Booba se livre dans une interview-fleuve, s’interroge sur un départ

Numéro 1 du rap français malgré les années, Booba affiche une longévité inédite. Pour les Inrockuptibles, il s’est confié.

Deux mois après la sortie de Trône, Booba peut savourer. Son neuvième album s’est vendu par dizaines de milliers d’exemplaires et est aujourd’hui quadruple disque de platine. Toutefois, à la manière d’un Jay-Z outre-Atlantique (TOUTE PROPORTION GARDÉE), la musique n’est qu’une partie de sa vie. Businessman et entrepreneur accompli, le Météore a lancé son propre média (OKLM), son Whisky (DUC) et est l’un des directeurs associés de l’agence de gestion de carrières Lifetime Players. Bref, c’est un homme occupé. À 41 ans, il envisage même de dire au revoir à la musique. En solo du moins…

« Le rap, c’est beaucoup de travail et ce n’est plus une fin en soi. Idéalement, j’aimerais faire un dernier disque et arrêter. Mais quand je parle d’arrêter, j’évoque le format album avec douze morceaux. Si ça se trouve, je sortirai des chansons toute ma vie, car même à 60 ans je pense que je continuerai à écouter les beats qu’on m’enverra. Mais j’arrive à un âge où j’ai envie de créer pour d’autres artistes. Je n’envisage plus la musique uniquement qu’à travers moi. »

« J’ai l’impression d’avoir traversé le temps comme Highlander et vu tous mes concurrents mourir. Sur tous les mecs que j’ai croisés en featuring durant ma carrière, combien sont encore debout ? La longévité est tellement rare, que ça soit dans la peinture, la littérature ou le sport… »

La Sueur

La Sueur

La Sueur, votre média sportif et culturel.
La Sueur
Photo By: Booba / Instagram

Leave A Comment

Your email address will not be published.