Avec Agartha, Vald sort son projet le plus abouti

Le premier véritable album de Vald, Agartha est sorti ce vendredi 20 janvier. Une réussite.

Préambule : Légende datant de l’Antiquité, l’Agartha est un royaume idéal, un univers souterrain. Aujourd’hui, il resterait quelques galeries reliant Agartha à la surface de la Terre. La question étant de savoir où se trouvent ces galeries…

Avec NQNT puis NQNT 2, Vald était passé de gentil trublion à artiste attendu. Son premier véritable album, Agartha, était donc scruté de près. Après avoir dévoilé le réussi Eurotrap, il sortait Megadose. Petite Chatte, le dernier extrait sorti nous avait fait un peu peur. Et si Agartha tournait au gros troll ? Sur 17 morceaux, on pouvait avoir quelques craintes.

Sullyvan palpe comme à la morgue
Mon poing dans l’cul, comme Panacloc – Vald sur L.D.S

Sur les 6 premiers morceaux, on se surprend à écouter un Vald « sérieux ». Ça commence à partir en vrille sur Meilleure Amie. Le combo autotune-piano-beat entraînant fonctionne bien. On doute que Lorie soit derrière ce morceau, dans la continuité de Je t’aime ou hommage à l’une de ses drogues favorites, le mystère reste entier.

Étant jeune et têtu, j’ai fait du rap, et les thunes étaient nulles
Maintenant, Vald, c’est l’élu, c’est l’élu
Neo, Neo, Neo, Neo… oh non… – Vald sur Neo

Après quelques autres délires tout droit sortis de son esprit perfide, le morceau tant attendu arrive enfin : le featuring avec Damso. Les deux phénomènes du rap francophone nous un morceau sur les prostituées et le plus vieux métier du monde. On aime, surtout quand Vald se plaît à emprunter le phrasé de son illustre aîné du 92 :

Elle sort ses seins mais va rien allaiter
Elle sent le cul et l’beurre de karité
Ce rap est sale, c’est pas d’la variété
Ou bien d’la sorcellerie, faut les Garcimorer
Toutes ces garces mijaurées, maxi promo surpasse la qualité
Sacrifice de bébé dans berceau alité
Peut faire de toi une personnalité
J’tire sur le joint comme un enfant déscolarisé
Et sur ton équipe de tchoins désolidarisées 

On note aussi Kid Cudi, hommage au rappeur américain torturé par les problèmes personnels dernièrement. « J’ai envie d’me suicider comme Kid Cudi » nous dit Vald. Fais pas ça vieux…

Il termine ensuite l’album avec deux balade autotunée Libellule et Dernier Verre. Avec Agartha, Vald nous livre donc un album complexe, risqué et varié où l’artiste nous dévoile les différentes facettes de son art. Ceux qui craignaient trop de morceaux WTF peuvent être rassurés, ce n’est pas le cas. Comme toujours, Vald risque de diviser. Avec un premier album où beaucoup auraient joué la sécurité, Sullyvan nous surprend encore. NQNT.

Le Big 3 d’Agartha :
Acacia
Je t’aime
Libellule

Photo By: Vald
4 Discussions on
“Avec Agartha, Vald sort son projet le plus abouti”
  • J’adore(ais) Vald, j’écoutais en boucle, j’allais à son concert, mais je pense que c’est finis…snif
    Auparavant c’était un bon rappeur, mais avec cet album on retrouve toute la daube que le RapTrap nous sert depuis qu’il est sorti. Finis les textes, fini le rap (devenu du chant transformé en auto-t(h)une), les instrumentales sont toutes les mêmes..
    Il faut avouer qu’a l’écoute de cet album tout est pareil.. Bien loin de l’album précédent avec chaque morceau avec une vraie identité.
    Le choix des textes pour les rimes sont de plus en plus mauvais et donne un niveau des plus bas aux soi-disant punchlines alors qu’il était très bon pour l’exercice autrefois. C’est dommage car ce qu’il souhaite raconter dans cet album aurait été parfait avec tout le génie d’autrefois.
    On se sent un malaise sur des morceaux tellement ça sent le plagiat..particulièrement Eurotrap (cf Die Antwoord). Bref bonne déception (je m’en doutais un peu avant la sortie) car j’étais vraiment fan du personnage, de ces chansons et de son rap.
    Je vais tenter d’oublier Agartha, d’écouter les anciens morceaux et prier « dieu Vald » pour qu’il change une nouvelle fois au prochain album.

Leave A Comment

Your email address will not be published.