Canelo Alvarez vs. Gennady Golovkin - Preview et Pronostic

Maintenant que le pseudo combat du siècle entre Mayweather et McGregor est passé, nous pouvons enfin revenir aux vrais combats, notamment celui qui aura lieu dans la nuit de samedi à dimanche, je veux bien évidemment parler du potentiel combat de l’année, Golovkin contre Canelo !

Évènement que les puristes attendent depuis plusieurs années, cet affrontement est vraiment prometteur sur le papier. Mais le sera-t-il vraiment ? C’est ce que nous allons essayer de savoir aujourd’hui en nous focalisant sur le profil de nos deux champions, leurs caractéristiques, leur style…

Gennady Gennadyevich Golovkin « GGG »

Commençons par le tenant du titre, le roi de la catégorie des Middleweight. 37 victoires pour aucune défaite, dont 33 ko, un monstre. Lors de son affrontement contre Danny Jacob, GGG n’était pas allé au terme d’un combat depuis 8 ans. Il fracasse la concurrence, il la mange littéralement.

Notre ami kazakh est donc une machine à KO. Et vous savez ce qu’il répond quand on lui demande s’il en est vraiment une ? « Non je ne suis pas une machine, parce que les machines peuvent parfois se casser, et moi je ne me casse jamais ». Même si cela est dit sur le ton de l’humour, on veut bien croire que c’est vrai.

Mais comment fait-il pour être aussi fort ? Pourquoi le monde de la boxe a peur du Kazakh Thunder ? Facile, parce que GGG a un truc que peu de boxeurs ont : un instinct surdéveloppé. Vous en connaissez beaucoup des mecs qui avancent la tête vers le poing de l’adversaire quand celui-ci est lancé pour se faire toucher le front plutôt que la mâchoire ? Pas moi. C’est un peu archaïque je vous l’accorde, mais c’est un moyen comme un autre d’éviter un coup.

Sur un ring GGG est tout bonnement un autre homme, totalement différent du mec gentil qu’on a l’habitude de voir hors des projecteurs. C’est peut-être un peu fort, mais on peut comparer notre ami kazakh à un véritable animal, de par son instinct tout d’abord, sa capacité à sentir les coups arriver et à se mouvoir en fonction ; mais aussi grâce à « l’aura » que ce dernier dégage.

Une aura ? On ne voit ça que dans les mangas ou dans les films me direz-vous, mais c’est faux ! Il suffit de regarder le comportement de ses adversaires, même les puncheurs reculent, après avoir reçu un coup on pourrait presque sentir la peur se dégager d’eux. Couplez cette aura et cette intelligence du ring à une puissance démentielle et vous obtenez le profil quasi parfait du boxeur.

D’ailleurs, parlons de la puissance du Kazakh Thunder. S’il est surnommé comme cela, ce n’est bien entendu pas pour des prunes. Mais ici on parle d’une puissance bien différente de celle que vous avez l’habitude de voir. En effet, on peut distinguer deux types de puissance : la force brute à la Tyson, capable d’assommer un homme en un seul coup ; et la force de « l’usure », je m’explique.

Dans l’histoire de la boxe, des gros puncheurs capables de terminer le combat en un seul coup on en a vu pas mal : Tyson, Hearns, Hagler, Foreman… Mais des boxeurs avec une boxe d’usure, de fatigue, beaucoup moins. Si Triple G est évité comme la peste dans le monde de la boxe, c’est aussi à cause de cela. Les punchs de GGG font mal à l’adversaire, ils l’usent physiquement, mais surtout mentalement. Dans ces cas, ce n’est pas un simple punch qui amène le KO comme dans la première catégorie, mais l’accumulation de ces derniers. Et je peux vous assurer que ces coups sont bien plus terrifiants pour un boxeur qu’une véritable puissance brute.

En effet, avec Tyson par exemple, en général après un coup on éteint les lumières, fin du combat. Pas vraiment le temps de réaliser ce qui est arrivé. Or avec Gennady, c’est l’usure qui amènera le KO, le boxeur adversaire souffre mentalement à chaque coup.

Pour finir, Golovkin est un adepte du « Mexican Style », style de boxe pour le moins agressif ayant pour but de faire reculer son adversaire tout en avançant vers ce dernier de manière à conserver le centre de ring. Ce style copié des guerriers mexicains de l’époque comme Julio Cesar Chavez convient parfaitement à notre ami kazakh qui avance et marche constamment sur son adversaire tel un véritable démolisseur.

