Ça y est, Novak Djokovic est redevenu injouable

Début 2018, peu étaient nombreux à croire en Novak Djokovic. Après un démarrage loin d’être idéal, voire poussif, Novak Djokovic a fini l’année comme il aime le faire : en étant absolument injouable. 

Juillet 2017 : Novak Djokovic se blesse au coude et décide de mettre un terme à une saison compliquée. Pour la première fois depuis 2010, le Serbe n’a pas gagné un seul tournoi du Grand Chelem de l’année et s’est montré impuissant face aux Nadal, Thiem ou encore Zverev. Au-delà des résultats, c’est l’envie de Novak qui laisse à désirer : des rumeurs insistantes parlent de l’influence néfaste de Pepe Imaz, un ancien joueur de tennis espagnol qui le suit le sur le circuit. Celui que l’on nomme « gourou » préconise une vision du sport pour le moins différente, avec en son centre deux notions fortes « Amour et Paix ». Si Novak revit en dehors des courts, sur le terrain, c’est compliqué. Tout simplement, le Djokovic conquérant a disparu.

Janvier 2018 : Novak Djokovic est de retour sur le circuit. Après une pause de près de 6 mois, beaucoup de questions se posent autour du niveau de jeu du Serbe. Comme on pouvait s’y attendre, la reprise est compliquée : Djokovic perd en huitièmes de finale de l’Australian Open face à un Hyeong Chung d’une autre planète. Si le Belgradois est en forme, le problème de l’envie crève l’écran : la défaite face à Chung précède deux autres défaites au premier tour des Masters 1000 d’Indian Wells (face à Taro Daniel) et de Miami (contre Benoit Paire) où il se sent si bien habituellement. Rappelons que de 2014 à 2016, Novak Djokovic n’a laissé aucune miette à ses adversaires sur ces tournois : 3 ans, 3 Sunshine Doubles. Cette année, Djokovic n’a pas laissé que quelques miettes, il a donné le gâteau en entier.

Juin 2018 : si l’on doit chercher un déclencheur, il est tout trouvé. Le 5 juin, en quart de finale de Roland Garros, Novak Djokovic est sorti en 4 sets par Marco Cecchinato, sombre inconnu sur le circuit jusqu’ici. À six reprises, Novak Djokovic a l’occasion de gagner un set, mais se fait remonter pour les perdre. En conférence de presse, le Serbe exprime toute sa frustration et émet même des réserves quant à sa participation à Wimbledon. Novak Djokovic apparaît au plus bas et pourtant, il va (très) vite revenir au plus haut.

Juillet 2018 : Et Novak Djokovic amorça la remontada. Après un bon tournoi au Queen’s où il ne perd qu’en finale face à Cilic en ayant tout de même une balle de match, Djoko se rend à Wimbledon le couteau entre les dents. Depuis sa défaite en quarts à Roland, le Serbe semble avoir retrouvé la rage. Dans ce changement de mentalité, Marian Vajda, le coach historique n’y est pas pour rien. Après une séparation d’un an, qui correspond donc au « coup de mou » du Djoker, Vajda est revenu inculquer à son poulain la rage et l’envie de vaincre. Mieux, l’envie d’écraser. Et ça se voit : le Djokovic en mode 2011 – 2016 renaît et il est inarrêtable. À Wimbledon, Djokovic écarte Edmund, Khachanov, Nishikori, Nadal et Anderson en finale pour remporter son 4e Wimbledon. Et ce n’est que le début…

Dans la foulée, la team Djokovic se sépare de Pepe Imaz et les statistiques sur cette fin de saison n’en sont que meilleures, quasiment invraisemblables : depuis sa défaite face à Marco Cecchinato, Djokovic n’a perdu qu’un seul match. Seul un Stefanos Tsitsipas en feu, et finaliste du Masters 1000 de Toronto quelques jours plus tard, a réussi à stopper le Djoker. Depuis Roland-Garros, tout ou presque atterrit dans la poche arrière de Novak Djokovic, au point de rentrer définitivement dans l’Histoire du tennis.

20 Août 2018 : Bien que sa place dans le Hall of Fame n’évoque aucun doute, Djoko nous donne une nouvelle raison de le considérer comme une légende vivante : il est désormais le premier homme à avoir remporté les neuf Masters 1000 depuis sa victoire à Cincinnati. LE-GEN-DAI-RE. Même Nadal et Federer n’ont pas réussi cet exploit. Quelques semaines après son Golden Masters, le Belgradois marche sur tout le monde à l’US Open en ne concédant que deux sets sur ses sept matchs.

Dans cette dernière ligne droite de l’année, Novak Djokovic a un objectif dans le viseur : redevenir numéro 1 mondial. La semaine dernière, Djoko a fait ce qu’il faut en s’imposant au Masters 1000 de Shanghaï en martyrisant la concurrence. Alexander Zverev, numéro 5 mondial, ne s’est pas encore remis du cinglant 6/2, 6/1 qu’il a pris dans la tête en une heure en demie. Le Serbe est actuellement second, à 215 points d’un Rafael Nadal blessé et inactif sur le circuit depuis son abandon en demie à l’US Open. Autant le dire tout de suite : si Novak Djokovic continue de retourner tout le monde à Paris – et avec la configuration du tournoi, il a de grandes chances de le faire – le Serbe sera sans aucun doute numéro 1 mondial à la fin de l’année. Pourquoi ? Car il n’a pas de point à défendre en cette fin de saison, contrairement à Rafael Nadal.

Novak Djokovic était déjà dans l’histoire, il l’est encore plus après cette fin de saison 2018. Si l’Histoire suit son cours et que le Serbe met les mains sur le trophée à Paris, il sera donc premier mondial. Là encore, c’est historique : le Djoker serait le premier tennisman à finir une saison premier mondial tout en ayant été hors du Top 20 sur cette même année. Historique. Injouable.

Photo By: Breaking Sports/Twitter

Leave A Comment

Your email address will not be published.