Test Yakuza 6 : The Song of Life – digne d’un film de Takashi Miike

Yakuza 6 : The Song of Life arrive enfin en France. On a testé le jeu avant sa sortie le 17 avril prochain… On a aimé !

Yakuza est le genre de jeu qui parvient, au fil des ans, à fidéliser son public et à systématiquement cartonner. La suite des aventures de Kiryu est sortie en décembre 2016 au Japon ! 1 an et demi après, le voilà qu’il débarque en Europe et aux USA. Retour sur les nouvelles aventures du Yakuza le plus emblématique de chez Sega.

Le jeu démarre là où l’épisode 5 s’est arrêté. Kiryu est approché par la police qui souhaite le mettre en prison pour tous les crimes qu’il a perpétrés. De son côté, Haruka décide d’arrêter la chanson et de se focaliser sur une toute autre vie. Seulement voilà, après avoir purgé sa peine, Kiryu apprend que Haruka a mystérieusement disparu, le tout sous couvert de magouilles du clan Tojo qui entend bien faire régner sa loi…

Graphiquement, le jeu se dote d’un nouveau moteur. Même si ce n’est pas parfait tout le temps, l’ensemble de l’univers est tout de même propre, même si nous avons noté quelques ralentissements ici et là. Difficile de lui faire le procès de graphismes un peu vieillissant par moment de par le fait que le jeu est sorti voilà un an et demi déjà ! En 18 mois, nous avons eu l’occasion de nous exploser la rétine avec des jeux bien plus évolués graphiquement.

Les quartiers de Kamurocho et l’univers de la ville en général fourmillent de détails et procurent une ambiance comme nulle autre pareille. Chaque exploration nous donne l’impression de replonger, quelques instants, dans Shenmue. Cette sensation de voyage et d’ailleurs qu’inculque Yakuza au joueur est tout bonnement rafraîchissante.

Kick his ass

Tout au long du jeu, vous aurez différents objectifs à réaliser vous obligeant ainsi à déambuler ici et là dans la ville. Force est de constater qu’il n’est pas toujours simple de se repérer sur la map. Il vous faudra, peut-être, un certain temps avant de devenir un expert.

Nous faisions allusion à Shenmue dans le paragraphe précédent notamment lorsqu’il est question de faire écho à toute une ambiance visuelle et sonore propre à l’Asie. Vous aurez ainsi l’occasion de dépenser vos deniers dans un des nombreux distributeurs de la ville, les supérettes, les restaurants, les karaokés, chatter en ligne avec des filles. Sachez que ces « tâches du quotidien » ne sont pas là que pour nourrir le folklore. À noter qu’il vous sera même possible de jouer à d’autres jeux comme Virtual Fighter 5 notamment.

En effet, vous aurez l’occasion de croiser sur votre route des Yakuzas, des petites frappes en tout genre qu’il vous faudra corriger. Le fait de se dégourdir les jambes vous permettra de gagner quelques deniers, de vous payer à manger et ainsi récolter des points de compétences vous permettant d’upgrader les compétences du héros. Simple, efficace.

Les phases de combat vous emmèneront dans un pur délire puisqu’il vous sera possible de mettre KO un adversaire en lui sautant dessus avec une bicyclette ou en tentant de lui briser la mâchoire en martelant la touche carré ou triangle, c’est selon. Plus vous pétez des rotules et plus vous remplirez votre jauge de « beast » vous permettant ainsi de rentrer en mode furie. En gros, vous allez tout déglinguer.

Alors certes pour les fans de la première heure peu de choses vont leur sembler nouvelles, mais pour les petits nouveaux, ce jeu fera office de petite bulle d’air.

Are you talkin’ to me ?

Le parallèle avec Shenmue peut ainsi continuer de par le fait que le jeu n’est disponible qu’en VOSTA (japonais, sous-titré en anglais). Alors certes, ce n’est pas une pièce de Shakespeare, mais n’empêche que cela pourra en rebuter quelques-uns si tant est que la langue anglaise leur fasse défaut.

Tout au long de l’aventure, vous aurez l’occasion de rencontrer de nombreux personnages secondaires vous permettant ainsi de remplir des quêtes annexes, mais qui peuvent s’avérer très utiles (et super variées !) si vous souhaitez compléter le jeu à 100%.

Avec un scénario haletant, une ambiance digne d’un film de Takashi Miike et d’un personnage principal charismatique, ce Yakuza 6 a tout pour séduire et nul doute qu’il parviendra à séduire les aficionados de la série comme les néophytes. Note : 16/20

On aime :
L’ambiance
Le scénario
Péter des genoux avec un vélo

On aime moins :
Quelques ralentissements
Des graphismes de temps en temps un peu désuets

Photo By: Sega

Leave A Comment

Your email address will not be published.