C’était écrit : le troisième tour de l’Open d’Australie 2018 serait une bataille de revers à une main entre Richard Gasquet, 31ème mondial, et Roger Federer, 2ème mondial. C’était aussi écrit : Richard Gasquet devait prendre trois sets. Retour sur ce match magnifique pour nos petits yeux friands de revers splendides. 

Quand on voit Federer/Gasquet sur un tableau, nos yeux s’illuminent. Il y a quelque chose chez Gasquet de Federesque. Probablement ses revers, un des plus esthétiques et efficaces jamais vu. Il y a chez Gasquet ce potentiel inachevé après lequel il court après depuis son plus jeune âge. Il y a cette admiration de Gasquet l’élève pour Federer le maître, comme il l’a montré après le match à l’Equipe. Il y a chaque fois l’espoir que l’élève renverse le maître comme il a pu le faire à Monaco et à Rome il y a 13 et 7 ans de ça. Mais à chaque fois, Federer rappelle à tout le monde pourquoi il est le boss. Et de façon plutôt violente… Ce troisième tour de l’Australian Open 2018 n’a pas échappé à la règle.

Roger Federer, comme Rafael Nadal, n’aura pas perdu le moindre set sur leurs trois premiers tours. Il a logiquement battu Richard Gasquet, qui n’a pas pour autant démérité. Le score est dur, 6/2 7/5 6/4, mais le français était loin d’être ridicule sur le court. Si l’on se focalise même sur le revers, il a été plus efficace sur ce coup que son adversaire ! Comme annoncé par ses entraîneurs, notre Richie a aussi compris qu’il fallait arrêter de jouer les balles trois mètres derrière la ligne de fond de court, et surtout face à Roger Federer. Le match a donc été plus qu’agréable à voir tant la balle allait vite dans les diagonales revers. Quelques coups droits côté français ont même fusé sur le court, ce qui est rare.  En bref, on s’attendait à un massacre, mais on a eu un vrai match de tennis.

SUR LE MÊME SUJET :

Mais malgré le bon revers, la bonne tactique, il n’y a pas eu de suspens. Pardon, on rectifie, il y a eu un semblant de suspens dans le deuxième et troisième set. Chassé-croisé où Roger breake à 6/5 dans le deuxième, et Richard s’est offert un tout petit espoir en débreakant au milieu du troisième set. Mais mis à part ces deux petites choses, il n’y a pas eu de match. Roger Federer maîtrise tous les aspects du jeu avec brio. Ses coups droits sont surpuissants, ses revers sont intelligents et on n’en parle pas assez, mais son service est toxique. C’est dur à se dire : un bon Richard Gasquet ne vaut pas un Roger Federer moyen. Car oui, le Suisse n’a pas été excellent. Attention, on juge sur l’échelle de Roger Federer. Un Federer moyen est meilleur que n’importe quel Top 10. Ce qu’on veut dire, c’est que Roger Federer a encore des points à améliorer pour pouvoir arriver en forme en demie. Il faudra régler la mire sur certains coups et ne pas donner de cadeaux comme il a pu le faire sur certains jeux. Mais il reste encore deux tours pour se chauffer. Le prochain sera face à Martin Fucsovics, un hongrois de 25 ans actuellement classé 80ème mondial. Il a notamment battu Sam Querrey au second tour, donc ce n’est pas n’importe qui. Mais ne vous trompez pas, il lui mettra trois sets.

Partager cet article

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *