Best Of 2K15

AH ! It’s this time of the year again. Les mêmes bêtisiers à la télé, les meilleurs moments de Patrick Sébastien, les plus belles nuits d’On n’est pas couché, les mix youtube sur cette fabuleuse année 2013 2014 2015 qui pullulent de partout. Mais aussi Facebook qui vous propose de revivre votre année à travers quelques moments et qui vous rappellent parfois que votre année n’était pas terrible. Mais n’ayez crainte je suis là pour vous rappeler que niveau NBA on a été gâté.

Je vais donc vous proposer ce qui m’a plu cette année en NBA. Bon trêve de bavardages c’est parti.

La mise en avant du collectif

Que ce soit la saison des Hawks ou des Warriors, ou  même les surprises Portland, ou encore le Jazz on a vu qu’un collectif huilé et rodé peut aller loin en NBA. De là à dire que c’est la fin de l’ère des franchise players qui portent leurs équipes à bout de bras, peut-être pas. Ce qui m’amène à ma deuxième satisfaction de l’année.

L’évolution du jeu

En tant que fans ou passionnés on vit pour assister à ce genre d’évènements. Le jeu en NBA est en train de changer, finit les gros bras dans la peinture, place aux gestes soyeux, au collectif, à l’extra passe. Initié par les Spurs de Popovich qui a bon nombre de disciples aujourd’hui à la tête d’autres équipes, la notion d’extra passe est devenue monnaie courante chez les 30 franchises. Steve Kerr a lui ajouté des systèmes, pour que cette extra passe soit offerte à un joueur libre à 3 points. La suite on la connait.

L’évolution des Français dans la ligue

Tous (ou presque) ont évolué, TP confirme qu’il fait partie du gratin des meneurs en NBA, Batum explose cette saison et devient le FP des hornets, Evan Fournier noircit les feuilles de stats et trouve sa place au Magic, l’explosion de Gobert, l’arrivée de Lauvergne qui fait ses preuves petit à petit. Seul Joakim Noah manque à l’appel, mais bon Joakim Noah, équipe de France vous suivez ? Oui voilà.

Mark Cuban

Le propriétaire le plus aimé de la NBA. Du moins le plus excentrique, n’en déplaise à Steve Ballmer. Après le fiasco DeAndre, on aurait pu penser qu’il enverrait tout valser et laisserait cette année comme une année de transition pour se reconstruire peut-être via la draft. Que nenni messires, comme à son habitude il s’est battu pour trusté un des 8 spots convoités à l’Ouest, il a construit son roster avec des mecs revanchards qui pour l’instant lui donnent entièrement raison (D-Will baby).

Mes intros

Oui parfois elles me prennent du temps, plus de temps que la chronique même, mais elles m’apportent un peu de joie de vivre.

Hassan Whiteside

« J’essaye juste d’améliorer ma note sur 2k ». Que demander de plus à un joueur ?

Les Drake Nights à Toronto

J’aime beaucoup l’artiste, les campagnes marketing des Raptors donc j’ai apprécié. We can do it real big, bigger than you ever done it.. désolé.

Le match Spurs vs. Cavs

Une dinguerie sans nom. Un Kyrie intenable. Une intensité folle. Une prolongation. De la clutchitude. BEST GAME OF THE YEAR.

Et bien d’autres choses encore, mais je vais garder ça principalement. J’espère aussi que cette aventure qui ne fait que commencer se poursuivra en 2016, 2017, 2018 et ainsi de suite. Je prends énormément de plaisir à écrire tout ça, j’espere que vous prenez autant de plaisir à les lire, n’hésitez pas à nous suivre sur Instagram, Twitter, Facebook. Une excellente année 2016 puisse notre NBA nous offrir encore des surprises, des game 7, des tomar de l’espace, et des Sixers invaincus.

NBA. Where amazing La Berkane happens.

Photo By: NBA
2 Discussions on
“Best Of 2K15”

Leave A Comment

Your email address will not be published.