Avant les JO de Rio, on a rencontré Daniel Narcisse

A quelques jours des JO de Rio, rencontre avec la star de l’équipe de France de Handball Daniel Narcisse.

Après Luc Abalo (ITW à retrouver ici) la semaine, dernière rencontre avec un autre pilier de l’équipe de France Handball, Daniel Narcisse. Surnommé Air France depuis son passage remarqué dans le championnat allemand, Narcisse est sans aucun doute l’un des arrières les plus puissants au monde. Aujourd’hui au PSG Handball, on a parlé avec lui des Jeux olympiques de Rio, de l’Allemagne, mais aussi de NBA.

Bonjour Daniel Narcisse, tout d’abord comment va cette équipe de France depuis son échec à l’Euro ?
Daniel Narcisse: On s’est retrouvé dans une bonne ambiance, après avec l’Euro on a su se parler et se poser les bonnes questions. On a identifié les raisons et les difficultés qu’on a pu avoir lors de ces championnats d’Europe pour essayer de trouver des solutions et faire évoluer notre jeu. Aujourd’hui on est à 200 % dans la prépa pour les JO. Le tournoi va être très long et difficile, il faudra donc être prêt physiquement à le jouer. Après ce gros stage physique, on va aborder une phase ou va pouvoir enfin toucher le ballon et travailler notre système de jeu.

Comment juges-tu ta poule ? Groupe compliqué ou pas ?
Oui, c’est une poule difficile avec des équipes de très haut-niveau. Toutes ces nations ont montré de bonnes qualités depuis ces dernières années, mais l’objectif est de se qualifier pour les quarts en ayant la meilleure place possible. De toute façon, on sait que le match le plus important sera le quart de finale.

Un tournoi olympique où l’Allemagne part favorite…
Je crois qu’il y a plusieurs équipes qui peuvent aller au bout dans cette compétition. Le niveau croit sans cesse, il n’y a pas plus beaucoup de pays qui dominent. Il n’a y donc plus vraiment de favoris selon moi.

Toi qui as longtemps évolué en Allemagne. Comment juges-tu ce retour en force de la Mannschaft avec notamment son récent titre de championne d’Europe ?
Ils ont eu un long passage à vide après 2007 et leur titre au mondial. Ils ont eu du mal à revenir à leur meilleur niveau, mais ça fait quand même partie des meilleures nations au handball. Il fallait pour eux être patient et travailler pour retrouver leur meilleur niveau. Ils ont prouvé sur cet Euro qu’ils avaient des joueurs de qualités, et ce malgré pas mal de blessés. Les allemands possèdent un groupe très large et capable de tout gagner. Avec ce titre, ce sera une équipe qui comptera parmi les plus dangereuses lors du tournoi olympique.

Parlons un peu du PSG. Comment qualifies-tu cette saison avec une élimination en ½ finale de Champions League mais avec un nouveau titre de champion de France.
Il y a eu pas de choses intéressantes durant cette saison. Le fait de se qualifier pour le Final Four qui était l’un des objectifs principaux de Paris a été atteint. Pour faire partie des plus grandes équipes européennes, il fallait mettre un pied dans cette compétition. Alors c’est sur, c’est frustrant, car on ne la gagne pas, mais le chemin pour y arriver a été très satisfaisant, car on a réussi à être premier de notre groupe avec de très bons clubs comme Kiel ou Zagreb face à nous. D’avoir pu se mettre à leur niveau pendant ces matchs de groupe aura été quelque chose de très intéressant et il faudra s’en servir comme base pour la suite.

Le titre de champion de France a été une belle réussite, on a montré beaucoup de régularité dans ce champion de France, avec les finales de coupes, ça reste une très bonne année. On aurait pu certes faire une saison exceptionnelle, mais ce truc qui a manqué pour la faire, il faut encore le travailler. Cela demande plus de boulot, de concentration et aussi d’expérience.

Quel est ton plus beau souvenir avec l’équipe de France de Handball ?
Il y en a plusieurs. Il y a le premier titre de champion du monde en 2001 où ça ne faisait même pas un an que j’étais avec les bleus. En plus c’était en France à Bercy,  dans un environnement incroyable. Il y a eu aussi les JO de 2008 où on empoche notre première médaille d’or. On réalise un tournoi impeccable et les JO représentent quelque chose d’énorme pour un sportif. Participer à cet événement est juste incroyable, gagner une médaille d’or c’est encore plus rare. C’est toujours compliqué de choisir un moment en particulier, chaque compétition est très différente.

On sait que tu es un grand fan de basket. Est-ce que tu as suivi le sacre de LeBron James et des Cavs en NBA ?
Oui j’ai regardé, James et les Cavs ont été monstrueux. Ils ont été menés 3-1 et quand tu vois les stats c’est juste dingue ce qu’ils ont réussi à faire. Ils ont montré un caractère énorme avec un match 7 incroyable de leur part.

Cleveland est ton équipe préférée ?
Il y en a plusieurs. Les Bulls tout d’abord avec Michael Jordan qui est pour moi le plus grand sportif de l’Histoire. J’apprécie également les Lakers t avec Kobe Bryan même s’il ressemble un peu trop dans le jeu à Jordan. Enfin, il y a aussi les Spurs avec Tony Parker qui a réussi à décrocher 4 titres NBA durant sa carrière.

Tu aurais pu faire du basket ?
Je ne sais pas, j’ai fait pas mal de basket à La Réunion plus jeune ou j’alliais basket et handball. Après je ne sais pas si j’aurais pu aller plus loin, surtout quand tu vois le niveau des joueurs aujourd’hui.

Merci Daniel Narcisse et bonnes chances pour les JO de Rio

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: EHF
1 Discussion on “Avant les JO de Rio, on a rencontré Daniel Narcisse”

Leave A Comment

Your email address will not be published.