Ça y est, la saison sur gazon a officiellement commencé ! Amoureux de service-volée et de tennis vers l’avant, voici votre moment. 3 petites semaines, et c’est Wimbledon. Pour vous faire patienter, on commence par les tournois de Stuttgart (ATP 250), ‘S-Hertogenbosch (ATP 250 et WTA International) et de Nottingham (WTA International). 

STUTTGART

Têtes de série dans l’ordre : Federer – Dimitrov-  Berdych – Pouille – Johnson – Mischa Zverev – Simon – Troicki.

Ahhhhh, du beau monde comme chaque année pour retrouver le gazon comme surface. Comme l’année dernière où il avait fini en demi-finale, Roger se relance après une coupure sur terre-battue. Entrée dans le tournoi contre Tommy Haas, 39 ans et 302ème mondial, et première défaite. Un joli « first », comme on l’appelle dans le jargon. Mais ne vous inquiétez pas, Roger reviendra vite ! Et sinon, ce premier tour : aucune surprise mise à part la victoire de Benoit Paire sur Viktor Troicki. Mais même ça, ce n’est pas folichon. Il a fallu attendre le second tour pour voir des choses intéressantes. Roger éliminé, check, on l’a dit. Au tour de la tête de série numéro 2, Grigor Dimitrov, de valser face à Jerzy Janowicz. Une grande surprise, d’à peu près 2 mètres 04, ancien demi-finaliste à Wimbledon qui a connu les profondeurs du classement et qui remonte petit à petit, pour notre plus grand désarroi (car oui, ce n’est pas passionnant de le voir jouer). Dans le domaine WTF, on a aussi eu la balle de match sauvée par Lucas Pouille face à l’allemand Jan Lennard Struff.

Quarts de finale, partie haute : Haas/Zverev – Berdych/Lopez

L’affrontement 100% allemand a tourné en faveur du plus jeune, Mischa Zverev qui stoppe la progression de Tommy Haas en deux sets : 6/4 6/4. Un match très old school, à base de service volée. C’est toujours un plaisir de revoir Haas à ce niveau, surtout sur gazon. Un tennis de vieux comme on l’aime ! Enfin, dans un match crucial où le vainqueur sera clairement un des favoris pour remporter ce tournoi, Berdych et Lopez se sont livrés une belle bataille en 3 sets. C’est l’espagnol, plus à l’aise sur gazon, qui s’est imposé. Un match à tomber par terre (t’as vu la vanne).

Mischa Zverev facez à Feliciano Lopez, c’était donc l’affiche de cette moitié haute de tableau. Deux jours extrêmement à l’aise sur gazon, notamment Mischa Zverev et son jeu quasi systématique de service-volée. Même sur seconde balle : service-volée. Trop c’est trop : Feliciano Lopez s’est imposé sur le fil : 6/7 7/6 7/5. Il a su trouver la parade en breakant Zverev dans le dernier jeu de la partie.

Quarts de finale, partie basse : Janowicz/Paire – Pouille/Kohlschreiber

Au début du tableau : 6 français en lice. Finalement, uniquement deux se sont hissés en quarts. Après avoir éliminé un allemand, Lucas Pouille devait en battre un autre, beaucoup plus performant sur gazon. En effet, Kohlschreiber était finaliste l’année dernière à Stuttgart. Finaliste à Halle en 2008 aussi, et vainqueur de ce même tournoi en 2011. De son côté, Pouille a très peu d’expérience sur gazon. Une poignée de matchs sur cette surface. Pourtant, Lucas Pouille a su enchaîner, et a disposé de Kohlschreiber en 3 sets : 6/4 2/6 6/3. Une belle victoire, presque de quoi parler de favori. Paire/Janowicz, c’est ce genre de match où les deux gars peuvent craquer d’un coup. C’est un match où des raquettes peuvent voler par pack de 12. En gros un match de rêve, prenez le pop-corn et c’est parti. Bon… sur le terrain, en termes de jeu, c’est moins sexy. Janowicz, c’est du service et un gros coup droit. Faut pas trop lui en demander aussi, à 2 mètres, faut pouvoir bouger la carcasse. On s’attendait donc à des aces à gogo : et on en a eu. Mais ce n’est pas le grand polonais qui a servi la foudre. 15 aces à 2 pour Benoît Paire, et 0 balle de break concédé. Hé, il n’est pas trop fort notre Benoit ? Au final, une victoire 6/1 7/6. Un match ultra-solide, à base de service-volée tout le long du match. Et surtout, un Paire mort de faim, à l’affût de la moindre balle, c’est beau. Une amortie super bien touchée de Janowicz ? Pas de problème, je vais courir et me jeter comme un dalleux sur la balle, et tant pis si ça ne marche pas. En tout cas, ça fait plaisir.

