LaGo 2 Feu : CHARGED UP

Notre grosse interview de LaGo 2 Feu

LaGo 2 Feu a accepté de nous accorder une interview afin de nous parler de tout et de rien, mais surtout de tout. Au programme : sa détermination, la place de la femme dans le Game, le sport et l’oseille ; le nerf de la guerre.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton parcours et ta venue dans le rap ?

LaGo : Un peu comme dans le sport, c’est venu à moi. J’écrivais dans ma chambre, je faisais des petits trucs, mais pas convaincue de mon potentiel. Grâce à mon frère, j’ai acheté un Home-Studio et j’ai commencé à enregistrer des trucs, mais c’était bancal de feu. Puis, j’ai rencontré mon Manager, Jordan et depuis il ne m’a pas lâché, ça fait 3 ans qu’on bosse ensemble ! 9 mois pour apprendre à se connaître et ensuite on a balancé des sons.

Comment s’est déroulée votre rencontre ?

LaGo 2 Feu: Un rappeur du 92 nous a présenté, Jordan cherchait une rappeuse et mois je cherchais quelqu’un qui savait faire du son et qui savait mettre à l’aise. C’est une chose de savoir écrire des textes et de savoir les poser en rythme sur une instru mais ça devient un job quand tu vas en studio, c’est une autre démarche. J’avais besoin d’une personne plus expérimentée que moi dans cette démarche.

Tu sors ton deuxième EP (LAGO, LACUISSE, LEBIFF 2), avec 4 morceaux, une sorte de suite par rapport au premier. Explique-nous un peu la construction de celui-ci.

LaGo 2 Feu: Ça fait 1 an et demi que j’ai commencé à faire des live et travailler avec des DJ, les BLKKOUT également producteurs de musiques et ils m’ont fait des tracks. On a décidé de tout rassembler en un EP et montrer qu’on était capable de faire du son. Montrer qu’on savait produire quelque chose de A à Z.

C’est plus electro que le premier projet, la trap c’est sympa mais c’était juste pour montrer aux autres trappeurs que moi aussi je sais trapper mais en vrai je trouve ça cool de faire de la vraie musique. La trap c’est ambiançant mais je trouve que c’est une musique de poseur et moi l’electro que je fais avec les BLKKOUT, ça t’oblige à danser. Sois t’aimes pas et tu vas te ranger dans ta chambre, sois tu danses. Avec le rap, c’est ce qui pèche un peu, ça va te mettre dans un mood individuel, te faire bouger la tête où t’es seul à écouter ton son. Avec les BLKKOUT, l’idée est que ça marche pour un individu comme pour un groupe et de faire danser tout le monde.

Tu as donc utilisé la trap comme un tremplin pour ensuite partir vers ce que tu préfères ?

LaGo 2 Feu: Exactement, c’était une carte de visite. Je trouve que la musique c’est fait pour expérimenter des trucs. La trap, c’est moins risquée, c’est moins funky.

12615527_930235537014126_6694977135407165433_o

On va parler maintenant d’un sujet un peu tabou en France, mais très présent dans le rap : l’argent. Quel est ton rapport à l’argent ?

LaGo 2 Feu: Pour moi c’est un moyen, ça permet de faire des projets. Je connais la valeur de chaque euro que je gagne. Ce qui m’intéresse c’est donc l’oseille ! Avec l’oseille, je vais pouvoir m’en sortir, que ce soit dans le rap ou dans le sport. Il y a plein de choses que je fais de bon cœur, mais l’oseille, ça règle tellement de problèmes du quotidien. Par exemple, si je ne gagnais pas ma vie à côté, je ne pourrais pas faire de rap. C’est un leurre que de dire que le rap ramène de l’argent. J’y suis pas encore, peut-être que dans un an ce sera le cas, j’aurai un chauffeur et tout, mais là j’y suis pas du tout. J’ai vraiment envie d’encourager les gens à avoir de l’oseille, à faire de l’oseille. Je trouve qu’on est dans une société de « BRANLOS » de chez branlos, et la société même nous pousse à nous branler. Alors qu’il n’y a rien de mieux que d’avoir son argent et faire ses projets : « j’ai mis de l’argent de côté, je vais pouvoir faire ça… » Je suis très joueuse, et là je suis au casino. L’oseille c’est l’indépendance, c’est l’autonomie. Je ne veux dépendre de personne !

