Un retour du MMA sans gants – l’idée Elephant Man ?

MMA sans gants, non ce n’est pas si stupide

Heureusement que La Sueur vole encore (pour l’instant) loin des radars, autrement l’article aurait probablement récolté une biblique volée de bois verts. « Du MMA sans gants ? C’est intéressant, et pourquoi pas le retour de la torture en place publique ? Profitons-en pour légaliser les combats de vieux ou les combats de clébards, tant qu’on y est ! Pourriture de communiste… » . En paraphrasant, c’est grosso modo ce qu’on aurait pris dans le tarin si on était mainstream.

Mais là on est entre gens de bonne compagnie, entre hipsters, on va donc pouvoir parler en toute décontraction de l’impact qu’aurait le retrait des gants sur les combats en MMA.

lutte

 Quoique les mains à gauche soient sur le point de tenter, on leur déconseille fortement

Qu’on se mette d’accord tout de suite, en mettant l’idée sur le tapis on n’a pas inventé le fil à couper l’eau chaude ; les premiers UFC étaient sans gants; sans grand-chose en fait, les coups de boules étaient autorisés, le broyage de parties génitales aussi. Les mecs n’étaient vraiment pas pointilleux pointilleux sur les codes de la gentlemanerie. Les « Vale Tudo » au Brésil étaient sans gants et les championnats de Pancrace dans le monde antique étaient bien évidemment sans gants puisqu’ils étaient également sans slibards. Mais le MMA mondial a évolué depuis, et avec lui les codes et règlements. Les mitaines font aujourd’hui partie de l’accoutrement obligé de toute organisation de MMA qui se respecte (à part le « Pancrace moderne », du MMA sans frappe au sol qui n’autorise que les coups de poing mains ouvertes). Mais si c’est rassurant visuellement, est-ce pour autant la meilleure option du point de vue sécurité ? Penchons-nous ensemble comme des biatches sur la question.

aldo-lamas5

Il fallait une photo de gants, alors voilà une photo de gants

Les gants au MMA sont donc, somme toute de simples mitaines de 4 onces d’épaisseur (contre 8 à 10 en boxe anglaise). Si on analyse objectivement leur utilité, il s’agit plus d’une protection pour la main elle-même que pour le corps de l’adversaire. À 4 onces ou poings nus, si vous balancez un platane à force égale dans la pommette du corniaud d’en face les dommages cérébraux seront exactement les mêmes à la fin de la journée. Mais là où ça devient sensible et/où il faut, lors d’un débat public sur le sujet, commencer à *roulements de tambours désabusés* prendre des gants *triste cymballe*, c’est qu’il est même MOINS dangereux de combattre sans rembourrage au niveau des phalanges !

Si vous n’aviez pas les mitaines à l’UFC, au WSOF ou partout ailleurs, vous auriez chaque samedi toute une pelletée de mains explosées, de phalanges brisées en 78 morceaux et de coups de fils inconfortables à Maman pour les mettre au courant… Sans protection, tout le monde relâcherait considérablement la pédale d’accélération au moment de passer berserker avec les combinaisons en poings. Les « overhand rights » de Brontosaure de Roy Nelson ou de Fedor, les terrifiants assauts Full Blast à 3 ou 4 crochets de Junior Dos Santos ou encore les missiles de croisière de Melvin Manhoef, vous pouvez faire une croix dessus.. Personne ne se risquera à perdre leur outil de travail le plus important.

foxsportsasia.com_

D’un autre côté, avec ou sans gants, rencontrer Melvin Manhoef ça pue le traquenard de toute façon

Georges St Pierre en parlait lors de son passage chez Joe Rogan : lors de son combat contre Nick Diaz, il s’est plusieurs fois retrouvé en position dominante en contrôle de Nick alors que ce dernier était en tortue sur les genoux et sur les coudes. Dans ce genre de situation, il en a profité pour ajouter quelques crochets bien sentis pour prendre le large au score, mais de son propre aveu, sans gants il n’en aurait pas claqué une seule ! Trop risqué, Nick peut bouger à tout moment et si un des coups ripe c’est la dernière phalange ou le pouce qui trinquent. La partie intéressante, c’est qu’il faudrait alors repenser intégralement l’approche en termes de striking. Et si les KO’s seraient beaucoup moins nombreux, il serait fascinant de voir quelle stratégie utiliseraient les plus fins limiers du pied-poing pour arriver à leurs fins, probablement beaucoup de feintes, beaucoup de jab et d’uppercuts, et le clinch.. alors ça on en boufferait jusqu’à l’indigestion. Le clinch deviendrait probablement l’arme numéro 1 des chasseurs de bison comme Alexander Gustaffson, Robbie Lawler ou Jacare Souza. Ce serait terrifiant.

MMA: UFC 167-St-Pierre vs Hendricks

Georges le Magnifique

Georges St Pierre (aka GSP aka Rush aka « Canadian Pussy Magnet ») poussa même l’idée d’un véritable combat ultime dans ses retranchements, en remettant au goût du jour l’abolition totale et complète des rounds et du système de scoring calqué sur celui de la boxe anglaise, inadapté au MMA. Revenir au plus près des combats de Pancrace dans la Grèce antique en somme (GSP n’a d’ailleurs jamais caché sa fascination pour cette période de l’Histoire). Le problème c’est que ce genre d’idée déclenche généralement, par principe plus que par conviction de la part de ses détracteurs, une levée de boucliers outrée et dégoulinante d’une immonde, mais tellement politiquement correcte bien pensance.

Aux yeux du grand public, le MMA, c’est une bande de suprématistes blancs dégénérés qui se rassemblent dans une cage pour se battre jusqu’à la mort, avant d’aller joyeusement violer des cadavres et boire le sang d’enfants handicapés. Bon on s’emporte peut-être un peu, mais le tableau n’est pas si caricatural ! Demandez à votre Tante Constance ou à votre prof de Littérature ce qu’il pense du combat libre et il y a une chance sur deux pour que les mots « combats de chiens » ou « animaux en cage »  soient clamés avec ardeur et dégoût dans les 30 secondes suivantes. Alors, enlevez les gants et là ce sera un second déluge, un nouvel hiver glacial pour le monde du MMA.

C’est là tout le paradoxe, alors que la sécurité des combattants en serait grandement améliorée, l’image même du sport en pâtirait tellement que c’en serait probablement la fin.

En parlant de fin, il n’est de bonne société qui ne se quitte, je vous propose donc pour résumer le propos de faire un triomphe à MC Sophocle, venu tout droit du 5ème siècle avant l’ère commune nous présenter une citation tout en retenue, mais sacrément adaptée au battage médiatique contre le MMA :

« Tout est bruit pour qui a peur »

sophocles

the Natural Born Punchliner

Dans les enregistrements audio qui nous restent de l’époque, on l’entend clairement rajouter « bande de trimards », mais pour une raison obscure ça n’est pas resté… Le CSA Antique ? Les Francs Maçons ? Dominique de Villepin ? Allez savoir.

Rust

Photo By: sportsjoe.ie, scifighting.com, usatmmajunkie.com, Esther Lin

Leave A Comment

Your email address will not be published.