De Talence à Berlin, Mayer et Kipchoge pour l’histoire

Eliud Kipchoge et Kevin Mayer ont écrit l’histoire de leurs disciplines respectives ce dimanche. Retour sur deux exploits.

Tout simplement phénoménal ! Ce dimanche, dans la même journée, deux records mythiques de l’athlétisme sont tombés. Le premier, le record du monde du marathon, a été battu par le Kényan Eliud Kipchoge en deux heures, une minute et 39 secondes. Le second, il est l’oeuvre du Français Kevin Mayer sur le décathlon lors du Décastar de Talence avec pas moins de 9126 points. Retour sur deux immenses exploits.

Kipchoge, l’heure est venue

Considéré comme l’un des plus grands marathoniens de tous les temps, Eliud Kipchoge a sans doute confirmé hier qu’il était le meilleur. À bientôt 34 ans, Kipchoge vient de battre le record du monde de son compatriote Kimetto de plus d’une minute (deux heures, deux minutes et 57 secondes pour Kimetto). Une performance retentissante dans le monde de l’athlétisme avec cette barre des deux heures et une minute désormais brisée. Un travail de longue haleine marqué par des échecs comme des exploits pour cet homme rempli d’humilité.

Tout d’abord, un palmarès sur la piste qui en fait rêver plus d’un. Champion du monde du 5000m à Paris en 2003, il obtient le bronze à Moscou en 2006 sur 3000m et l’argent à Osaka en 2007 (sur 5000m). S’il n’est jamais parvenu à glaner l’or olympique sur la piste (bronze à Athènes en 2004 et argent à Pékin en 2008 sur 5000m), c’est sur le marathon qu’il est devenu champion olympique en 2016 à Rio. Un an plus tard, il deviendra l’homme le plus rapide sur la distance (record non homologué) avec son chrono de deux heures et 25 secondes réalisé dans le cadre du projet de son équipementier Nike, Breaking2 sur le circuit de Monza.

Pour les marathoniens, la fenêtre de tir est réduite : ils ne courent qu’un à deux marathons par an. Son problème de chaussures ici même en 2015 l’avait privé rapidement de tout espoir, la rapidité des lièvres à Londres en 2016 et enfin les conditions humides de l’année passée : autant d’échecs synonymes de malédiction pour Kipchoge. Alors qu’il avait connu plusieurs échecs dans ses tentatives de record du monde, toutes les conditions étaient réunies pour enfin y parvenir. Pourtant, le parfait circuit Berlinois (8 des 10 meilleures performances de l’histoire ont été réalisées dans ce marathon), des conditions idéales et surtout des lièvres choisis pour l’occasion. Mais encore fallait-il oser partir seul avec les lièvres dès les premiers mètres, encore fallait-il tenir le rythme pendant 17 kilomètres à se battre seul contre le chronomètre.

Kévin Mayer l’avait dans les jambes

Tous ses records personnels tombaient un à un depuis plusieurs mois, ce n’était une surprise pour personne. Kévin Mayer avait ce record du monde dans les jambes, mais la capacité à reproduire tous ces efforts sur deux jours est très loin de celle de battre ses records dans un meeting composé seulement quelques épreuves. La mythique barre des 9000 points semblait déjà être un objectif immense pour celui qui déclarait en février. “Tout le monde me parle du record du monde, vous les médias vous ne pensez qu’à ça, plus que moi j’ai l’impression. Mais je ne me sens pas tout à fait prêt encore à aller le chercher, il reste du boulot.”

Depuis, le décathlonien de 26 ans a connu la désillusion des Championnats d’Europe de Berlin avec son zéro pointé à la longueur qui l’avait poussé à abandonner. Dans la foulée, il annonçait sa participation au Décastar de Talence. Samedi, seuls deux hommes avaient dépassé les 9000 points dans l’épreuve la plus complète de l’athlétisme : ils se nomment Roman Šebrle (9026 points en 2001) et Ashton Eaton (9039 points en 2012 et 9045 en 2015). La star américaine qui détenait le record du monde jusqu’alors voyait en Kévin Mayer son successeur dans la discipline après sa médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Rio.

Mais une pareille ascension semble irréelle tant la performance de Mayer à Talence est colossale. Il n’a pas seulement battu ce record, il y a mis une claque de 81 points (9126 contre 9045 pour Eaton). Désormais les 9200 points paraissent plus proches que jamais pour le champion du monde en titre. S’il a battu quatre de ses records (100m, longueur, perche, javelot), Mayer peut aller bien plus haut à la hauteur (2,09m en 2012) et courir le 1500m plus vite que son record de Bruxelles en 2012. Il lui faudra sans doute un peu de temps pour digérer cette performance qui l’a poussé dans ses derniers retranchements autant physiques que mentaux, mais Mayer est en passe de devenir une légende de son sport s’il ne l’est pas déjà.

Photo By: RMC Sport

Leave A Comment

Your email address will not be published.