Uriah Hall – Nous n’avons pas peur, car nous sommes la peur

Portrait d’Uriah Hall, talent MMA brut.

Comme tant d’autres combattants, Uriah Hall a eu une enfance très sombre, marquée par un harcèlement constant par des brutes de son école, le racket, les insultes et les humiliations quotidiennes. Seul dans ce cauchemar éveillé, il ne le cache pas, il a pensé mettre fin à ses jours.

Les arts martiaux sont les seules choses qui l’ont raccroché à la vie, mais comme sa famille n’a pas d’argent Uriah apprend en regardant les personnages de jeux vidéos, mimant au plus près la gestuelle des combattant sous perfusion de nitro comme ceux de street fighter ou mortal kombat. Une fois l’argent réuni pour les cours de karaté, la moissonneuse batteuse Jamaïcaine est en marche.

Entrainé par un des meilleurs coachs de stand up Tiger Schulman, il se fait rapidement un nom dans les circuits de kickboxing. Mais c’est au MMA, par sa participation à la série « the Ultimate Fighter » qu’il va se révéler à la face du monde, au cours du tournoi il désosse de façon absolument horrifiante ses adversaire, annihilant même un des combattants par un spinning back kick (la fameux spinning back kick des familles) l’envoyant direct au pays des rêves sans passer par la case marchand de sable.

Vous êtes prévenus, il va vite.

 

La seule limite de Uriah Hall c’est lui même, réputé trop gentil (paradoxal hein) et ne s’engageant pas assez il perd des combats qu’il devrait gagner et s’enlise dans sa catégorie, étiqueté « talent brut mais trop inconstant » il est tellement frustrant à suivre sachant le potentiel en ébène massif qu’il a sous le coffre que les fans font leur deuil de « Primetime ».

Mais lors de Fight Night Japan, dans la Saitama Super Arena de Tokyo, face à Gegard Mousasi le #6 mondial, le minotaure est sorti de son antre et la peur s’est mise en marche. Après un premier round en demi teinte, il grave le début du second round dans le diamant en envoyant un « jumping spinning back kick » en plein panier à fromage de Mousasi, avec une violence rarement vue dans l’octogone. Mousasi est KO debout, Uriah Hall décide de mettre du nutella sur la couche de beurre demi sel en décochant un coup de genou sauté pour finir de labourer le Hollandais. Il ne se relèvera pas. Hall vient d’envoyer un des meilleurs combattants au monde au tapis, et par la même occasion rappelle en passant son examen avec mention « viol » qu’il va falloir compter sur lui.

Le mouvement est parfait. D’une beauté vénéneuse et d’une effrayante efficacité…

by Rust

Photo By: thesun.co.uk
1 Discussion on “Uriah Hall – Nous n’avons pas peur, car nous sommes la peur”