Aujourd’hui c’est devenu un de tes thèmes principaux justement :

LaGo 2 Feu: Oui, effectivement, et je pense que tant que je n’aurai pas de l’oseille, je continuerai à en parler. Pour nous les filles, on nous propose tellement d’options sauf celles qui nous permettent de nous concentrer sur notre talent et d’aller vraiment au bout et de charbonner. Les autres meufs dans le game, c’est soit des filles à maman et les autres sont des grosses tchoins, michtonneuses, qui cherchent des mecs qui ont de l’oseille pour payer leurs rajouts et extensions. Niquez-vous les meufs ! C’est pas bon pour l’image de la femme. Une femme c’est l’égal d’un homme donc si un mec fait un job, on peut aussi. Si un homme est le patron, toi aussi tu peux être patronne.

Par rapport à la question des femmes dans le rap, que penses-tu des pionnières comme Princess Aniès ?

LaGo 2 Feu: Énorme Respect. Ce sont les grandes sœurs, elles ouvrent les portes. Si moi je peux faire des conneries, c’est grâce à elles et parce qu’elles ont dit que les femmes ont le droit d’être dans ce milieu-là. Celles qui sont en place aujourd’hui, même si on n’a pas la même mentalité et les mêmes sons, je respecte à fond. On est peu nombreuses, faut quand même se soutenir !

Pas de place pour les rivalités en somme ?

LaGo 2 Feu: Ouais, on n’a pas le temps pour ça. En tant que femme, le « hustle » est tellement fort que j’ai pas le temps d’aller voir ailleurs pour me dire c’est moi la meilleure. C’est ridicule les beefs entre rappeurs, c’est uniquement pour vendre des CD. Moi j’ai pas de CD à vendre, peut-être que quand je vendrai des CD, je tirerai sur les autres (rires). Aujourd’hui je suis chargée.

Alors concernant le sport, t’es toujours dedans ?

LaGo 2 Feu: À fond, j’ai toujours fait beaucoup de sport. Un peu moins à la fin de l’adolescence, début de vie adulte et après j’y suis retournée. Je viens du monde de la danse classique, j’ai fait ça pendant 10 ans. Après j’ai boxé, puis j’ai arrêté la boxe. Je pense qu’on aurait dû me mettre en sport étude, j’aurai tout niqué ! J’adore nager aussi. Enfin bref, peu importe le sport. Pour la boxe, entre le nombre d’entraînements, les coaches qui te parlent mal et enfin les femmes qui ne sont pas respectées. T’as l’impression qu’elles sont là pour taffer les fessiers, elles s’en battent les couilles de la technique maintenant. Moi je suis grave dans la technique, les coaches ne prenaient pas le temps de m’apprendre ça. J’ai dit STOP ! Maintenant, je vais au parc, je cours en mixant les renforcements de la boxe avec le running. J’ai trouvé ma routine en faisant ça. Mes potes ont kiffé, j’ai commencé à entraîner d’autres filles, ça s’appelait « Gang de Go ». On m’a souvent dit « pourquoi tu fais pas payer ? », mais pour moi, il ne doit rien y avoir entre toi et le sport. Après si tu viens pas à l’entraînement je vais t’envoyer en l’air…

Un jour les gens d’Adidas m’ont contacté pour que je m’occupe d’une communauté running, Boost Odéon dont je suis la capitaine. J’aimais trop l’idée d’offrir un cadre sportif gratuit aux gens où ils peuvent sociabiliser, se faire des potes et pas être enfermé dans une salle avec des miroirs. Pour moi, le sport tu ne te regardes pas, tu vis le truc, tu te dépasses, tu manges, tu reviens vener parfois. Ça fait deux ans que je fais ça et j’adore.

La musculation quand tu vois Kaaris, Booba ou 50 cent, tu en penses quoi ?

LaGo 2 Feu: Pour moi, ce sont des hommes très féminisés. Pour ma part, je ne peux pas avoir un partenaire dans la vie qui met plus de temps que moi à se préparer. Aujourd’hui Booba, il a des enfants, il rappe, il est tranquille. La compétition entre mecs est tellement dure que du coup les gars se disent si j’ai les plus gros pecs ça va le faire. Après si on fait des tailles de cuisses, je les fume tous ; parce que moi je travaille mes jambes. Il y a des rappeuses qui sont bonnes aussi, ce paramètre est important pour moi aussi.  Il faut accepter son corps tel qu’il est, tu ne peux pas changer la forme de tes os, mais à travers les entraînements tu peux apprendre à t’aimer un peu mieux.

