus « the Winter Soldier », j’aime autant vous dire que ça aurait filé autrement avec Tim Kennedy… En gunfight à distance, en combat au couteau, à mains nues ou sur un « 4 à a suite » à QUPUC, un conseil : misez sur Tim Kennedy.

Rust

Photo By: USA Today

Leave A Comment

Your email address will not be published.