MMA – L’UFC 275, c’est dans la nuit de samedi à dimanche. Deux matchs pour le titre se tiendront à Singapour. Mais certains noms valent la peine d’être découverts !

Chaque événement UFC « numéroté » est l’occasion de voir s’affronter les plus grands athlètes de l’organisation : des duels pour le titre, des oppositions entre challengers du top 15, des grands talents en devenir. Glover Teixeira affronte Jiri Prochazka, Valentina Shevchenko défend son titre, le rematch le plus attendu de l’année entre Joanna Jedrzejczyk et Weili Zhang est au programme. Vous connaissez ces noms. Mais La Sueur vous propose de découvrir cinq athlètes plus méconnus sur le reste de l’affiche !

Jack Della Madalena (11-2), le boxeur smooth

Voilà un nom à suivre de très près. Jack Della Madalena n’a que 25 ans et a rejoint l’UFC via les Dana White Contender’s Series. Sa carrière en tant que pro a bien mal commencé puisque l’Australien a subi deux défaites d’emblée…avant de ne rien lâcher. Sa série de 11 victoires a mis en valeur une boxe fluide, technique et un style à la fois agressif et chirurgical. Ses 8 victoires avant le Contender’s Series s’étaient terminé par finition. Face au prospect Ange Loosa, il avait montré qu’il pouvait aussi aller chercher la décision. Face à Ramzan Emeev, il risque de subir des tentatives de takedown et une lutte oppressante. Mais Della Madalena vise le titre welterweight : mieux vaut s’habituer dès maintenant aux lutteurs de haut niveau…

Joshua Culibao (9-1-1), de plombier à l’UFC

Premier événement sur le sol asiatique pour Joshua Culibao, et on imagine que cela compte pour lui. Culibao est en effet né de parents philippins. Son surnom, « Kuya », lui vient de là : ce terme respectueux est utilisé en philippin pour s’adresser à un parent aîné, et Joshua l’utilisait toujours dans son gym de Sydney. Passé par le taekwondo, Joshua Culibao connaîtra un début de carrière parfait en MMA, avec 8 victoires d’affilée. D’autant plus remarquable qu’il était alors…plombier à temps plein. Mais « Kuya » va devoir lancer sa carrière à l’UFC : perdant par KO pour son premier match, il a ensuite arraché une égalité face au phénomène Charles Jourdain, avant de gagner enfin, à la décision. Il cherchera le finish face au talent coréen Seung Woo Choi, 10-4.

Danaa Batgerel (12-3), spectacle garanti

Ne clignez pas des yeux. Les fights de Danaa Batgerel ne sont jamais ennuyeux, qu’ils se terminent bien ou mal pour le Mongol. Sa seule décision depuis qu’il est à l’UFC ? Un Fight of the Night face à Alateng Heili, autre fighter mongol (de Mongolie intérieure, donc officiellement chinois), lors d’une célèbre nuit à Shenzhen qui a vu la Chine fêter sa première championne, Weili Zhang. Depuis, Batgerel n’a pas le temps. Trois finish au premier round, dont un bonus de performance en octobre dernier, ont mis sa carrière à l’UFC sur de bons rails. En mars dernier, il était stoppé d’un coude retourné par Chris Gutierrez. Le genre de coups que Danaa Batgerel aime plutôt donner. Face au vétéran Kan Kyung Ho, il voudra reprendre sa marche en avant. Fight of the Night en vue ?

SUR LE MÊME SUJET :

https://twitter.com/UFCFRA/status/1386105360180813830

Ramona Pascual (6-3), première historique

En février dernier, Ramona Pascual rentrait dans l’histoire de l’UFC. La solide featherweight, à la carrure impressionnante, devenait la première athlète hongkongaise de l’histoire de l’organisation. À 33 ans, elle faisait ses débuts en short notice et avait dû couper énormément de poids en peu de temps. Résultat : une prestation décevante, un match au niveau technique assez pauvre mais une Pascual dure au mal. Plutôt amochée, la Hongkongaise promettait de revenir plus forte. Elle n’est pas à la maison à Singapour, mais connaît la scène asiatique par coeur et souhaitera rebondir contre Joselyne Edwards, qui reste sur deux défaites.

Jake Matthews (17-5), ancien adversaire d’Olivier Aubin-Mercier

Jake Matthews a déjà une expérience rare pour un garçon de 27 ans. C’est en effet en…2014, alors qu’il n’a même pas 20 ans, qu’il participe à une édition particulière de The Ultimate Fighter. Pour l’occasion, deux équipes « nationales » s’affrontent – Canada vs Australie. Matthews y affrontera le Québécois Olivier Aubin-Mercier, promis à une superbe carrière. Il s’inclinera à la décision (une défaite qui ne compte pas sur son palmarès). Qu’à cela ne tienne, Jake Matthews remporte une 7e victoire en pro et signe tout de même à l’UFC la même année. Son bilan dans l’organisation : 10 victoires pour 5 défaites. Jusqu’à son match perdu face à Sean Brady l’année passée, Jake était hyperactif, apparaissant plusieurs fois par an dans l’octogone. Après plus d’un an d’absence, celui qui a déjà battu Diego Sanchez et Li Jingliang compte bien rebondir et vise le top 15. Il fait face à une machine à KO, André Fialho.

L’UFC 275 est à suivre en direct sur RMC Sport via ce lien !

Partager cet article

Crédits photosYouTube UFC
Tags UFC UFC 275

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Nemraude

    Pas mal.

    Répondre
  2. pépé

    Très bien ce type d’articles :
    on connait trop les stars et on a un peu de mal à identifier les nouveaux venus (et pas si nouveaux en fait !)
    Merci 🙂

    Répondre