Eric Cantona – il était un roi

Retour sur la carrière du King Eric Cantona à Manchester United

Alors que le King fête en cette année 2016 ses 50 ans, il convient de revenir sur le règne du numéro 7 de Manchester United. Nous allons ainsi nous intéresser à sa période mancunienne pendant laquelle Eric Cantona illumina le Royaume-Unis de son talent, de ses coups de sang et de sa classe.

Ainsi, en 1992, après un passage éclair, mais réussi à Leeds United pour sa première expérience hors du territoire français, Eric Cantona, signe pour le grand Manchester United. C’est dans ce club qu’il deviendra une légende. Dès son arrivée, il en impose et très vite, il prend les reines des diables rouges avec notamment une punchline dont il a le secret : « I’m Cantona. How big are you? Are you big enough for me? ».À son arrivée, Manchester est un club qui n’a plus gagné de titre national depuis 25 ans et qui évolue alors dans l’ombre d’un certain Liverpool. Well, guess fucking what? À la fin de la saison, les Red Devils finiront avec 10 points d’avance sur leur premier poursuivant et seront champions pour la première fois depuis 1967. Cantona sera le premier joueur à gagner deux titres consécutifs avec deux équipes différentes. Coïncidence ? Non, je ne pense pas.

La saison 1993-1994 sera celle de tous les records pour celui qui commence à très sérieusement casser des gueules outre-Atlantique: titre de champion, FA Cup, Finale de Coupe de Ligue et meilleur buteur de United avec 25 buts. Ce sera également lors de cette saison qu’il commencera à porter le fameux numéro 7, précédemment arboré avec brio par Bryan Robson et George Best.

La saison suivante commençait parfaitement pour United, toujours en mode défonçage de leurs petits camarades. Un match anodin contre Crystal Palace, le 25 janvier 1995 bouleversera la saison des mancuniens et changera la carrière de Cantona. Le King est expulsé par l’arbitre pour un coup sur le défenseur Richard Shaw, en réponse à un tirage de maillot, oui, il était sanguin le bougre. Sur le chemin des vestiaires, un supporter descend les onze rangs qui le sépare du bord du terrain pour exprimer ces doux mots à l’encontre du héros mancunien : « Fuck off back to France, you French motherfucker« . Mauvaise idée. Cantona lui envoie un coup de pied « kung-fu » dans la tronche puis quelques mandales bien senties. Bilan : 120 heures de travaux d’intérêt général, 8 mois de suspension et 30 000£ d’amende pour ce moment aussi iconique qu’intolérable. A la sortie d’une conférence de presse, depuis entrée dans la légende, il lancera le fameux « When the seagulls follow the trawler, it’s because they think sardines will be thrown into the sea. Thank you very much » (NDLR : quand les mouettes suivent un chalutier, c’est parce qu’elles pensent que des sardines seront jetées à la mer). Il laisse alors les journalistes, stupéfaits, seuls. Malheureusement pour lui, cette suspension sera également la raison de son départ de l’équipe de France. Étant étendu au niveau international par la FIFA, Aimé Jacquet qui en avait fait son capitaine, ne le rappellera plus chez les bleus (45 sélections pour 20 buts). Si Cantona reconnaît que ce coup de chaud fut une erreur, il le considère également comme le plus grand souvenir de sa carrière de joueur.

Le 1er octobre 1995, il fait son retour sur les terrains, 248 jours après son dernier match. Le 21 décembre 1995, il marquera le plus beau but de sa carrière, tout y était, l’exécution et la célébration, impertinente à souhait. Écrasant Sunderland, avec déjà 4-0, le match prendra un tournant historique. Récupérant la balle près du rond central, il effacera deux joueurs puis combinera avec Brian McClair pour finalement lobé le gardien adverse à l’entrée de la surface de réparation. Le king himself n’en revenait pas. Manchester fera une nouvelle fois le doublé Coupe-Championnat cette saison-là. Il sera une nouvelle fois prépondérant dans le succès des siens, avec notamment un but à la 86e minute face à la Liverpool en Finale de Coupe pour ouvrir la victoire aux siens.

En 1997, à 30 ans seulement, il se retire au sommet avec un nouveau titre de champion d’Angleterre dans son escarcelle. Lassé par le football il dira notamment : « J’ai toujours prévu de prendre ma retraite en étant au sommet, et à Manchester United j’ai atteint l’apogée de ma carrière ». La classe internationale. Durant toute sa carrière, il aura marqué 185 buts en 485 matchs.

En 4 saisons et demie seulement, Eric Cantona sera donc devenu une légende de la Premier League et de Manchester United. En 2011, malgré les Cristiano Ronaldo, David Beckham et autres Ryan Giggs, il sera élu meilleur joueur de toute l’histoire des Red Devils par Inside United Magazine. Les raisons d’un tel statut sont multiples. Tout d’abord, le charisme du joueur, avec son fameux col relevé et son torse bombé. Il en imposait. Il se mesura d’ailleurs à Vinnie Jones, joueur le plus rugueux d’Angleterre, lors d’un match contre Wimbledon en 1994. À la suite d’un tacle violent de Jones, Cantona se relèvera majestueux et lui dira « You can kick me if you like but you won’t stop me ». C’est aussi et surtout des buts magnifiques à foison et des actions de classe de génie. Au cours des années mancuniennes, il aura régalé les supporters et c’est bien ça la seule chose qui compte, ce qui se passe sur le terrain. Sur les 82 buts marqués avec United, 18 l’auront été sur penalty. Les deux fois où il échoua, le numéro 7 marqua plus tard dans le match, un mental d’acier.  Sur le près, Cantona était un véritable champion, 4 titres de champions en cinq saisons avec United, avec deux coupes d’Angleterre en plus, seul la Coupe aux grandes oreilles lui résista.

Thanks for the memories King Eric.

By Zizou

Photo By: Action Images
2 Discussions on
“Eric Cantona – il était un roi”

Leave A Comment

Your email address will not be published.