Shumpert : « On va botter le cul des Warriors, point barre. »

Depuis 2015, les Cavs et les Warriors s’affrontent en Finales NBA. Avec une victoire partout, l’un des deux pourraient prendre l’avantage en 2017.

Dans une conversation il y a quelques mois avec David Aldridge de NBA.com, Draymond Green disait sans filtre : « Je veux gagner la Conférence Ouest, essayer de battre tout le monde dans la Conférence Ouest – et c’est une tâche difficile. Il y a tellement de bonnes équipes. Ça doit être notre unique objectif, gagner cette Conférence. Ensuite, si Cleveland sort de la Conférence Est, je veux détruire les Cavaliers. Il n’y a aucune discussion là-dessus. Mais je sais qu’il y a plusieurs étapes pour arriver à cela. Donc si et quand nous y arriverons, je veux les annihiler ». Le genre de déclarations discrètes qui ne font pas de vagues.

Interviewé par Complex, Iman Shumpert a répondu à sa façon aux déclarations de Draymond Green.

« Il doit nous détester. On est censés les détester et ils doivent nous détester. C’est OK. Ils doivent balancer ce genre de déclarations. C’est le sport. C’est beau. J’aime tout ce que cela comporte. Je suis content qu’il ait dit ça, parce qu’on va leur botter le cul. Tu dois d’ailleurs écrire ça : « on va leur botter le cul ». Point barre. »

La rivalité entre les deux équipes s’est intensifiée après la remontée 3-1 historique des Cavs. Au-delà d’avoir balayé la saison régulière en 73-9 des Warriors, cela a causé un ras de marée de blagues et memes en tous genres à l’encontre de Golden State. Même Cleveland s’y est mis entre l’inscription sur la bague de champion et la décoration de LeBron James pour Halloween. Si retrouvailles il devait y avoir en juin prochain, on assisterait à la troisième finale de suite. Avec tout l’historique qu’il y a entre les deux équipes, il y aura du sang sur les murs. Garantie.

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
Écrit NBA, Football, NFL, MMA, sport en général et culture.
Photo By: cavsnation.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.