Parmi les nouvelles tendances du rap français, nombreuses sont celles qui s’alignent derrière les rythmes afro et le rap ambiance, mais des styles uniques et assumés du genre Ateyaba ou Jok’air se comptent sur les bouts des doigts. Parmi les nouvelles pousses, nous avons détecté Green Nagasaki, jeune rappeur d’origine togolaise avec un style plutôt atypique, il a longtemps campé dans les coulisses du rap africain avant de se lancer pour de vrai ces deux dernières années à son arrivée en France.

Il se met à gratter des textes très tôt et se plaît plutôt dans ce jeu de mots et de styles qui réussissent avec sa voix rauque et imposante. C’est parti de distractions et de duel de freestyles, mais dès lors, Green ne va plus lâcher l’affaire, il est définitivement contaminé par la fièvre du rap jeu.

Dans ses vocaux, Green développe un charisme particulier et plutôt prématuré, avec une capacité à tenir sur la longueur son flow dynamique et saccadé. Être rookie dans un game plutôt compliqué tel que celui de Lomé au Togo n’est pas chose très aisée pour un jeune qui veut vite rebondir à l’étranger, mais Green s’impose très vite parmi les grands gabarits du game, il fait la différence très vite à base de flow imposants et de lyrics travaillés et recherchés. L’absence de concurrence à la hauteur ou de rentabilité des opportunités musicales dans son pays vont cependant refroidir le jeune Mc, qui va songer à l’émigration pour révéler et jouir à fond de son potentiel.

Toutefois, Green Nagasaki à côté de ses activités musicales, garde la tête sur les épaules et se concentre sur ses études et c’est sans doute celle-ci qui vont le conduire en France à partir de 2017, période à partir de laquelle il disparaît du paysage musical. Cet épisode de son parcours va lui permettre de rencontrer son idole Wiz Khalifa sur Paris qui est l’une de ses principales influences. Parmi celles-ci, on compte aussi Young Thug, Lacrim, Ice Prince ou encore Jhene Aiko qui vont assez contribuer à lui faire créer son véritable univers. Sa mobilité entre Paris et Lomé va sans doute lui permettre d’élargir sa vision et de se projeter.

Dans ses textes, GREEN dresse un portrait très dur et très controversé sur les effets de l’hypocrisie morale, humaine, politique, et même urbaine. Son style reste très atypique pour un rappeur d’origine togolaise, il se caractérise par une interprétation chargée d’émotions, de cynisme, de provocations et surtout de vérités crues décrites sans chercher à arrondir les angles. C’est un rap aux ambiances tantôt festives tantôt sad, et déconseillé aux hypocrites quand il est hardcore.

En 2019, après une longue absence, Green décide de revenir aux affaires et fait mouche dès l’été 2019, en rentrant en studio, il tourne des vidéos, il rentre également dans son terroir pour préparer d’autres tueries et à son retour les excellents freestyles Waldo & Honnêtement sont les prémisses d’un retour qui va faire couler de l’encre.
Regardez les deux freestyles :

Par Jude B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here