Passons maintenant aux faiblesses de Golovkin. La première est flagrante, aucun mouvement de tête. Golovkin est un fin tacticien capable notamment de bloquer les jabs adversaires tout en en envoyant un simultanément, mais il n’effectue quasiment aucune esquive. Tel un bulldozer démolissant tout sur son passage, il préfère absorber le coup plutôt que l’esquiver.

Heureusement pour lui, Golovkin dispose d’une véritable mâchoire d’acier. Mais ce défaut a failli lui coûter la victoire contre Danny Jacobs, ce dernier étant un excellent boxeur défensif, il a su mettre à mal le démolisseur kazakh et enrayer la machine grâce à de magnifiques contres.

Autre ombre au tableau, GGG utilise toujours la même garde. Bien que ce ne soit pas un véritable défaut en soi puisque l’on peut très bien s’en sortir sans, GGG peut parfois se retrouver en difficulté s’il subit un enchaînement de plusieurs coups à la différence par exemple d’un Mayweather avec son shoulder roll.

Dernier défaut, la mobilité. Il est ici nécessaire de nuancer la chose. Golovkin dispose d’une excellente mobilité, pour un puncheur. C’est donc tout naturellement qu’il s’est retrouvé en difficulté face à un boxeur mobile comme Danny Jacobs. Et Golovkin n’a jamais l’habitude de reculer, préférant le plus souvent encaisser le coup que déplacer son corps, la mobilité constitue un élément primordial si l’on souhaite un jour vaincre Triple G.

Saul « Canelo » Alvarez

Sûrement la plus grande star actuelle de la boxe. 50 combats, 49 victoires (dont 34 ko) pour une seule et unique défaite contre notre très cher Floyd Mayweather. Canelo est aussi classé numéro 1 dans la division des poids moyen selon Top Rank, du lourd donc.

Lui aussi adepte du mexican style comme tout mexicain qui se respecte, le style de Canelo est pourtant différent de Golovkin. Comme dirait Guillermo Rigondeaux « au Mexique leur boxe c’est frapper et être frappé, c’est complètement fou. Pour moi la boxe c’est frapper sans être frappé ».

Eh bien on peut dire que Canelo fait quelque peu exception à la règle. Alvarez est un fighter relativement équilibré, à l’aise dans quasiment tous les domaines : la puissance, l’esquive, la technique… En tant que boxeur équilibré, Canelo est donc capable de changer le rythme lors d’un combat. Passer d’une garde à une autre pour se protéger d’un assaut, reculer pour mieux attaquer est relativement courant chez notre ami.

Canelo n’a pas vraiment de grande faiblesse, c’est un peu comme le personnage de jeux vidéo qui a toutes ses statistiques équilibrées, pas vraiment de grande faiblesse, mais pas vraiment de grande force non plus. Une autre de ses grandes qualités, sa palette de combinaison. Toutes plus différentes les unes que les autres, capable d’enchaîner des combinaisons de plus de 5-6 coups lors d’un combat réel, de placer des contres magnifiques…

De plus, Canelo excelle dans les combinaisons au corps. Travailler à la face pour créer des ouvertures au corps, c’est vraiment facile chez lui. De par ses caractéristiques équilibrées et le nombre d’enchaînements que le monsieur est capable de pondre lors d’un combat, Canelo est un fighter très dangereux. Enfin, chez Alvarez les combats en 12 rounds c’est un peu la routine ces temps-ci, son endurance constitue donc elle aussi une qualité indéniable.

Concernant ses faiblesses, il y en a une grande : notre ami perd tout bonnement l’ensemble de ses moyens quand il fait face à un boxeur mobile, bien pire que Golovkin, qui lui arrive souvent à coincer ce type de fighter dans les cordes.

Pour preuve, ses deux combats contre Mayweather et Lara, où Canelo est carrément retourné à l’école en prenant une leçon de boxe. Étant un boxeur au profil équilibré comme je l’ai dit précédemment, il n’a pas de réelle grande qualité qui le distingue (mis à part peut-être sa vitesse d’exécution), ce qui peut aussi constituer un défaut. Niveau puissance par exemple, lors de ses derniers combats Canelo n’a pu mettre KO qu’un Kirkland qui n’était pas remonté sur un ring depuis plusieurs années et un Khan qui dispose d’une des plus grandes mâchoires de verre actuelles. Impossible d’aller faire visiter le sol à Cotto, Lara…

Un meilleur affrontement que Hagler/Hearns ?

Oscar De La Hoya, pierre angulaire de la fondation Golden Boy alias le cancer de la boxe nous assure que ce combat sera le plus impressionnant de l’histoire en poids moyen. Sommes-nous donc en droit de nous attendre réellement à cela ? Bien sûr que non.

