Medievil Remake

Désormais, le remake est devenu l’effet de mode. On ressort des jeux qui ont connu un certain succès à une période donnée histoire de faire (re)découvrir à une génération trop jeune à l’époque les incontournables d’un moment. Dernièrement, nous avons eu le droit au remake de Resident Evil 2, qui non seulement a renouvelé l’histoire, mais offrait une nouvelle expérience.

Et puis il y a Medievil. Gros carton à sa sortie en 98 (tout comme RE 2 d’ailleurs !). Nous avions eu le droit à un remake sur PSP, PS3 puis désormais sur PS4 (dispo ici). Remake novateur ou simple copié collé ?

Go back to Gallowmere

L’histoire reste inchangée. Vous incarnez Sir Daniel Fortesque qui revient de l’au-delà pour tenter de vaincre le sorcier Zarok. Sur le papier, revoir Sir Daniel c’était l’assurance d’une petite madeleine de Proust. Certes les graphismes ont été revus à la hausse (Dieu merci), mais pour le reste ce n’est pas non plus la révolution. La maniabilité est rigide, les caméras capricieuses bien souvent et les sauts aléatoires dans leur gestion.

Après, ne boudons pas notre plaisir non plus. Medievil c’est aussi une ambiance, un humour que nous ne voyons pas tous les jours. Certes, pour celles et ceux qui connaissent déjà le jeu il n’y a rien de neuf à se mettre sous la dent. En revanche pour les nouveaux qui débarquent, le jeu vaut la peine, clairement.

Medievil a justement le mérite de poser les bases sur les raisons ou non de faire le remake d’un jeu. Dans ce cas précis, hormis mettre à jour les graphismes (ce qui est déjà un travail de titan on est d’accord), le reste n’a absolument pas bougé. Était-il nécessaire d’en faire un remake ? Pourquoi ne pas avoir combiné le 1 et le 2 dans un seul et même pack ?

Ce qui est paradoxal avec ce Medievil sauce 2019 c’est que nous arrivons à lui reprocher le fait d’être trop fidèle à l’original y compris en incluant les défauts de l’époque. Mais quand on voit les remakes qui sortent dernièrement, on est en droit de se dire que celui-ci fait office de réchauffé.

Les nostalgiques signeront tout de suite, pour les autres, ils passeront clairement leur chemin. Note : 6/10

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here