La Taularde – Sophie Marceau au cœur de l’enfer carcéral

Avec La Taularde, c’est le grand retour de Sophie Marceau dans un film choc sur l’état actuel des prisons françaises.

Bonne nouvelle cette semaine on a retrouvé Sophie Marceau dans un grand rôle. Dans La Taularde réalisé par Audrey Estrougo, la célèbre actrice française se fait incarcérée dans une prison française. Un rôle sale dans un film coup de poing et malheureusement réaliste.

Un film coup de poing

La scène d’introduction nous plonges tout de suite dans le bain avec la procédure d’entrée d’une nouvelle détenue. Test salivaire, fouille au corps… Mathilde Leroy (Sophie Marceau) a droit à toutes les étapes avant d’être envoyée dans sa cellule. Une entrée en matière choc pour nous mettre tout de suite dans le bain.

Mais le pire est à venir. Avec La Taularde, la réalisatrice française Audrey Estrougo (Une Histoire Banale, Toi, Moi et Les Autres) présente au spectateur l’état actuel déplorable du système pénitentiaire français. Surpopulation carcérale, insalubrités et conditions de travail précaires des surveillants, tous les problèmes des prisons sont évoqués et traités de manière très réaliste. La Taularde veut donc frapper un grand coup et dénoncer une situation qui n’est plus tenable pour le pays des Droits de l’Homme.

Très fort, ce film l’est peut-être par moment un peu trop. Son côté « prends ça en pleine gueule toi simple spectateurs » peut être parfois agaçant. Audrey Estrourgo joue sur la dureté, mais exagère parfois beaucoup, à l’instar de Maiwenn dans Polisse. Une mise en scène pourtant réussie qui parvient à faire ressentir une atmosphère glauque et renfermée, propre au milieu carcéral. Le travail sur le son est également intéressant.

Sophie Marceau badass

Et dans tout cela, il y a Sophie Marceau. Qui aurait cru la voir dans un film de ce genre alors qu’on est maintenant plus habitué à sa présence dans des comédies sentimentales (plus ou moins mauvaises et ringardes) ? Sans maquillage, cheveux pas lavés et vêtements sales, Sophie Marceau ne joue par les starlettes pour ce rôle. Cependant comme le film dans son ensemble, la comédienne en fait elle aussi beaucoup trop. Prenant par ailleurs énormément de place (visible sur chaque plan quasiment), elle ne laisse que des miettes aux autres actrices. Suzanne Clément (Mommy) tout d’abord qui voit son personnage en retrait à cause de l’omniprésence de Marceau. Dommage, car le personnage de l’actrice québécoise aurait mérité d’être plus développé. Une distribution assez impressionnante avec également Anne Le Ny, Carole Franck et Alice Belaïdi.

La Taularde est donc malgré quelques défauts une plongée saisissante dans l’enfer des prisons françaises. Après le brillant Des Poings Contre les Murs de David MacKenzie sorti en 2013, Audrey Estourgo nous fout vraie claque et nous fait réfléchir sur ces espaces où la liberté est totalement absente. Un film nécessaire.

La Taularde (Fr, 1h40)
Réalisé par Audrey Estrougo
Avec Sophie Marceau, Suzanne Clément et Anne Le Ny
En salles le 14 septembre

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: Rezo Films

Leave A Comment

Your email address will not be published.