Président des Opérations Basketball des Los Angeles Lakers, Magic Johnson se montre très actif avec sa franchise lors de cette intersaison.

Arrivé pour sauver les Los Angeles Lakers, Magic Johnson réussit pour le moment son pari. Avec Robert Pelinka, le General Manager, la légende NBA a un plan sur trois ans. LeBron James en est, bien sûr, la figure de proue et si 2018 est la première marche, c’est bien 2019 qui est visé. Dans des propos rapportés par Ohm Youngmisuk d’ESPN, Magic a décrit le futur de ce plan, élevé à « un tout autre niveau » grâce à l’arrivée de James. Le King sera d’ailleurs consulté pour chaque nouvelle arrivée : « Ce n’est pas une question d’influence. Il s’agit de s’asseoir avec le plus grand joueur du monde, d’utiliser son intelligence et de dire : ‘tu joues au jeu aujourd’hui’ ».

Pour Magic et James, il était important d’ajouter des playmakers et des défenseurs afin de lutter contre Golden State. Ce sont les playoffs 2018 de Houston et Boston qui ont influencé les Lakers dans ce choix. Aujourd’hui, Magic prévient que des ajustements pourront toujours être possibles : « Si nous pensons qu’il y a quelqu’un là-bas ou un trade à faire pour améliorer notre équipe, alors nous le ferons aussi longtemps que c’est une bonne affaire pour nous. Si ce n’est pas le cas, nous avons notre équipe et nous allons au combat, nous irons en guerre avec cette équipe. Nous nous sentons vraiment bien avec cet effectif. »

Comme nous l’avions écrit, il y a quelques jours, 2019 s’annonce épique : « Ensuite, nous aurons assez de place l’été prochain pour donner à un autre joueur un contrat max. Rob et moi, nous avons déjà développé la stratégie ensemble. LeBron, bien sûr, a changé une partie de cela, mais nous allons toujours rester disciplinés. Nous espérons que nous serons une équipe qui peut briguer un championnat pendant longtemps. »

Tags Lakers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Les Los Angeles Lakers veulent réduire la charge de travail de LeBron James

    […] ses 34 ans, et malgré un niveau encore stratosphérique, il faut en effet préparer l’avenir. En accord avec le nouveau franchise player, le front office a ainsi recruté plus de playmakers. Désormais, LeBron aura à ses côtés Rajon […]

    Répondre