WSOP

Avec 40 ans d’histoire des WSOP, les World Series of Poker, les fans de poker ont pu vivre des hauts et des bas dans le monde du poker. Nous avons choisi de vous présenter les meilleurs moments de l’histoire des WSOP. Ils ont été sélectionnés en fonction non seulement de leur importance historique, mais également de leur impact général sur le poker. Les voici donc, sans ordre particulier.

Stu Ungar: le retour du « Kid » en 1997 

Stuey alias « The Kid » Ungar a été ovationné par la communauté des joueurs de poker après avoir gagné deux fois le titre de champion des WSOP à l’âge de 25 ans (ce qui aurait facilement pu faire partie de la liste). Mais en 1997, « The Kid » ajoute un troisième titre au Main Event des World Series of Poker, c’est sa 10ème victoire dans les 30 tournois de poker à 10 000$ auxquels il participa de son vivant.

Victoire historique de Chris Moneymaker

En 2003, la tempête absolue s’est produite aux World Series of Poker : le tournoi a vu l’ESPN élargir sa couverture de manière exponentielle grâce à l’introduction d’une caméra à carte cachée qui a changé la façon dont les gens ont pu regarder l’émission. Mais l’évènement le plus mythique reste l’exploit de Chris Moneymaker qui a donné aux États-Unis et au monde entier l’espoir de pouvoir remporter un jour le Main Event des WSOP.

Joe Hachem met l’Australie sur la carte du poker 

Si la victoire de Moneymaker en 2003 a été à l’origine de l’essor du poker en ligne aux États-Unis, la victoire de Joe Hachem en 2005 a permis au poker de se développer sur de nouveaux marchés en Asie, en Australie et en Europe. Le jeu de poker en Texas Hold’em n’a cessé de gagner en popularité dans le monde entier, alimenté en grande partie par la victoire du charismatique Australien en 2005. Hachem deviendra l’un des joueurs de poker les plus victorieux de l’histoire du jeu et il est sans conteste le meilleur joueur de poker à remporter le Main Event à l’ère d’Internet.

Jack Strauss: un jeton et une chaise

On attribue à Strauss la phrase Chip and a Chair qui signifie « un jeton et une chaise », phrase qu’il aurait prononcée après qu’il se soit cru éliminé du Main Event des World Series of Poker de 1982 après avoir glissé toute sa pile au milieu de la table. Strauss découvrit plus tard qu’il avait un autre jeton sous une serviette de table et, comme il n’avait jamais fait de déclaration, il était autorisé à jouer. Strauss allait remporter le tournoi et la légende de Chip and Chair était née. Bien que de nombreuses versions de l’histoire existent et que la véracité n’ait jamais été vérifiée, c’est toujours une GRANDE histoire !

Un amateur gagne: Hal Fowler

Jusqu’en 1979, les World Series of Poker rassemblaient principalement des joueurs de poker professionnels et étaient dominés par les premiers Texas Road Gamblers. Mais en 1979, Hal Fowler, un joueur amateur modeste, parvint à remporter les WSOP, provoquant un engouement chez les joueurs de poker du pays, qui pensaient tous désormais devenir les champions du monde. La victoire de Fowler a vu les WSOP continuer à croitre en notoriété alors que de plus en plus d’amateurs se rendaient à Las Vegas durant l’été pour prendre part à la série de tournois de poker. Fowler a failli « sortir un Strauss », revenant de 2 000 jetons seulement à la table finale (un exploit de taille compte tenu du fait qu’il y avait plus de 500 000 jetons en jeu).

World Series of Poker
La table finale du Maint Event des WSOP 2010

Johnny Chan contre Erik Seidel

Les World Series of Poker de 1988 ont été le théâtre d’une main de poker immortalisée grâce au film Rounders, et cette main est probablement la plus connue de l’histoire du poker. On peut faire valoir que l’inclusion de cette main dans le film Rounders montre tout ce que le poker représente : des mind games aux montagnes russes d’émotions, les joueurs sont soumis à toute épreuve, car rien n’incarne mieux le jeu que le sentiment de joie qui règne sur le visage de Chan et le regard de misère totale de Seidel.

Barbara Enright met la femme en avant

Première et unique femme à avoir atteint la table finale du Main Event des World Series of Poker en 1995, la performance d’Enright a permis aux femmes de se faire une place dans ce qui était (et est toujours) le monde des hommes. Enright est peut-être la joueuse la plus accomplie de l’histoire des WSOP avec trois bracelets à son crédit (deux dans le tournoi féminin et un dans l’événement ouvert) pour accompagner sa cinquième place au Main Event des WSOP en 1995. Depuis la victoire d’Enright, seule Annie Duke a flirté avec une apparition à la table finale, terminant 10e du Main Event des WSOP 2000.

Phil Hellmuth, le plus jeune champion de l’histoire

Pour conclure, place à la jeunesse. On ne sait pas comment l’histoire du poker aurait été modifiée si Phil Hellmuth était tombé entre les mains de Johnny Chan dans le Main Event. Au lieu du plus jeune champion du Main Event, l’histoire aurait été centrée sur la 3-Peat de Chan et Phil Hellmuth aurait disparu dans l’obscurité du poker. Au lieu de cela, Poker Brat a remporté 12 bracelets WSOP et est l’un des meilleurs auto-promoteurs du monde du poker.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here