NHL – La Bataille du Vendredi Saint en 1984

Le 20 avril 1984, les Canadiens de Montréal affrontent feu les Québec Nordiques lors des playoffs NHL. Le match sera une véritable boucherie.

Rivales, car toutes les deux issues de la province de Québec, le combo derby+playoffs fait que le match ne pouvait que se terminer comme ça. Avant  la Bataille du Vendredi Saint, ce sont bien les Canadiens de Montréal qui peuvent clore l’affaire. La légendaire équipe canadienne mène ainsi 3-2 dans la série. Seul espoir pour les Nordiques : l’emporter et forcer le Game 7 à Québec.

Alors que les Nordiques mènent 1-0, les esprits s’échauffent à la fin de la deuxième période lorsque l’attaquant du Fleurdelysée Dale Hunter bouscule le gardien des Canadiens Steve Penney. Guy Carbonneau jamais le dernier dans ces cas-là, vient alors susurrer des mots doux à Hunter. Première baston et des joueurs sont expulsés. Deux trucs énormes se passent : le Mario Tremblay défonce le nez d’un coup de poing de Peter Šťastný, et le québécois Louis Sleigher balance une énorme gauche à Jean Hamel, le laissant inconscient pendant près de dix minutes…

Début de la troisième période, l’arbitre Bruce Hood tarde à annoncer les punitions et tous les joueurs expulsés sont de retour sur la glace… Une nouvelle baston générale éclate. Bilan de celle-ci : 198 minutes de punition et cinq joueurs de Québec et 5 joueurs de Montréal sont expulsés : Malarchuk, Peter Stastny, Moller, Dale Hunter et Weir pour Québec; Sévigny, Nilan, Tremblay, McPhee et Mark Hunter pour Montréal. Pour l’anecdote, Mark Hunter se la sera même mise avec son frère, Dale ! Hood sera plus tard très critiqué pour sa gestion du match, il prendra d’ailleurs sa retraite juste après les play-offs.

Ces expulsions sont un véritable tournant dans le choc ! Remonté comme jamais le Tricolore, revient à 2-1 puis 2-2, il prend l’avantage 3-2. Au final, Montréal sortira Québec sur le score de 5-3. Le Canadiens se fera sortir au tour suivant par les New York Islanders, 4-2.

« Je pense que la rivalité dans ce temps-là était vraiment comme un ballon qu’on gonfle à chaque match et finalement ce soir-là, le ballon a éclaté » – Richard Sévigny, gardien remplaçant des Canadiens à l’époque.

Au total durant la rencontre, 252 minutes de pénalité ont été décernées et les marqueurs officiels ont eu besoin de 3 pages rien que pour inscrire les pénalités. Il y aura également eu 11 expulsions dans le plus grand des calmes.

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
Écrit NBA, Football, NFL, MMA, sport en général et culture.
Photo By: sportsnet.ca
1 Discussion on “NHL – La Bataille du Vendredi Saint en 1984”

Leave A Comment

Your email address will not be published.