Destins brisés: le plus frustrant

Qui ne se souvient pas d’un but de Djibril Cissé ?

Buteur né, puissant et rapide, le talentueux attaquant français a marqué de son empreinte l’histoire du foot français par sa persévérance et malgré les problèmes de clubs, de blessures, il a toujours su marquer des buts partout où il a mit les pieds. Les pieds dans les crampons, c’est désormais fini pour lui, on l’a vu en larmes sur le plateau de J+1 au moment de faire comprendre qu’il n’avait plus la force de continuer. En larmes, car Djibril Cissé a consacré sa vie au football : 16 ans de carrière de footballeur professionnel avec 249 buts au total auquel on peut ajouter 9 buts inscrits sous le maillot bleu. Si fort mentalement, si accroché à ses rêves de trophées, le natif de Arles n’a pas été qu’un footballeur de passage dans les 11 clubs où il est passé.

Protégé de Guy Roux, qui lui a apporté très vite : maturité et culture de la gagne. En résumé Cissé c’est : deux fois meilleur buteur de Ligue 1, même chose pour le championnat grec, une Ligue des Champions avec Liverpool et pas moins de 96 buts au total en première division française. Bref, un serial buteur qui n’a pas fait les choses à moitié. En pleine bourre du côté de l’AJ Auxerre, l’attaquant d’1m82 signe en 2004 à Liverpool après 169 matchs pour 90 buts, s’il vous plaît. Quelques temps après son arrivée, le 30 novembre 2004 plus précisément, Cissé se fracture le tibia et le péroné de la jambe gauche, ce qui le coupe dans son élan de réussite et sa période de confiance emmagasiné à l’AJA. Avril 2005, Cissé est de retour pour se redonner à fond à l’approche d’une finale de Ligue des Champions, la compétition qui fait rêver tout les passionnés du ballon rond. En finale, Djibril inscrit un des tirs aux buts qui offrira le sacre de la coupe aux grandes oreilles à l’équipe des Reds. En sortant récemment sa biographie, Un lion ne meurt jamais, il déclare dans le livre que c’est le plus beau titre de sa carrière, on le croit sur parole. Première grosse blessure, premier coup dur. Djibril l’a souvent dit, son corps n’aime pas les petits coups, il faut y aller franchement pour ne pas lui faire mal, paradoxal, je vous l’accorde. Mais les grosses blessures qui lui ont gâché une partie de sa carrière ont bel et bien été la suite de petits coups. Un choc anodin à première vue, avec un pied laissé traîné par un joueur de Blackburn, au ralenti on s’aperçoit de la gravité de la blessure. Rigoureux dans son travail et sa remise en forme, Cissé retrouvera donc les terrains avec Liverpool. Deux ans plus tard, son rêve bleu se brise une nouvelle fois, après la Coupe du Monde 2002 raté par la France, Djibril Cissé est sélectionné pour une deuxième compétition internationale avec les bleus. La veille du départ en Allemagne, la France dispute un match amical contre la Chine. L’histoire se répète, nouvelle faute à priori anodine et le numéro 9 des bleus subi la même blessure, frature tibia péroné de l’autre jambe, la droite cette fois-ci.

Encore une fois Cissé voit ses ambitions brisées et le destin n’est donc pas tendre avec lui. Malchanceux, on connaît sa qualité d’attaquant, comme il l’a toujours montré sur le gazon, on aurait aimé le voir en Coupe du Monde 2006 surtout quand on connaît le déroulement de celle-ci. Un lion ne meurt donc jamais, rebelote avec le tibia péroné mais Djibril revient, toujours plus fort, toujours plus redoutable devant le but. Il débarque à Marseille dans un club de l’OM dont il a toujours souhaité porter le maillot. Joueur dont a toujours remarqué les coupes de cheveux, souvent râleur sur le terrain mais rageur au moment de ces coups de génie, beaucoup de personnes ont toujours eu de l’affection pour Cissé. Grande carrière mais il a manqué un petit truc qui aurait pu l’a rendre encore plus grande. En 2014, il rejoint Bastia pour réaliser son objectif des 100 buts en Ligue 1. 6 buts plus tard et des frustrations comme une non sélection dans le groupe de la finale de la Coupe de la Ligue. Des perles comme cette frappe contre Sochaux en championnat qui nous rappelle qui est Djibril Cissé.

Cependant, une blessure qu’il traîne à la hanche va le rendre à l’évidence, son corps ne le suit plus. Difficile à accepter mais il explique qu’il a mal sans arrêt, que le sport de haut niveau n’est plus possible. Rentrer dans le club très fermé des buteurs à plus de 100 réalisations lui échappe donc du bout des doigts. Tellement dommage, il méritait mieux avec son abnégation et son dévouement pour son sport. Le destin est donc cruel mais parfois quelque chose fait qu’il nous donne une dernière chance. Je vous offre une lueur d’espoir pour finir cet article. Opéré avec succès de cette hanche douloureuse, Djibril Cissé a déclaré récemment sur son compte Twitter que s’il avait une petite chance de rejouer, il le ferait avec les 100 buts en ligne de mire.

Bon vent Djibril et Merci pour tout.

Les autres chroniques:

 

Par Alexandre D; l’Esprit Sportif

La Sueur

La Sueur

La Sueur, votre média sportif et culturel.
La Sueur
Photo By: JEAN-MARIE HERVIO / FLASH PRESS