Si le combat Hagler-Hearns s’est déroulé de la sorte (Hearns KO au troisième round dans ce qui fut un des plus grands combats de l’histoire) cela est dû non seulement au style très agressif de nos deux puncheurs, mais aussi à la guerre que se livraient les deux hommes hors du ring. Hagler n’a pas attendu une seule seconde avant de foncer sur The Hitman pour déclencher une véritable guerre sur le ring.

Samedi soir, ne vous attendez pas à cela. Lors de son combat contre David Lemieux, GGG a régalé le monde de la boxe en annihilant le style ultra puncheur de Lemieux. En effet, GGG a réussi à tenir à distance son adversaire grâce à son arme la plus dangereuse (oui oui, la plus dangereuse), son jab, pour ensuite coincer Lemieux entre les cordes et le finir avec de puissants coups.

GGG est un fin tacticien qui sait attendre le bon moment pour attaquer. Les premiers rounds seront donc probablement l’occasion pour nos deux comparses de se jauger, évaluer la distance… Vous n’assisterez donc pas à une guerre éclair où les deux boxeurs se mitraillent littéralement de coups sans se préoccuper de leur garde, mais plutôt à une guerre pour le centre du ring.

Les issues possibles

Personnellement je n’en vois que deux, deux scénarios possibles et probables.

Tout d’abord, la victoire de GGG par KO/TKO. En effet, GGG est un monstre sur un ring, un animal quasi inarrêtable. Notre ami est plus puissant que Canelo, plus grand, et surtout plus à l’aise dans la catégorie des moyens. De plus comme contre Lemieux, Triple G est tout à fait apte à gérer et mettre en difficulté Canelo avec son jab. En sachant que Canelo perd tous ses moyens lorsqu’un fighter ne vient pas le provoquer au corps à corps, Golovkin est donc tout à fait apte à maîtriser la boxe d’Alvarez.

Ensuite et comme nous l’avons dit, les coups de GGG font mal, très mal. Jusqu’alors, Canelo n’a jamais affronté un boxeur avec une puissance comparable à celle de notre ami kazakh, il va donc enfin comprendre ce qu’ont ressentie les précédentes victimes des punchs du Thunder. Comment Canelo réagira face à la terrifiante puissance de GGG ? Bonne question.

En plus de cela, ce combat sera certainement une bataille pour le centre du ring, une bataille de « Mexican Style ». Et à ce jeu je pense que c’est bien Golovkin qui l’emportera notamment grâce à sa puissance.

Même si Canelo est un formidable contreur, la mâchoire de GGG ce n’est pas celle d’Amir Khan. Pour mettre au tapis GGG je doute fort que le mexicain ait la puissance adéquate. Le scénario de Canelo vainqueur par KO est donc selon moi quasiment impossible : il n’a pas réussi à mettre à terre Cotto, il ne mettra pas à terre Golovkin, soyez-en sûr.

Second scénario probable, la victoire de Canelo aux points. Si le combat va jusqu’aux 12 rounds, soyez certain que GGG perdra à la majorité des juges.

Le mexicain est la plus grande star actuelle, celle qui rapporte le plus d’argent que ce soit en produit dérivé ou en PPV, et le petit chouchou de Golden Boy. Le seul à pouvoir espérer une victoire aux points contre Canelo, c’était bien Mayweather et lui seul.

Peu importe l’issu du combat, peu importe si ce combat est à sens unique en faveur de Golovkin, ce dernier ne gagnera pas le combat aux points. Le tout reste de savoir si Canelo est assez fort pour résister aux assauts du Thunder pendant 12 rounds. Bonne question. Personnellement, même si GGG est clairement au-dessus sur le papier, je vois bien Canelo créer la surprise et tenir jusqu’à la fin du combat.

Mon pronostic

Selon moi, ce sera donc soit la victoire de GGG par KO/TKO, soit la victoire de Canelo aux points.

Je pense que l’issu du match se fera selon les décisions de Canelo dans le match : s’il cherche l’affrontement pour conserver le centre du ring contre un gars comme GGG, je donne pas cher de sa peau. En revanche, s’il nous montre que la défaite contre Mayweather et la leçon technique contre Lara lui ont bien servi de leçon, Canelo réussira à adapter sa boxe de façon à tenir les 12 rounds.

Je miserai donc une petite pièce sur la victoire de Canelo aux points même si mon favori reste Triple GGG ! (Pas très logique tout ça…).

 

 

 

 

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here