Vegas Golden Knights Western Conference Champions

Le 21 juin 2017, se déroulait à Las Vegas le repêchage d’expansion de la dernière franchise créée en NHL, les Las Vegas Golden Knights.

Ceux-ci devaient choisir un joueur de chacune des 30 équipes NHL déjà existantes. Vegas a le choix parmi les joueurs éligibles « non protégés » par les franchises et se voit attribué dans le même temps le 6e choix à la draft 2017. Les Knights remportent le premier match de leur jeune histoire face au Canucks de Vancouver en présaison puis en saison régulière face à Dallas à l’extérieur sur un come-back du futur pour l’emporter 2-1. Le reste est historique.

109 points, plus grand total pour une équipe sur sa 1re saison, premier de conférence, premier de division, et maintenant victoire sur les Los Angeles Kings en 1er round des play-offs, 4 matchs à 0. Retour sur le coup de poker de Vegas.

C’est clair qu’on ne finit pas avec le plus grand total de point sur une saison en enfilant des perles. Vegas c’est du solide à tous les niveaux. Offensivement ça fait très très mal. Et les Golden Knights sont cette saison menée par un homme providentiel, celui que personne n’attendait : William Karlsson. Grosse déception au Blue Jacket de Colombus, plusieurs fois relégué en ligue mineure (AHL), le suédois, peu incisif, n’avait logiquement pas été protégé par sa franchise pour le repêchage d’espansion de Vegas, à la suite de 2 saisons peu prolifiques pour l’attaquant centre.

Fraîchement repêché, le désormais joueur de Vegas totalise la meilleure différence de la ligue, but marqué/but concédé lors de sa présence sur la glace (+/-) avec +49. Adroit devant les filets, il nous gratifie de geste de grande classe et compte 78 points, dont 43 buts. Ce dernier s’est vu nominé au trophée Lady Byng, récompensant le joueur avec le meilleur état d’esprit de la ligue, tout en conservant des performances exceptionnelles sur la saison. Généreux il fait profiter ses coéquipiers et notamment ses comparses d’attaque Jonathan Marchessault et Reilly Smith respectivement 2e et 8e au classement à la différence (+/-) sur toute la ligue. En résumé, Vegas est puissante offensivement, et peut se reposer sur ses différents attaquants qui savent revenir défendre et être rugueux quand il le faut.

Mais un succès comme celui-là se construit aussi sur la défense et Vegas n’est pas en reste de ce côté, avec des défenseurs bien rugueux, comme on les aime tant en NHL. Mené par le (plus que) solide Brayden Mcnabb, auteur de 225« hits » (quand même), de 29 points et 176 tirs bloqués cette saison, rien que ça, bien épaulé par des joueurs comme Ryan Reaves (236 hits), Vegas a su imposer son impact physique dans une ligue où chaque possession de palet est une occasion de buts. Comme si ça ne suffisait pas, il a fallu que Vegas repêche le portier des Penguins de Pittsburgh, le bien-aimé, Marc-André Fleury. Pourquoi Pittsburgh a-t-il décidé de ne pas le protéger lors du repêchage de Vegas ? Ne me le demandez pas.

Pittsburgh a sans doute misé sur la jeunesse de leur deuxième gardien, Mat Murray (23 ans). Toujours est-il que le très regretté Marc André « Flower » (de son surnom), âgé de 33 ans vieillit comme le bon vin, puisqu’il vient tout bonnement de signer sa meilleure saison jusqu’alors avec un pourcentage d’arrêt sur la saison régulière (.927 soit 92,7% d’arrêts) et une moyenne de 2,24 buts concédés par match. De quoi être un prétendant plus que sérieux au trophée Vezina, (trophée récompensant le meilleur gardien de la ligue), s’il n’avait pas raté quelques matchs pour cause de blessure. Néanmoins, soyez tranquille, avec un pourcentage d’arrêt stratosphérique de 97,7% et 0.75 but concédé en moyenne sur les 4 premiers matchs des séries, « Flower » imposait un rythme dément dans ses play-offs.

Ainsi, on pouvait se mettre à rêver pour Vegas, et l’épopée aura duré longtemps puisque c’est sur l’ultime marche que Vegas échouait, avec les honneurs face à l’un des meilleurs joueurs de ces 10 dernières années en NHL, Alex Ovechkin, bien aidé par le portier Braden Holtby, qui à lui tout seul offrit la game 2 au Washington Capitals sur l’arrêt de la saison, rien que ça. Vegas devra tirer les leçons de cette défaite et se projeter vers l’avenir, en misant sur la jeunesse de leurs prospects une équipe avec une moyenne d’âge très élevée.

Par Giulion

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here