Rajon Rondo défonce Jimmy Butler et Dwyane Wade

On se souvient que Butler et Wade avaient clairement ciblé leurs coéquipiers. Rondo a répondu sur son compte instagram.

Génial avec les Boston Celtics, décevant chez les Mavericks, Rajon Rondo s’était offert une seconde jeunesse chez les Sacramento Kings. Dans l’asile californien, il était redevenu le meilleur passeur de la ligue avec les moyennes suivantes : 11.9 points (45.4%), 11.7 passes, 6 rebonds et 2 interceptions par match.

Des statistiques qui faisaient du meneur, un agent libre convoité malgré son caractère difficile. Il décidait finalement de s’engager pour 2 saisons avec les Chicago Bulls et 28 millions de dollars. Malheureusement la lune de miel sera de courte durée pour Rondo. C’est bien simple, il est aujourd’hui en conflit avec Fred Hoiberg et les leaders Wade et Butler. Son dernier post instagram ne devrait pas changer les choses :

« Mes vétérans ne seraient jamais allés parler aux médias. Ils seraient venus devant l’équipe. Mes vétérans ne choisissaient pas quand ils voulaient jouer. Ils se défonçaient chaque fois qu’ils rentraient sur le parquet, à l’entraînement ou en match. Ils ne prenaient pas de jours de repos. Mes vétérans ne se souciaient pas de leurs stats. Mes vétérans jouaient pour l’équipe. Quand nous perdions, ils ne nous blâmaient pas. Ils en prenaient la responsabilité et ils retournaient à la salle. Ils montraient aux jeunes ce qu’était le travail. Même quand nous avions le meilleur bilan de la ligue à Boston, si nous perdions un match, il n’y avait pas un bruit dans le bus. Ils nous montraient que ce jeu est quelque chose de sérieux. Mes vétérans n’avaient pas d’influence sur le coaching staff. Ils ne pouvaient pas changer le plan parce que ça ne fonctionnait pas pour eux. J’ai joué pour l’un des plus grands coaches et il responsabilisait tout le monde. Pour gagner, il faut les 15 joueurs de l’effectif. Quand on sépare tout le monde, on ne peut pas gagner sur la durée. Je suis peut-être beaucoup de choses mais je ne suis pas un mauvais coéquipier. Mon but est de partager ce que j’ai appris. Les jeunes bossent. Ils sont là. Ils ne méritent pas d’être pointés du doigt. S’il y a une chose qui doit être remise en question, c’est le leadership ».

My vets would never go to the media. They would come to the team. My vets didn't pick and choose when they wanted to bring it. They brought it every time they stepped in the gym whether it was practice or a game. They didn't take days off. My vets didn't care about their numbers. My vets played for the team. When we lost, they wouldn't blame us. They took responsibility and got in the gym. They showed the young guys what it meant to work. Even in Boston when we had the best record in the league, if we lost a game, you could hear a pin drop on the bus. They showed us the seriousness of the game. My vets didn't have an influence on the coaching staff. They couldn't change the plan because it didn't work for them. I played under one of the greatest coaches, and he held everyone accountable. It takes 1-15 to win. When you isolate everyone, you can't win consistently. I may be a lot of things, but I'm not a bad teammate. My goal is to pass what I learned along. The young guys work. They show up. They don't deserve blame. If anything is questionable, it's the leadership.

A post shared by Rajon Rondo (@rajonrondo) on

Photo By: sportingnews.com
2 Discussions on
“Rajon Rondo défonce Jimmy Butler et Dwyane Wade”

Leave A Comment

Your email address will not be published.