NCAA SERIES : The Rivalry

Qu’est-ce qui fait qu’on a envie de suivre un championnat ? Des gros joueurs ? Il y en a, on l’a vu la semaine passée. Des matchs de folies de manière ponctuelle ? 4 overtime donc un 3e qui se finit sur un shoot impossible au buzzer milieu de terrain ? Fait. La semaine passée aussi. De belles histoires, des rivalités ? Ah now you speakin my language ! Les clasicos peuvent aller se rhabiller rien ne vaut les rivalités historiques de la NCAA, quand il s’agit de défendre sa fac les Américains savent y faire. Et quoi de mieux que LA meilleure rivalité peut-être tous sports confondus pour vous mettre l’eau à la bouche.

Bon vous êtes prêts ? Non parce que vraiment vous pourriez devenir accro et vous mettre à regarder la March Madness dès cette année et la saison régulière dès l’an prochain.

Duke x North Carolina

 

Blue Devils de Duke : Durham, Caroline du Nord. Environ 10 000 étudiants. 5 titres de champion dont celui de 2015. Coach K (Mike Krzyzewski) aux commandes. Grant Hill, Shane Battier, JJ Reddick, Carlos Boozer, Jahlil Okafor sont passés par là.

040715-CBK-Duke-Head-Coach-Mike-Krzyzewski-PI-CH.vresize.1200.675.high.68

Tar Heels de North Carolina : Chapel Hill, Caroline du Nord. Environ 28 000 étudiants. 5 titres de champion. Michael Jordan. Non y’a rien d’autre à rajouter ils ont eu MJ point.

michael-jordan-north-carolina

La plus célèbre, 15 kilomètres qui séparent les deux facs, environ une demi-heure de voiture si jamais y’a embrouille, une rivalité qui selon les historiens remonte à 1920. Vous rendez-vous compte 1920 ? Depuis 1953 Duke et UNC, c’est 80% des titres de conférence, rien que ça.

Bon même si pour les historiens cela remonte à 1920 (du fait de la proximité des deux facs) le vrai démarrage de tout ce tintouin c’est forcément 1960, et quoi de mieux pour commencer une rivalité qu’une baston ? 1960, Art Heyman alors meilleur joueur du championnat déclenche une bagarre contre Larry Brown, résultat des courses ? Une suspension pour les deux joueurs et une première page dans l’Histoire.

1968, cinq joueurs sont exclus pour cinq fautes, 3 overtimes et une victoire 87-86 pour Duke. Incroyable.

  1. Il reste 17 secondes à jouer et Duke mène de 8 points. UNC va revenir et envoyer le match en OT. Comment ça, ce n’est pas si fou ? Ah oui LA RÈGLE DU 3 POINTS N’EXISTAIT PAS ENCORE. En prolongation c’est même UNC qui va s’imposer pour ce qui restera comme l’un des plus beaux come-backs de l’histoire universitaire.

La suite ? Allez demander à Eric Montross qui a fini la tête en sang après avoir pris deux trois coups de coude dans le trafic, ou à Bobby Hurley qui a fini un match avec le pied cassé. Je ne vous parle même pas des années 2004-2006 où Tyler Hansbrough et JJ Reddick ont croisé le fer et où le sang a coulé à flots sur le parquet.

Mais parce que c’est aussi et avant tout du basket je vous laisse avec ce petit mix qui résume bien tout ça et qui explique que si vous entendez parler d’une rencontre UNC – Duke arrêtez tout courez volez et poser vous devant ce match parce qu’ils peuvent écrire l’histoire à tout moment.

 By La Berkane

Photo By: sbnation.com, www2.tsn.ca

Leave A Comment

Your email address will not be published.