Pour défendre leurs droits, les stars de l’UFC créent la MMA Athletes Association

À l’initiative de Georges St-Pierre, la première association de combattants de MMA (la Mixed Martial Arts Athletes Association) a été créée.

Derrière GSP, on retrouve ainsi quatre grands noms de l’UFC : Tim Kennedy, Cain Velasquez, Donald Cerrone and T.J. Dillashaw. Ces derniers reçoivent également un soutien de poids avec Bjorn Rebney, ex-boss du Bellator en conseiller.

Vous pouvez retrouver notre article complet sur les salaires de l’UFC ici

« Depuis 2008, j’ai subi une douzaine de chirurgies. Je n’ai aucune assurance et je n’en aurai aucune à ma retraite. » – Cain Velasquez

Concrètement, on sait que Georges St-Pierre est en conflit ouvert avec l’UFC à cause notamment du Deal Reebok et de la nette baisse de salaire qui en découle. De même, certains combattants comme Cerrone et Kennedy ont déjà exprimé leur mécontentement quant à la paye. En effet, nombre des membres du roster de l’UFC gagnent à peine de quoi subsister, pas vivre, subsister.

« Les combattants obtiennent environ 8% des revenus. Même Conor McGregor ne reçoit pas une assez grosse part du gâteau. » – GSP

Alors que dans la plupart des organisations américaines le partagent entre propriétaire et joueurs est à 50-50, la donne est différente à l’UFC. Sport individuel d’une part, le MMA ajoute un côté matchmaking qu’il n’y a pas dans les autres ligues. Ainsi, pour être champion à l’UFC il faut : être le meilleur, être celui qui plaît le plus au public. Sans la dernière condition, le chemin vers le combat pour le titre risque d’être très long (Tony Ferguson, Khabib Nurmagomedov et Stephen Thompson approuvent ce message).

« Sans les combattants, l’UFC, ce n’est que trois lettres de l’alphabet ! » – GSP

L’union des combattants va avoir trois objectifs :

  • Faire passer le partage des revenus de 8% à 50% pour les combattants (comme en NBA)
  • Un accord financier avec l’UFC autour des contrats actuels et passés (assurances, fonds de pension…)
  • Mettre en place un accord de négociation collective

Si la MMAAA n’agira pas comme un syndicat, il faudra désormais qu’elle « recrute » des combattants. Si les 5 stars peuvent facilement donner leur avis de manière assez véhémente, c’est bien plus compliqué pour un fighter hors du top 15. GSP l’a bien compris : « les combattants sont intimidés. Ils ont peur de perdre et même de prendre leur retraite parce qu’ils n’ont aucune assurance ».

En réponse à cela, Brett Okamoto d’ESPN a récupéré la réaction suivante de l’UFC : « Nous respectons tous nos athlètes et nous sommes toujours ouverts et disposés à entendre leurs suggestions sur la façon d’améliorer le sport. »

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
Écrit NBA, Football, NFL, MMA, sport en général et culture.
Photo By: The MMAAA

Leave A Comment

Your email address will not be published.