La Smala, Caballero, JeanJass… Quand le rap belge envahit l’Hexagone

Déjà présent depuis plusieurs années, le rap belge a traversé les frontières ces derniers mois et fait une entrée fracassante dans les casques des Français. Pour les adeptes de rap francophone qui ne connaissent pas encore, allez-y c’est un régal.

À une époque où le rap français ne vit pas ses meilleurs jours, les artistes du plat pays viennent sauver l’industrie francophone. Symbolisé par le collectif « À notre tour » composé d’Exodarap, Caballero, Lomepal, JCR, Ysha et la Smala, cette génération dorée du rap belge vient majoritairement de Bruxelles et Charleroi. Longtemps cantonnés à un rap underground, le succès arrive aux alentours de 2014 avec le lancement de plusieurs albums en solos : Un murmure dans le vent, Goldman, Seigneur… Possédant chacun un style différent, leur collaboration sur certains sons donne un mélange de saveurs surprenant et original, le tout dans une ambiance qui donne envie d’en écouter plus. Les chanceux qui ont pu assister au festival de Dour 2014 ont d’ailleurs pu assister à leur première représentation de grande ampleur. Devenus des habitués, La Smala en particulier est revenue en 2015 et a délivré un show incroyable pour le tournage du clip Hold-Up :

Ce groupe de 5 rappeurs démarre en 2007, mais ne perce qu’en 2014 avec la sortie du premier EP Un murmure dans le vent, suivi par Un cri dans le silence en 2015 et le succès des titres « vague à l’âme » ou « les enfants perdus ». Dans un style beaucoup plus mélancolique avec des instrus très mélodieuses, sauf pour le titre phare « Yes Mani » qui adopte un air et un thème plus léger, le groupe nous fait passer sa vision du monde dans une ambiance grave et tente d’accrocher par des lignes percutantes : « Un bruit n’existe que si tu l’entends, une loi que si tu l’enfreins ». C’est le gros coup de cœur de la rédaction avec le duo JeanJass-Caballero et leur EP de 8 tracks Double Helice sorti en 2016. Favorisant des instrumentales beaucoup plus lentes, avec une influence jazz et des punchlines aussi décalées que leur style. Dans un style un peu au second degré, les sons comme Repeat et Merci Beaucoup sont pleins de lignes qui valent le détour. Le deuxième, avec un beat produit par Hugz Hefner toujours au top, allie arrogance volontairement exagérée et maitrise parfaite dans les textes, faisant de lui le meilleur morceau du projet (selon la rédaction). Originaires de Charleroi et Bruxelles (même si Caballero est né à Barcelone, il grandit dans la capitale belge), les deux Belges se produisent un peu partout en France, aux Pays-Bas, en Belgique et même au Quebec sous la bannière du label Back in the Dayz qui produit la plupart des membres du collectif. Les deux font partie d’autres groupes (Exodarap pour JeanJass qui est à la fois MC et beatmaker et Les Corbeaux et Black Syndicat pour Caballero), mais ont signé une collaboration plus que réussie pour cet EP dans lequel ils maîtrisent parfaitement humour, egotrip et punchlines :

« Nous c’est l’autre niveau,
Le ballon est fait en or, le boulot est fait en heure
Je joue pour le titre, je veux qu’on m’appelle ‘boss’
Et diriger ce putain de monde depuis mon penthouse. »

S’il n’est pas belge, mais originaire du sud de Paris, Lomepal fait bien partie du collectif À notre tour, qu’il intègre après sa rencontre avec Caballero. Forcément plus connu que les autres dans l’hexagone, il se passionne pour l’aspect technique et mathématique de l’écriture rap et sort deux albums : Seigneur (2014) et Majesté (2015). Il signe plusieurs collab’ avec les membres du collectif et permet donc de faciliter leur importation en France. Très solide, seul ou en groupe, ses instrus laissent la priorité à des textes tranchants et surtravaillé, son titre le plus connu :

La connexion Bruxelles-Paris mise en avant par Lomepal, et dont on entend parler dans de nombreux titres de tout le collectif, est de plus en plus forte et inclut certains artistes français de premier plan comme Nekfeu. Elle est également entretenue par le label 92i de Booba et son élément le plus prometteur, Damso, sorti tout droit de Bruxelles avec son rap trash et un style ressemblant fortement à celui de son mentor.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, attention, « Bruxelles Arrive » :

Par Tim

La Sueur

lasueur.com, votre média sportif et culturel.
Photo By: nadabooking.be

Leave A Comment

Your email address will not be published.