Brent Burns & Joe Thornton – une histoire de barbe

Présentation de deux joueurs au look singulier et à la barbe saillante: Brent Burns & Joe Thornton

Grands perdants de la finale de NHL cette année, les San José Sharks ont pourtant été la grande surprise de ces playoffs 2016. Véritable machine de guerre offensive, la franchise californienne a réussi à se hisser jusqu’au bout en battant successivement les L.A Kings, les Nashville Predators et les Saint-Louis Blues. Malheureusement pour eux, les Pittsburgh Penguins et son capitaine Sidney Crosby étaient bien trop fort pour espérer rafler le titre. Équipe attachante, les Sharks comptent dans leurs rangs deux joueurs aussi bons sur la glace qu’avec leur style capillaire. En plus d’être d’excellents joueurs, le défenseur Brent Burns et le centre Joe Thornton possèdent des barbes qui n’avaient pas d’égale en séries. On vous en dit plus sur ces deux hipsters dans l’âme et véritables stars de ces playoffs.

Joe Thornton – le gars qui s’est pris pour un amish

 Brent Burns & Joe Thornton – une histoire de barbe

 

Enfin, après 19 saisons dans la Ligue Nationale, Joe Thornton a enfin pu participer à une finale de la Stanley Cup. Considéré comme l’un des meilleurs centres de sa génération, le canadien de 36 ans est toujours au top malgré les années et la frustration de n’avoir rien gagné avec les Sharks. Cette année, en plus de réaliser encore une fois une saison a en moyenne 1 point par matchs (82 points, dont 63 assistances), Thornton a été l’une des grandes stars de ces playoffs. Outre sa barbe monumentale, l’ami Joe a été l’un des grands artisans dans la réussite des San José Sharks en séries. Toujours en compagnie de Patrick Marleau (sur le même trio depuis plus de 10 ans), Joe Thornton a inscrit 21 points en 24 matchs avec toujours un nombre impressionnant de passes décisives (18 au total). Alors que beaucoup de gens le croyaient un peu fini, le gars est toujours dans le game et n’est pas près d’abandonner dans sa quête de la Coupe Stanley.

Outre ses performances sur la glace, Joe Thornton a tout particulièrement attiré l’attention grâce à sa pilosité. Habitué du gros poil en série, notre cher canadien a cette année sorti l’artillerie lourde avec cette barbe tout droit sortie d’un village d’amish de l’Ohio. Blonde avec quelques mèches grise qui nous rappelant qu’il est proche des 40 ans, Thornton s’est grâce à cette barbiche fait respecter lors de ces playoffs.

Malheureusement pour lui, elle était peut-être un peu trop longue et il l’a pris à ces dépens quand lors de la série contre les Blues, David Backes à décider de jouer à « je me tiens tu me tiens par la barbichette » (voir vidéo ci-dessous). Autant vous dire que le capitaine de Saint Louis a facilement gagné.

 

 

Et, car la barbe de Joe Thornton fait aussi un peu Papa Noël, le joueur des Sharks en a aussi profité pour faire mumuse avec de jeunes supporters pendant les temps morts. Entre bataille d’eau et danse improvisée, qui a dit que la barbe ne permettait pas de garder son âme d’enfant ?

 

 

 

Brent Burns – Le gars qui s’est pris pour Chewbacca

 

Brent Burns & Joe Thornton –  

Si Joe Thornton s’est lâché durant ces playoffs, il est encore très loin du niveau de son coéquipier Brent Burns. En effet, le célèbre numéro 88 a sûrement la meilleure pilosité de toute la ligue. Barbe à peine taillée et seulement 2 dents sur le devant, Burns a tout de l’ours des cavernes ou du bûcheron canadien (c’est au choix). Pourtant, Brent Burns possède sûrement l’un des styles les plus hype de la NHL. Bien mieux que le classique costume trois-pièces façon gendre idéal de Sidney Crosby, Burns opte généralement soit pour le chapeau à la John Lennon, soit pour la casquette kaki façon US Marines. Si c’est certes parfois un peu trop, il apporte un vent frais à une NHL très coincée niveau vestimentaire (demandez donc à Evander Kane, viré pour s’être présenté en jogging).

 

Mais Brent Burns, c’est avant tout une barbe monstrueuse travaillée depuis des années et des années. A 31 ans, il a réussi à devenir le sosie officiel de Chewbacca. D’ailleurs, lors du dernier All-Star Game à Nashville, il en profiter pour revêtir le costume du célèbre personnage de Star Wars lors des Skills Games :

 

 

Car pour être au All-Star Game, Burns ne mise pas que sur son look, mais  plutôt sur un niveau de jeu monstrueux qui fait de lui l’un des meilleurs défenseurs du circuit Bettman. Très offensif, le défenseur canadien termine ces playoffs deuxième meilleur pointeur juste derrière son coéquipier Logan Couture avec 24 points en 24 matchs. Capable de marquer des buts à lui tout seul en traversant toute la patinoire, il a cette saison réalisé la meilleure campagne de sa carrière avec 75 points en 82 parties malgré un ratio de -5. Ultra complet, Burns n’hésite pas à jeter les gants ou balancer de solides charges aux adversaires. En liste pour le titre du meilleur défenseur de l’année, il a malheureusement été devancé par le joueur des Los Angeles Kings Drew Dougthy qui remporte le premier Trophée Norris de sa carrière.

 

 

Pendant ce break à Las Vegas à l’occasion de la cérémonie des NHL Awards, Burns a pu rencontrer la star de l’UFC, Conor McGregor. On imagine bien un combat entre ces 2 monstres du sport, célèbre aussi bien pour leurs performances que pour leurs barbes.

Par PAP

Photo By: sportsnet.ca, Aaron Doster-USA TODAY Sports, Aric Crabb/Bay Area News Group

Leave A Comment

Your email address will not be published.