MMA – 25 ans après ses débuts à l’UFC, Tito Ortiz a fait une révélation qui pourrait bien surprendre beaucoup de fans.

C’est en mai 1997 que Tito Ortiz a fait sa première apparition dans l’octogone à l’UFC 13. Ce dernier devait ainsi faire face à Wes Albritton pour son premier affrontement, qui avait eu lieu dans le cadre d’un tournoi à quatre participants. Si le fighter âgé de 22 ans à l’époque avait réussi à s’imposer face à son premier adversaire de la soirée, il s’était en revanche incliné face à Guy Mezger. Le Californien restera ainsi dans l’organisation pendant 15 ans, avant de tenter sa chance au Bellator, et de disputer son dernier duel au Combate Global en 2019. Tito Ortiz peut notamment se vanter d’avoir été champion light heavyweight de l’UFC. L’année dernière, la légende du MMA a disputé un affrontement en boxe anglaise.

0 dollar ?

Interviewé par Chris Van Vliet, Tito Ortiz a fait une déclaration très surprenante : « J’ai performé à l’UFC 13… Je me suis battu gratuitement en tant qu’amateur. Aucun fighter de l’UFC de l’histoire n’a jamais performé sans être payé. Je l’ai fait juste pour me tester, pour voir si je pouvais vraiment être bon. […] Je m’entraînais avec Tank Abbott, qui livrait des duels au sein de l’UFC à l’époque. Et je me suis dit : ‘Essayons…’ J’ai donc performé le 30 mai 1997, et j’ai arrêté mon premier adversaire en quelques secondes. »

SUR LE MÊME SUJET :

Un écho ?

Bien qu’il s’agisse a priori d’une simple anecdote, cette histoire peut paraître ironique en connaissant la situation actuelle à l’UFC. Seul 17 % du chiffre d’affaires de l’organisation serait utilisé pour rémunérer les athlètes. Les débutants seraient ainsi les premiers à en souffrir. Certains d’entre eux seraient contraints de cumuler les activités afin de pouvoir se garantir un revenu décent. Le leader mondial du MMA est alors confronté à beaucoup de critiques dans le monde du sport.

Partager cet article

SourceChris Van Vliet
Crédits photosUFC / Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Nemraude

    Ça ne m’étonnerais même pas, à cette époque rien n’était pas toujours « propre ».

    Répondre