Le légendaire comeback des Celtics contre les Lakers en 2008

La rivalité Lakers vs. Celtics reprenait de plus belle en 2008 lorsque les deux franchises se retrouvaient en Finales NBA.

Au Garden, Boston avait d’abord remporté les deux premiers matchs. Arrivé au Staples Center, les Lakers de Kobe Bryant dans le sillage d’un énorme match de leur franchise player (36 points, deuxième plus gros total de la série) avaient remporté le Game 3. Toujours en Californie, le Game 4 était donc la parfaite occasion pour Los Angeles de revenir à 2 partout et ainsi mettre la pression au Celtics.

Lors du premier quart, les Lakers collent un 35-14 à Boston : tout simplement la plus grosse avance de l’histoire des Finales à ce stade. L’écart montera même jusqu’à +24 pour Los Angeles (45-21 à 6m43 dans le 2e quart). On pense alors la rencontre perdue pour Boston mais c’est sans compter sur la fierté de la Green Army. La bande à Paul Pierce collera un 21-3 pour terminer le troisième. À ce moment-là du match, Boston n’est mené que de 2 points (73-71). À 4m07 dans le 4e, les Celtics prendront la tête pour la première fois du match et l’emporteront finalement 97-91. Cette victoire de légende portait une fois de plus la marque du Big 3 : 19pts, 9rbs pour Allen ; 20pts, 7asts, 4rbs pour Pierce et 16pts, 11rbs pour Garnett.

Cette douloureuse défaite sera suivie d’une victoire pour les Lakers, toujours au Staples Center. À 3-2, les Celtics ne louperont pas leur deuxième balle de match. Au TD Garden, le Big Three démontera les Lakers 131-92. Vous avez bien lu, un écart final de 39 points qui battra le précédent record (33 points en 1965). Garnett, Allen et Pierce avaient réussi leur pari : remporter un titre lors de leur première saison et avec le meilleur bilan de la ligue (66-16). 3 ans plus tard et en tentant le même challenge, le Heat échouera en Finales NBA contre les Dallas Mavericks.

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
NBA, NFL, UFC et bien plus encore.
Photo By: NBA

Leave A Comment

Your email address will not be published.