Lucas Pouille et Benoit Paire en demi-finale à Stuttgart, ça aussi ça nous fait plaisir. Un match entre deux hommes qui ne s’apprécient pas après la polémique autour de Benoît Paire à Rio 2016. Pouille avait donc vivement critiqué le comportement de Paire. Mais pas assez pour déstabiliser les deux compatriotes. Même Paire a tempéré cette guéguerre avant le match, alors bon… Place au match ! Un match un peu plus classique que les autres. Du bon vieux fond de court, avec de temps en temps, des montées à la volée et des amorties magnifiquement touchées. 7/6 7/5 pour Pouille, qui commence à faire peur par sa maîtrise du jeu, et ce, sur toutes les surfaces. Alors non, il n’est peut être pas encore dans le Top 10 en termes de niveau, mais…. Mais on n’en est pas loin !

https://www.youtube.com/watch?v=j3IEZeSFeaA

 

Finale : Lucas Pouille vs Feliciano Lopez

La finale opposait donc Lucas Pouille à Feliciano Lopez. 1 partout dans l’historique des affrontements, donc aucune indication sur celui qui aurait le moindre avantage psychologique. Un début de match très moyen où Lucas Pouille subit un peu. L’espagnol prend donc le premier set, 6/4. Et là, la foudre. Lucas Pouille « se réveille » et envoie des ogives en service. 26 aces au total et 76% de premières balles. Efficace. Le français joue mieux et gêne l’espagnol. De belles variations des deux côtés, mais à ce petit jeu, Lucas Pouille est meilleur. Tellement meilleur ! 4/6 7/6 6/4 pour Lucas Pouille, qui commence fort ses débuts de saison. Rappelez-vous : il avait déjà remporté le tournoi de Budapest, sur terre-battue. En plus du trophée, il empoche donc une belle Mercedes. De quoi frimer sur la route, mais aussi à Wimbledon ?

‘S-HERTOGENBOSCH

Têtes de série dans l’ordre : Cilic – Alexander Zverev – Karlovic – Muller – Darcis – Haase – Mahut – Bedene

Certes, le tableau était largement moins sexy que celui de Stuttgart. La vraie attraction étant Alexander Zverev, qui a préféré fuir l’Allemagne pour les Pays-Bas. Mais les enjeux sont identiques : mêmes points qu’à Stuttgart et même prestige (bon, ok, la dotation était un peu plus élevée à Stuttgart, on vous le concède). Sur les 8 têtes de série, 5 ont accédé aux quarts de finale. Les mauvais élèves sont : Nicolas Mahut, Steve Darcis et Robin Haase. Une défaite au premier tour pour Steve Darcis, opposé à Alexander Dolgopolov. Ah c’est sûr, ce n’est pas un cadeau. Idem pour Robin Haase, qui n’a pas pu surmonter l’obstacle Daniil Medvedev, qui a ensuite battu Kokkinakis pour accéder aux quarts. Belles perfs. Et notre français Nicolas Mahut s’est arrêté au second tour, face à Julien Benneteau, donc on ne lui en veut pas. Surprenant de voir Mahut perdre ainsi, surtout lorsqu’on connaît l’aisance qu’il a sur gazon.

 

Quarts de finale, partie haute : Cilic/Pospisil – Karlovic/Medvedev

Là aussi, on a vu plus sexy. Cilic s’est logiquement imposé en deux sets face à Vasek Pospisil. Le Canadien s’était qualifié via l’abandon d’Alexander Dolgopolov. Il visait une dixième victoire d’affilée, mais Cilic était trop fort. Jusqu’ici tout va bien pour le croate. Karlovic/Medvedev, c’est le duel des tours. Karlovic est à 2m11, Medvedev est à 1m98. Vous imaginez donc que niveau déplacement, ça n’envoyait pas de rêve. Pas du Nadal/Ferrer quoi. Enfin bref, une victoire sans trop forcer pour Karlovic, qui a mieux retourné que son adversaire (24 à 9).

Cilic/Karlovic, duel de Croates, duel de gros serveurs. Le but du match était : celui qui sert le mieux gagne. Au total : 29 aces à 16 pour le plus grand des deux, et une victoire en trois sets : 7/6 5/7 7/6. Karlovic se retrouve donc pour la première fois en finale de cette saison 2017. Faudra faire attention à lui, il est désormais à 66% de victoire sur gazon en carrière, un total pas dégueulasse.

https://www.youtube.com/watch?v=UjOZVgfv5-0

 

Quarts de finale, partie basse : Bedene/Muller – Zverev/Benneteau

De la taille standard dans cette partie basse, et des jeux un peu plus fins qu’au-dessus. S’il y a un moment pour battre Alexander Zverev, c’est maintenant. Irrité mentalement par sa défaite au premier tour de Roland Garros, juste après avoir gagné le tournoi de Rome, l’allemand est friable. Même si d’un point de vue tennistique Julien Benneteau se fait arracher la tête par Zverev, le français à l’expérience et la malice pour faire disjoncter Zverev, encore un peu sulfureux. Mais le français n’a pas eu l’occasion de faire dérailler l’allemand tant ce dernier a déroulé son tennis. Une victoire 6/0 6/4, qui fait du bien. Bedene, on fire sur le circuit Challenger depuis le début de l’année, avait l’opportunité de frapper un grand coup en battant un spécialiste du gazon, Gilles Muller chez lui, aux Pays-Bas. Et ce n’est pas passé loin : une défaite en trois manches 6/3 3/6 6/4.

