Hyeon Chung

Depuis quelque temps, l’ATP a tendance à parler de la NextGen, cette génération talentueuse de joueurs qui viendront combler le vide quand Federer et compagnie seront en baisse de régime. Parmi cette NextGen, on parle beaucoup d’Alexander Zverev, de Shapovalov, de Rublev. Il y en a un qu’on oublie trop vite et qui vient d’éclore aux yeux du grand public. Hyeon Chung.

Lors des NextGen Finals 2017 organisés pour la première fois à Rome, Hyeon Chung, 21 ans, prenait le dessus sur la totalité de ses jeunes adversaires pour s’imposer. À l’époque honnêtement, tout le monde s’en foutait : les yeux étaient rivés sur l’ATP Finals. Dommage pour ceux qui n’ont pas prêté attention : Chung venait de faire sa « statement win » qui venait confirmer une saison 2017 très régulière en termes de résultat. Un quart à Madrid, une demie à Munich, un quart à Winston-Salem et de belles têtes à son tableau de chasse : Zverev, Monfils, Goffin, Rublev, Bautista-Agut. Seulement, la régularité, ça ne fait pas vendre. Pour qu’on parle d’un joueur, il faut qu’il y ait un gros flow, un gros caractère ou grosse perf face à un top player, un peu comme l’a fait Denis Shapovalov. Chung lui est plus discret, dans son attitude comme dans ses performances. Désormais, pour la discrétion, c’est flingué.

Hyeon Chung est une des surprises de cet Australian Open. Le coréen se retrouve en quarts de finale pour la première fois de sa jeune carrière. Et pourtant, c’était pas fait… Au premier tour, il fallait battre Mischa Zverev, quart de finaliste ici même l’année dernière en éliminant Murray. Le match n’était que de courte durée puisque le plus âgé des frères Zverev a abandonné dans le deuxième set. On to the next one : Daniil Medvedev, joueur russe bouillant capable de renverser n’importe qui comme de perdre contre n’importe qui. Première alerte, passée inaperçue, le coréen a un coup droit en appuis ouverts ravageur, un revers ultra-efficace et un toucher de balle très propre. Chung s’impose donc en trois sets secs et file vers le troisième tour, où l’attend un choc 100% NextGen.

En face : Alexander Zverev, pas n’importe quel membre de la NextGen. C’est LE joueur de la NextGen, la mascotte qu’on voit partout. Sur le papier, on pouvait s’attendre à une victoire tranquille : Zverev est 4ème mondial, Chung est 58ème. Sur le papier aussi, il est écrit que Zverev n’a jamais été bon en Grand-Chelem. Les forces s’équilibrent… Dans un combat en 5 sets où on a vu qu’en plus de toutes les qualités techniques de Chung, le garçon savait courir. Partout. Et quand il était question de sortir un coup énorme en bout de course, le garçon était là. 6/0 dans le cinquième set, raquette fracassée, Alexander Zverev a été dégoûté. La hype se met en place, et au bon moment !

Novak Djokovic, c’est l’idole de Hyeon Chung. Le modèle sur lequel il a calqué une grande partie de son jeu. Régularité, courses, touché, endurance, c’est le même en plus jeune. De son côté, Novak Djokovic est de retour. Et le Novak des grands jours est trèèèèèèèèèès très loin. La balle ne va pas aussi vite qu’avant et surtout, il n’arrive pas à asphyxier ses adversaires comme il le faisait si bien avant. Une occasion rêvée donc pour Chung, qui affrontait son idole. Les deux hommes s’étaient déjà rencontrés il y a deux ans sur ce même tournoi. Novak avait démembré Hyeon Chung au premier tour et en trois tout petits sets avant de soulever le trophée quelques jours plus tard. Deux ans ont donc passé, et les deux hommes ont bien changé. Imaginez le décor : Chung contre Djokovic, l’élève et le maître, dans le jardin de Novak Djokovic : la Rod Laver Arena. Chaud chaud chaud ! Vous connaissez déjà le résultat : Chung a battu Djoko en 3 sets, 7/6 7/5 7/6. Le score est flatteur pour Djokovic : il a été noyé par Chung. Quand il fallait faire craquer son adversaire, domaine de prédilection de Djokovic, c’est pourtant le serbe qui commettait la faute. En même temps, Chung était indébordable : il a balancé des coups de défense en quasi grand écart avant de repartir chercher une balle courte croisée au filet. Dégoûtant. C’est d’ailleurs ce qu’a dû penser Novak Djokovic en fin de match, le sourire aux lèvres après un énième coup de fusil sur la ligne à encaisser. Les commentateurs sont unanimes : Djokovic a été battu par son miroir. Inquiétant pour le futur, n’est-ce pas ?

Au prochain tour, Chung affrontera Tennys Sandgren. Qui ? Tennys Sandgren, américain de 26 ans, 97ème mondial et tombeur de Wawrinka et Thiem sur ce tournoi. Gros choc donc, au-delà de la 50ème place mondiale pour une demi-finale. Ensuite, ce sera soit Berdych soit Federer. Hyeon Chung a donc une très grosse occasion de connaître sa première demi-finale de Grand Chelem, mais probablement pas sa dernière.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here