La Sueur au Marvellous Festival : Récap

On y était il y a quelques jours : La 7e édition du Marvellous a rassemblé près de 25 000 festivaliers, un record depuis sa création en 2012. Cette progression place ainsi le festival parmi les plus grands évènements de musique électronique de la région parisienne : rapide récap.

On en parlait il y a quelque temps en ces mots : « C’est donc sur l’île de loisirs de Vaires-Torcy, à 25 minutes de Paris dans un cadre idyllique entre plage et verdure que la techno raisonnera ». Nous n’avions pas tort. En effet, l’endroit qui avait accueilli la veille Marcel Dettmann sur la Beach Stage, accueillait sur cette journée du dimanche des noms comme Nina Kraviz.

Arrivés sur les lieux, on s’est rapidement crus dans un camping de vacances dans le Sud de la France, bien loin de l’agitation du centre de Paris. Et pour cause, tout dans le décor était étudié afin de faire de l’endroit un « place to chill ». Food trucks, tentes, poufs, espaces de repos et lounge furent ainsi disséminés entre les différentes scènes pour pouvoir profiter au max de la température plutôt clémente ce jour-là, contrairement aux premières prévisions. Le cadre est clairement le gros point fort de ce festival

Au niveau artistique maintenant, on aura particulièrement retenu le set de Monika Kruse dans la Digital Stage qui nous jouera un set 100% techno :  Mention spéciale à son set et la lecture d’un remix du classique Crystal Waters – Gypsy woman (She’s homeless). Musicalement, on aura également apprécié la relative diversité du festival par la présence d’une scène 100% hip-hop (la Radar Stage) au cœur même du parc.

Enfin, au niveau chiffres, cette édition du Marvellous n’a pas à rougir face à ses concurrents. En 2 jours, l’évènement qui a fait appel à 75 artistes (!) répartis sur 4 scènes a attiré 25 000 festivaliers pour 64 concerts.

Le rendez-vous est déjà pris pour la 8e édition qui se déroulera les 30 et 31 mai 2020.

La Sueur au Marvellous Festival : Récap La Sueur au Marvellous Festival : Récap

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here