Gilles Muller face à Alexander Zverev. Dur de miser là-dessus. On sait Zverev capable de battre Muller, et logiquement c’est ce qu’il devrait se passer, mais à domicile et avec un jeu idéal pour le gazon, Muller aura de la ressource. Une première manche serrée et remportée 7/6 par le néerlandais, et une leçon de jeu offensif pour conclure ce match 6/2. Les highlights sont fortement recommandés. Pour le jeune allemand : se raser le bouc est aussi fortement recommandé. Question de charisme.

https://www.youtube.com/watch?v=97d7Xii7I7Q

Finale : Ivo Karlovic vs Gilles Muller

Une finale entre tête de série numéro 3 et 4. Deux spécialistes du gazon pour un trophée. Duel de vieux aussi : 34 ans pour Muller, 38 pour Karlovic. Ils s’étaient déjà rencontrés en finale à Newport (gazon) l’année dernière : Karlovic avait fait parler son service pour une victoire en trois sets. 6/7 7/6 7/6 (à 14/12 dans le dernier tie-break !) Une rencontre en demie ici même l’an dernier où Muller avait trouvé la solution : 7/6 7/6. Dans tous les cas, on pouvait s’attendre à une rencontre serrée. Et on y a eu droit. Nouvelle année, mais même histoire : Gilles Muller s’impose 7/6 7/6 face à Ivo Karlovic, qui aura pour lot de consolation le fait de performer encore plus dans l’art du service. Désormais, le croate (et détenteur du record d’aces) a dépassé la barre des 12 000 aces. Enfin une victoire ici pour Muller, qui s’était incliné en finale l’année dernière face à Nicolas Mahut.

ET CHEZ LES DAMES ?

2 Françaises engagées, 1 aux Pays-Bas, et une à Nottingham, en Angleterre. De gros espoirs étaient placés en Kristina Mladenovic, finaliste l’an passé à ‘S-Hertogenbosch et tête de série numéro 2 cette année. Son parcours s’est arrêté en quarts de finale, face à Tsurenko, tête de série numéro 7. Avant cela, elle avait éliminé Ozaki (73ème) et Sasnovich (90ème). Un résultat un peu décevant, mais il faut laisser le temps de régler la machine sur gazon. On lui fait confiance, elle totalise pour l’instant un meilleur ratio sur gazon (58%) que sur dur (53%) et sur terre-battue (53%).

Océane Dodin a fait le choix d’aller jouer à Nottingham, où la concurrence était moins relevée. La Française n’a pourtant pas traversé le tableau, perdant au premier tour face à la Polonaise Linette. (6/4 7/6) Soyons indulgents, c’était son premier match sur gazon au haut niveau !

Sinon, dans le monde WTF du tennis féminin, c’est l’Estonienne Kontaveit (49ème) qui a battu Vikhlyantseva (74ème) en finale du tournoi de ‘S-Hertogenbosch. Les têtes de série numéro 1, 3, 4, 6 et 8 se sont inclinées dès le premier tour. À Nottingham, c’est Donna Vekic (70ème) qui s’est défaite en finale de Johanna Konta (tête de série numéro 1), a domicile. Ici aussi, les têtes de série numéro 2, 3, 6, 7 et 8 se sont inclinées dès le premier tour.

C’est ça qui est bon avec la saison sur gazon : de nouvelles têtes en finale de tournoi. Karlovic, Muller, Pouille et Lopez. Certes, cela reste des tournois ATP 250, donc peu prestigieux en termes de point, la concurrence n’était pas là. Mais tout de même : Federer, Zverev, Berdych, Dimitrov, Pouille, Cilic, c’est pas moche pour des ATP 250 non ? La saison continue : nouveaux tournois à Halle, aux Queens, Birmingham et Mallorca pour voir de nouvelles têtes d’affiche débuter leur saison du mieux possible !

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Roger Federer va-t-il reconquérir son trône à Wimbledon ?

    […] c’est que c’est l’année des frenchies. A vous ne savez pas ? Pourtant c’est clair : Pouille a gagné à Stuttgart. Monfils a bien joué à Eastbourne. Gasquet a super bien joué à Eastbourne. Si si, on vous […]

    Répondre