C’est intéressant la façon que tu as de parler de ton projet et ton évolution, c’est un peu comme ci tu gérais une entreprise, mais cette entreprise c’est toi !

LaGo 2 Feu: Je suis ma propre performance, ma propre coach et j’essaie que ça soit lié. Pendant une pige, je fais courir des gens dans un parc, à côté je fais un peu de musique et puis au bout de 2 ans Adidas me contacte, on sort un EP. Les choses prennent du temps. Le sport t’apprend la patience, ce qui est super bénéfique pour ma musique. Je ne suis pas à l’affût d’une signature ou d’une avance, je prends mon temps, car je sais que ça permet d’être stable.

Aujourd’hui, avec le rap, tu t’organises comment pour tes entraînements ?

LaGo 2 Feu: 2 jours off par semaine contre 1 auparavant, mais sinon pas de changement. Une sortie de 10 kilomètres, le reste 15-18 mais j’essaye de pousser à 20 en ce moment pour la cardio. Les autres jours, c’est corde à sauter et renforcement. J’ai une addiction aux endorphines donc quand je ne cours pas je suis déprimée. Mercredi, on avait un Live donc j’ai pas fait de sport le matin parce que je savais que j’allais avoir ma dose.

Et quid du mode de vie healthy ?

LaGo 2 Feu: Alors là pas du tout. Pour moi le sport c’est l’acceptation de soi. Certains commencent le sport et sont dégoûtés de l’alcool et des clopes. Je ne bois pas, mais la clope c’est la vie ! Parfois je m’arrête de courir parce que l’envie de fumer une clope est trop grande ! Ce ne sont pas des bons conseils, mais au moins je ne mens pas. Les after run avec ma team, j’ai l’impression que les gens viennent juste pour l’after run et l’after c’est binouze, gnole. Je ne mange pas healthy, je m’en bats les couilles du gluten, je kiff les burgers et pizzas. Le sport me fait du bien et le reste c’est accessoire. Moi ma motivation, c’est « accepte-toi comme tu es ». Si t’es trop dans le contrôle, tu n’es pas à l’abri de péter un plomb.

Tu es très présente sur les réseaux sociaux, mais contrairement à beaucoup d’artistes, tu restes très mystérieuse, on voit très peu ton visage.

LaGo 2 Feu: J’ai pas envie de montrer directement ma ganache. À la base c’était un souci d’ego en me disant « si ça se trouve le rap ça ne va pas marcher donc ne montre pas tête ». Je voulais donner une chance à ma musique avant tout. Les artistes que je trouve chouettes sont ceux qui ont un personnage, qui sont des icônes. Quand je mets mes lunettes, je fais ma natte, je suis obligée d’aller tout fumer. Quand je fais du sport, je montre tout mon corps pas mon visage. Les autres rappeurs, leur brand c’est leur ganache donc ils sont sur snap à montrer leur tête, leur communauté, leurs potes. Moi je suis l’électron libre, solitaire, on ne sait pas si j’ai des amis, si j’ai un mec, si j’ai une famille. Le mystère ça attire aussi.

12699151_10208940280764761_661805057_o

Par rapport à ça ton personnage va être amené à évoluer ?

LaGo 2 Feu: Ça va évoluer mais il faut rester sur la même lancée. Par exemple, j’aime bien ne pas montrer mes yeux. Il y a tellement de choses à faire autour d’un son que les lunettes et le reste, ça me plait. Après je vais peut-être faire des robes en viande comme Lady Gaga.

Du coup what’s next ? Quels sont tes projets ?

LaGo 2 Feu: Il y a les Inrocks Lab. J’aimerai bien redonner des sons, j’étais très concentrée ces derniers mois sur l’organisation du business et sur notre planning de l’année. Là, tout est calé.

On sera à Rennes le 4 mars, festival les Urbaines et pour le reste, on enregistre !

Son premier EP

 

Pour suivre LaGo

Leave A Comment

Your email address will not be published.