Bianca Costa

Ses vidéos Bossa Trap cumulent plusieurs milliers de vues sur YouTube : la jeune artiste Bianca Costa est en train de doucement, mais sûrement se faire une place dans le game. Pourquoi ce succès et pourquoi miser sur cette jeune artiste ? Décryptage.

Bianca Costa est une jeune artiste née au Brésil arrivée en France à l’âge de 10 ans. Issue d’une famille de musiciens, elle a très vite commencé à écrire ses propres chansons. Plus récemment; la jeune femme a sorti l’EP Florianopolis. mélange savant de ses influences brésiliennes et françaises. Voici les quelques raisons qui expliquent ce succès et les raisons pour lesquelles cette jeune artiste peut aller très loin :

1 – Une identité lyricale forte

Avec sa double culture francophone et lusophone, Bianca Costa mélange dans ses morceaux ses deux influences, notamment au niveau de l’écriture des textes. C’est même une signature de la chanteuse: parfaitement bilingue, la plupart de ses morceaux (ou reprises) comportent des passages en portugais au milieu de couplets chantés en français, le tout dans une fluidité remarquable. Alors que la plupart des artistes choisissent souvent l’anglais (ou l’arabe) comme deuxième langue de chant, Bianca a choisi de mettre en avant la langue portugaise, ce qui la distingue immédiatement de ses homologues artistes. On peut d’ailleurs observer que ce créneau du chant en plusieurs langues dans un seul morceau est un créneau qui commence à être de plus en plus exploité par de nombreux artistes, parmi lesquels on peut citer Tawsen.

2 – Une palette d’influences diversifiée

Lorsque l’on regarde le paysage musical français, notamment celui du hip-hop, on remarque que la plupart des influences musicales des artistes se situent principalement aux États-Unis ou en Afrique. Le cas de Bianca Costa est particulier en ce que ses influences se situent principalement en Amérique latine et cela se ressent dans les productions qui mélangent des sonorités bossa-nova et baile funk à des sonorités plus traditionnelles et connues de trap.

3 – Un concept musical original

A la manière de MHD avec ses Afro Trap, de Tayc et ses Afrolov’ ou encore de nombreux artistes, Bianca Costa a choisi le terme de « Bossa Trap » afin de qualifier sa série de covers oscillant entre les 2 genres. L’intérêt de ce genre de concept pour les artistes est double : permettre de tenir leur public avec la sortie régulière de performances, et également de se différencier de la concurrence si le concept de séries/freestyles est original.

 

4 – Une grande présence sur les réseaux sociaux

A la manière de beaucoup d’artistes avant elle, sa forte présence sur les réseaux sociaux et la publication régulière de contenus lui ont permis d’attirer l’oeil et surtout l’oreille de nombreux auditeurs sur Instagram et sur YouTube

5 – Un entourage de producteurs reconnus

Cette forte notoriété lui a permis de signer chez le prestigieux label Parlophone, et surtout de s’entourer des producteurs les plus chauds du moment. Parmi ceux impliqués sur l’EP Florianopolis, on peut citer Trackstorm, mais surtout Julio Masidi, à l’origine des plus gros cartons des derniers albums d’Aya Nakamura.

 

Une identité artistique unique et une forte présence sur les réseaux sociaux expliquent donc principalement le succès de Bianca Costa, et tout laisse à penser que la jeune femme n’est qu’au début de sa carrière montante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here