Unai Emery – un nouveau cycle au Paris Saint-Germain

L’arrivée d’Unai Emery et le départ de David Luiz dans les dernières heures du mercato auront montré le changement de cap du PSG.

Malgré une nouvelle razzia sur la scène nationale, le PSG de Laurent Blanc déçoit une fois de plus dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Agacé par ce nouvel échec, Nasser Al-Khelaïfi, président du club, décide pour cette saison 2016/2017 de remplacer Laurent Blanc par le tacticien espagnol, Unai Emery, ancien entraîneur du FC Séville.

Après trois saisons à la tête du club francilien, Laurent Blanc peut partir la tête haute avec 11 trophées remportés sur 15 possibles. Pourtant prolongée jusqu’en 2018, Laurent Blanc n’aura pas l’occasion de mordiller sa touillette jusqu’à là après l’énième élimination du Paris-Saint- Germain en quart de Finale de la Ligue des Champions contre Manchester City (2-2 / 0-1).

L’ancien sélectionneur de l’équipe de France pourra toutefois se consoler avec ses 22 millions d’indemnités de départ … L’identité de son successeur ne fera aucun doute dans les coulisses malgré son officialisation tardive. Le choix de la direction parisienne se portera sur Unai Emery lors des trois prochaines saisons, dont une en option. Espagnol, il est notamment connu pour avoir réalisé l’exploit de remporter l’Europa League trois fois d’affilée avec son ancien club, le FC Séville.

Adepte du dispositif tactique 4-2-3-1, ce dernier a su insuffler à ses équipes un style de jeu caractérisé par un jeu vertical qui repose sur un pressing haut, une récupération agressive ponctuée par des contres-attaques rapides. Un schéma de jeu qu’il va devoir adapter à sa nouvelle équipe, qui avait pour habitude d’évoluer en 4-3-3 et de pratiquer le tiki-taka sous les ordres de Laurent Blanc.

Une nouvelle aventure qui se fera sans le géant Suédois, parti fouler la mythique pelouse d’Old Trafford. Venu avec des intentions de jeu clairs et avec un seul objectif en tête — la fameuse coupe aux grandes oreilles —, Unai Emery veut réussir là où son prédécesseur a échoué.Toutefois, pour y parvenir, le tacticien ne fera pas de folies sur le marché des transferts. Il n’est pas question d’empiler les joueurs, ce dernier disposant déjà d’un effectif pléthorique. Seuls certains postes considérés comme prioritaires seront ciblés.

La première recrue du PSG version Emery sera française en la personne d’Hatem Ben Arfa, qui était libre de tout contrat — Emery le convoitait lorsqu’il était à Séville —, l’occasion pour le français de se relancer. Avec un possible départ de l’international français, Blaise Matuidi, et avec l’âge avancé du milieu transalpin, Thiago Motta, Emery décide de ramener dans ses valises un de ses anciens joueurs — également ancien joueur de Ligue 1 —, l’international polonais Grzegorz Krychowiak. Emery veut une équipe compétitive à tous les niveaux et décide de doubler les postes. La venue du latéral droit, Thomas Meunier, auteur d’un Euro prometteur en est la preuve. Les contours du PSG version Emery se dessinent avec une dernière arrivée, celle de l’espoir madrilène, Jesé Rodriguez, qui viendra suppléer Edinson Cavani à la pointe de l’attaque.

Le départ dans les dernières heures du mercato du défenseur Brésilien David Luiz — son ancien club Chelsea a dépensé 40 millions pour le récupérer — ne chamboulera pas les plans de l’espagnol — Emery ne pouvant lui offrir qu’une place de remplaçant —. Une occasion en or pour le jeune défenseur Kimpembe — formé au Paris Saint-Germain — qui aura forcément du temps de jeu avec toutes les compétitions dans lesquelles le Paris Saint-Germain est engagé. C’est également l’opportunité que Marquinhos attendait puisque celui-ci sera désormais titulaire aux côtés de Thiago Silva.

Une préparation estivale prometteuse

Engagé dans la Champions Cup 2016 pour la traditionnelle préparation estivale, le Paris Saint-Germain parvient à se défaire de ses concurrents sans grande difficulté (Inter Milan, Real Madrid, Leicester). On commence d’ores et déjà à entrevoir la patte Emery avec un jeu plus rapide, un pressing permanent sur le porteur du ballon et l’apport résolument offensifs des latéraux comme Aurier et Kurzawa qui régaleront durant cette tournée. Une tendance qui se confirme avec l’obtention du Trophée des Champions face à l’Olympique Lyonnais remporté sur le score fleuve de 4-1 au grand dam de Jean-Michel Aulas.

Déjà le premier couac

Nous voilà à l’aube de la 4ème journée, et le bilan dressé est mitigé. Une entrée en matière compliquée malgré la victoire au bout face au Bastiais (0-1). Pour la 2ème journée, c’est le FC Metz, le promu, qui se dresse face à l’ogre parisien — il se fera balayer sur le score large de 3 à 0 —. La 3ème journée du championnat de ligue propose le premier choc de la saison face à l’AS Monaco du tacticien portugais Leonardo Jardin. Un premier test qui s’avère être un échec, ce qui suscitera énormément de commentaires de la part de certains observateurs. Au-delà de la défaite sur le score de 3 but à 1, c’est la manière dont celle-ci est survenue que l’on retiendra.

Manque de volonté, manque de motivation, voilà comment caractériser le début de match des Parisiens. Punis, les hommes d’Emery rentreront au vestiaire sur le score de 2-0. Battus sur le plan tactique par son homologue, Unai Emery et ses troupes montreront un petit sursaut d’orgueil au retour des vestiaires, mais cela ne sera pas suffisant face à la hargne des Monégasques. Vivement critiqué par la presse française et espagnole, Unai Emery va devoir rapidement trouver les mots pour remotiver ses troupes, et ce, au plus vite…

Par Stéphane

La Sueur

lasueur.com, votre média sportif et culturel.

Les derniers articles par La Sueur (tout voir)

Photo By: psg
3 Discussions on
“Unai Emery – un nouveau cycle au Paris Saint-Germain”

Leave A Comment

Your email address will not be published.