Novak Djokovic Seiko

Le duel mythique à Tokyo entre Carl Lewis et Mike Powell en 1991 à la longueur, le triple saut de Jonathan Edwards en 1995 à Göteborg, le 400m de Michael Johnson à Séville en 1999 ou le doublé 100m-200m de Usain Bolt à Berlin en 2009, tous ces moments passés à la postérité qui ont fait la légende de l’athlétisme ont un point commun, mais lequel ?

À chaque fois ces athlètes ont battu un record du monde, un record du monde enregistré par Seiko. Si la marque japonaise a su se faire un nom dans le monde de l’horlogerie de luxe, c’est en partie en devenant le chronométreur officiel des grandes compétitions d’athlétisme, retour sur une histoire hors du commun.

Une maison historique

En Europe lorsque l’on pense horlogerie de luxe, on pense forcément à la Suisse et toutes ces grandes maisons fondées au XIXe siècle ou au début du XXe. Pourtant il n’y a pas qu’en Europe que l’horlogerie est vieille de plus d’une centaine d’années. La maison Seiko voit le jour au Japon en 1881, créée par Kintaro Hattori. En 1892 sort la première horloge, en 1985 la première montre de poche, en 1913 la première montre-bracelet Seiko comme le rappelle le site Chrono24. La maison Seiko va devenir incontournable au Japon, mais quasi inconnue en Europe. Il faudra attendre la fin de la Deuxième Guerre Mondiale pour que les produits japonais s’exportent dans le monde entier. Seiko ne veut pas rater l’occasion d’étendre son marché et va profiter des Jeux Olympiques pour s’offrir un coup de pub extraordinaire.

Les Jeux Olympiques de Tokyo en 1964, le tournant

En 1962, Seiko obtient le droit de devenir le chronométreur officiel des Jeux Olympiques de 1964, organisés à la maison à Tokyo. Les ingénieurs se lancent alors un défi, mettre au point un chronométrage infaillible et le plus juste possible. En effet, jusque-là le chronométrage était manuel, ce qui laissait planer des doutes sur certaines performances. Les ingénieurs japonais ont en deux ans, mis au point le premier système au monde de chronométrage à quartz. Pour la première fois aussi, seront mises en place des plaques sensibles à toucher en natation afin de déterminer le temps exact de chaque nageur. Ce système de chronométrage est un succès, aucune erreur ne sera à déplorer durant ces JO et Seiko devient pour le monde entier le symbole de la précision chronométrique. Seiko remportera d’ailleurs quatre ans plus tard le très prestigieux concours de Genève qui désigne la montre la plus précise au monde.

La maison Seiko, incontournable dans le monde du sport

Depuis les années 80, Seiko est devenu le chronométreur officiel des championnats du monde d’athlétisme. C’est donc à Seiko que l’on confie la recherche du millième de seconde qui fera la différence. Les images sont devenues incontournables, le recordman du monde posant devant le panneau Seiko indiquant sa performance historique. Certaines restent inoubliables, comment ne pas penser à ce mois d’août 2009 quand Usain Bolt a fait tomber les records du monde du 100m et du 200m. Si la marque Seiko reste à jamais liée à l’athlétisme, elle s’ouvre aujourd’hui à de nouveaux sports, notamment le tennis en sponsorisant Novak Djokovic.

Seiko a réussi à s’imposer dans un monde très fermé. Qui aurait pu dire il y a un siècle qu’une maison d’horlogerie japonaise allait jouer dans la cour des grandes maisons suisses ? C’est grâce à un savoir-faire d’exception, mais surtout grâce au sport et notamment à l’athlétisme que Seiko a pu devenir l’une des marques les plus prestigieuses au monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here